Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Géographie

Géographie arctique

Jean Malaurie
p. 123-126

Entrées d’index

Index thématique :

Géographie
Haut de page

Texte intégral

Jean Malaurie, directeur d’études

Ethnologie des Inuit et Vérité. Immersion. Comprendre l’autre. Témoignage et écriture

1Ce séminaire d’études arctiques se poursuit depuis bientôt cinquante ans. Il a pour but, dans la tradition de l’École, de réunir autour d’une table, dans une petite salle, dix à quinze participants de milieux très différents, afin de tenter de réaliser ce que Lucien Febvre appelait les regards croisés.

2Dix à quinze leçons de deux heures, suivies, selon la tradition britannique, d’un thé dans le bureau de la direction d’études, permettant d’approfondir le dialogue et aux participants, de faire mieux connaissance. Les travaux du séminaire, à partir de cette année, sont publiés aux Éditions Economica.

3L’objet de l’enseignement cette année était de s’interroger sur les conditions d’une enquête ethnologique et sociologique auprès d’une population lointaine par l’histoire et par ses coutumes. Afin d’approfondir cette réflexion, il a été décidé de bénéficier du concours de juristes qui devaient mieux définir les conditions d’une enquête judiciaire en France. Ont été ainsi entendus : un commissaire de la police judiciaire, Jacques Delarue : « La recherche de la vérité dans l’enquête de police » ; l’avocat général près de la cour d’appel de Paris, Richard Bouazis : « Le Ministère public : à la recherche de la vérité et de son identité », dont la fonction est de témoigner à charge au nom des droits de la société ; l’avocat de la défense, Marie-Anick Vergés : « Au-delà de la défense : la recherche de la vérité », qui doit, pour défendre son client, déceler les faiblesses ou les vices du dossier ; un médecin légiste, Jacques Wolkiewiez : « La chemise grise. Un médecin au service de la vérité, de la justice... et de l’homme. Bilan d’une carrière de médecin légiste », qui recourt à tout moyen scientifique et, en toute indépendance, livre sa propre version des faits.

4Ont été également invités : Dominique Sewane, ethnologue africaniste : « La crise des sciences sociales dans les universités françaises » ; Hélène Salaün de Kertanguy, psychologue, chargée de cours à l’université : « Recherches sur les incidences psychologiques et cliniques de la coexistence de processus cultuels contradictoires entre tradition et modernité » ; Michel Barat, agrégé de philosophie, ancien grand maître de la Loge de France : « La transmission du savoir : de la culture aux sciences de l’éducation » ; Pierre Aurégan, professeur de lettres classiques en lycée : « Mon expérience d’enseignant dans les terminales des classes multiethniques françaises » ; Edmond Bernus, géographe, spécialiste des Touaregs, directeur de recherche émérite à l’Institut de recherche pour le développement (IRD) : « Tradition orale et archéologie. Genèse d’une recherche pluridisciplinaire au Sahara nigérien » ; Chantai Jéguès-Wolkiewiez, docteur en lettres et sciences humaines, ethno-astronome : « Lascaux : vision du ciel des Magdaléniens » ; Marcel Petrisor, écrivain, président de l’association des prisonniers politiques en Roumanie : « Détention au Fort n° 13 ».

5Le séminaire de l’année a été conclu par Claude Roels, philosophe et traducteur de Gœthe pour la collection de la Pléiade : « Apollon, dieu du Nord, dans l’œuvre de Walter Otto », qui a rappelé la personnalité scientifique de Gœthe et de Humboldt et Henri Febvre, ancien directeur de l’unité de biologie cellulaire de l’INSERM, fils de Lucien Febvre : initiateur de la science à travers l’histoire et l’économie.

6Les conclusions du séminaire sont qu’une enquête sur le terrain, par souci de rigueur, doit s’inspirer impérativement des leçons que l’enquête judiciaire apporte à l’ethnologie.

7Le directeur de recherche ajoute que lui paraissent indispensables : une immersion solitaire dans le groupe ; la publication de ses résultats dans un esprit d’anthropologie réflexive, en livrant tous les éléments de l’enquête (calendrier, interprète, conditions de travail...) ; la connaissance exhaustive de tous les travaux publiés sur la population étudiée, dans quelque langue que ce soit, y compris les rapports de la police locale et la consultation des archives de missionnaires.

8Il est regrettable qu’en ces temps d’Internet, on doive rappeler qu’un chercheur doit connaître ou se faire traduire tous travaux de langue étrangère, y compris les travaux en langue autochtone. Ce n’est pas un vœu pieu ; on observe hélas ! dans la vie scientifique internationale, des bibliographies très orientées et notoirement lacunaires, notamment en pays de langue anglaise.

9Le directeur d’études est constamment intervenu dans les débats et les différents séminaires, compte tenu de son expérience dans les sociétés inuit et nord-sibériennes. Le 16 mai, il a prononcé une conférence finale de deux heures au cours de laquelle il a rappelé les orientations de l’anthropogéographie arctique et les principales conclusions de ses propres travaux.

10Une enquête anthropogéographique implique :

  • Une très bonne formation de géomorphologue. Elle permet de définir, en établissant la carte et en procédant ainsi que l’a fait le professeur Jean Malaurie, à des études approfondies sur les écosystèmes des pierres, de mieux comprendre l’environnement. De la pierre à l’homme, tel fut l’itinéraire du directeur d’études. « On ne peut connaître l’homme si l’on ignore son environnement » répétait Emmanuel Kant.
  • Rechercher, par une étude généalogique de la population, les orientations d’une certaine planification des unions. Il apparaît que sur plusieurs générations, pour des petits groupes de population du nord du Groenland, de l’Arctique central canadien et du détroit de Bering, afin d’éviter la consanguinité, il y avait une recherche de planification des mariages en évitant les unions jusqu’au cinquième degré de parenté.
  • L’étude dans les sociétés traditionnelles des microéconomies permet de saisir une répartition du temps privilégiant les temps de rencontres et de vie sociale : environ 1/3 du temps et une géographie spatiale.
  • Homo religiosus. L’étude systématique des rites établit que ces populations dites primitives sont avant tout habitées par une vision verticale de leur destin ; c’est le chamanisme ou le panthéisme. Une analyse détaillée de l’Allée des Baleines (Tchoukotka), berceau de l’histoire inuit, en éclaire la philosophie.

11Rechercher la vérité, c’est assumer cette pensée chamanique afin de tenter d’en décrypter les images successives. La science des nombres, inspirées peut-être par le Yi-king chinois et dont cette Allée des Baleines de l’île déserte d’Arakamchechen témoigne, sont une découverte majeure de l’archéologie soviétique.

12Les peuples sont habités par des songes et la structure de leur organisation anarcho-communiste est au fil des siècles l’expression d’une intelligence sensorielle de la vie des pierres, de l’ordre de la nature, de la phytosociologie des plantes, d’une longue expérience de la vie des ours, des morses et de la baleine.

13Découverte tardivement - en 1976 - par l’équipe russe dirigée par Serge Arutiunov, collègue et ami, cette Allée des Baleines, réétudiée par le directeur d’études au cours de la première expédition russo-française en Tchoukotka (1990), est la preuve d’une vie chamanique intense, au moins depuis le XIIIe siècle. Ces travaux seront approfondis au cours d’une seconde expédition russo-française en Tchoukotka en 2003, à bord du brise-glace russe « Akademik Fédorov » sous l’égide de l’Académie polaire d’État de Saint-Pétersbourg et de l’Université de Saint-Pétersbourg.

14Le séminaire s’est toujours préoccupé de la situation contemporaine qui, malgré les autonomies administratives, prêtent à beaucoup d’inquiétude. Il a fait participer aux séminaires des diplômés de l’Académie polaire d’État de Saint-Pétersbourg en stage à l’MAP (Institut international d’administration publique auprès du Premier ministre). L’institution russe, dont le directeur d’études est le président d’honneur, est sous contrat pluriannuel avec la présidence de l’EHESS.

Publications

  • L’Appel du Nord. Une ethnophotographie des Inuit, du Groenland à la Sibérie : 1950-2000, Paris, La Martinière, 2001, 352 p. (Coédition américaine : New York, Abrams ; et allemande : Munich, Bûcher, 2001).
  • Sous la dir. de Jean Malaurie, L’art du Grand Nord. Préface de Jean Malaurie, « Les peuples du Nord et le sacré », Paris, Citadelles et Mazenod, 2001, p. 1-9.
  • « Clochardisation et désespérance », Lettre à Patrick Declerck, auteur des Naufragés, Paris, Pion (« Terre Humaine »), 2001.
  • Sermitsiak (Nuuk, Groenland) « Groenlandais ! L’avenir est en vous et votre force inventive. L’héritage est si grand », Nuuk, 2001, en langue danoise et groenlandaise, 2 p.
  • Une vérité relative. Séminaires du Centre d’études arctiques, année 2000-2001, « Hommage à Pierre Gourou », Paris, Economica, 2001, 20 p.
  • Revue de l’Université de Saint-Pétersbourg (2001). Doctorat Honoris Causa. Discours de Jean Malaurie à l’Université de Saint-Pétersbourg : « Recherches arctiques communes : 30 années de coopération géographiques et anthropologiques franco-russes », 1er juil. 2001, 5 p.
  • « Les tabous alimentaires du phoque chez les Utkuhikhalingmiut (Back River) Arctique central canadien, avril-mai 1963 », Canadian Studies Review/Revue d’Études canadiennes, sup. au n° 13, 2000, p. 117-131.
  • « Histoire de la naissance du Cheval d’orgueil et la révélation d’un écrivain », dans Actes du colloque Pierre Jakez Helias, Quimper, Université de Bretagne occidentale, 2001, p. 219-224.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Malaurie, « Géographie arctique », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 123-126.

Référence électronique

Jean Malaurie, « Géographie arctique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15112

Haut de page

Auteur

Jean Malaurie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals