Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Problèmes généraux

Historiographie

François Hartog
p. 145-147

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

François Hartog, directeur d’études

« De la situation faite à l’histoire dans le temps présent »

1Ce titre fait doublement allusion à Péguy, celui du « De la situation faite à l’histoire et à la sociologie dans les temps modernes » et celui qui, ironique, déclarait : « Un historien qui resterait fixé sur une méditation de la situation faite à l’histoire ne ferait pas avancer beaucoup cette histoire » ! Un avertissement donc, une incitation à la réflexion et un programme d’enquête pour plusieurs années, probablement.

2Il ne s’agit nullement en effet de dresser un état des lieux de la discipline, en adoptant un point de vue internaliste, même compris en un sens large, c’est-à-dire prenant en compte l’histoire dans l’espace des sciences sociales. Non qu’une telle démarche soit illégitime, tout au contraire. C’est même la vie normale des disciplines, avec de périodiques mises au point, des diagnostics de crise, des débats, des emprunts, des transferts, des manifestes. Pour nous en tenir à quelques exemples récents, ce sont des ouvrages collectifs comme : Faire de l’histoire (1974), « Tentons l’expérience » (Annales, 1989), Les formes de l’expérience. Une autre histoire sociale (1995), Jeux d’échelle. La microanalyse à l’expérience (1996), ou des ouvrages individuels tels : Sur la crise de l’histoire (1996), Au bord de la falaise. L’histoire entre certitudes et inquiétude (1998).

3Ce que nous voudrions plutôt cerner et interroger, ce sont les questions qui viennent à être adressées à l’histoire (pas seulement à elle) de l’extérieur du champ lui-même, les questions du moment, bien ou mal formulées qui, en tout cas, définissent une conjoncture. L’histoire, les historiens, donc, dans l’espace public. Quelle place, quel rôle par rapport au journaliste, à l’expert, au témoin, au juge, au législateur, au politique ? Que peut bien valoir cette déclaration : « Je considère que l’historien doit exercer dans notre société une sorte de magistère. Parce qu’il connaît le passé, il peut donc éclairer le présent mieux qu’un autre » (François Mitterrand dans un entretien avec François Bédarida en 1995) ? Remarquons, en passant, qu’il s’agit du seul présent, pas du futur. Quelle attitude face aux politiques mémorielles : « le devoir de mémoire », l’exigence de vérité, la responsabilité, la repentance ; la noria des commémorations ; l’enjeu des archives et ce nouveau devoir, (« le devoir de transparence ») ; le patrimoine avec le tout-patrimoine ? En quoi les conditions mêmes de l’exercice du métier sont-elles déjà, vont-elles être encore affectées par l’omniprésence des images, par l’extension du champ du virtuel, par la multiplication des bases de données et le développement rapide des communications en ligne ?

4Nous plaçant dans une perspective d’histoire intellectuelle, nous avons commencé par prendre quelque distance, en interrogeant plusieurs textes qui réfléchissaient sur l’actuel, le leur, pas le nôtre, et qui portaient plusieurs critiques fortes à l’histoire. Cette approche est en accord avec notre pratique de l’historiographie, conçue non pas comme mouvement de repli sur un champ, mais, à l’inverse, comme ouverture sur une conjoncture, qui la traverse et qu’elle cherche à appréhender et comme invite à opérer des allers et retours entre présent et passé. Ces exercices de lecture critique donnent, pour ainsi dire, une respiration à l’interrogation et offrent des ressources d’intelligibilité. Nous avons débuté par les critiques de Péguy, l’auteur ayant le plus écrit sur l’histoire entre 1889 et 1914, si soucieux de mettre au jour les présupposés métaphysiques de l’histoire méthodique, puis avons suivi Valéry, celui justement des Regards sur le monde actuel (1931), qui, tout en répétant que l’histoire ne l’intéressait pas, a finalement beaucoup écrit, lui aussi, sur l’histoire (l’histoire qui n’a pas su accomplir sa révolution scientifique). Ensuite, comme dans le sillage de ces critiques, nous avons repris les principales propositions sur l’histoire de Febvre, Bloch et Braudel : de la situation faite à l’histoire à la situation à lui faire. S’il ne s’agit évidemment pas de réponses directes aux critiques, il y a toutefois des échos, des résonances, voire des affinités. D’autres questionneurs de l’histoire seront interrogés l’année prochaine, tels Flaubert en amont, Claude Lévi-Strauss, Barthes en aval.

5Les professeurs Riccardo Di Donato et O. Murray, directeurs d’études associés, ont donné deux séminaires sur « Momigliano 1936-1946 » et « Les études grecques en Angleterre au XIXe siècle ». Qu’ils en soient remerciés.

6Missions : colloque à Sofia, conférences à l’Université de Cambridge (Janvier 2001), Collegium Budapest (Winter School, mars 2001), professeur invité à l’Université Ibéroaméricaine, Mexico (avril 2001), Université d’été, Santander (juillet 2001).

Publications

  • Le miroir d’Hérodote. Essai sur la représentation de l’autre, Paris, Gallimard (« Folio »), 2001, éd. revue et augmentée.
  • Le XIXe siècle et l’histoire : le cas Fustel de Coulanges, Paris, Seuil (« Points »), 2001, nouvelle éd. augmentée.
  • Tarih, Baskalik, Zamansallik (Histoire, Altérité, Temporalité), Ankara, Dost, 2000.
  • Memories of Odysseus. Frontier Tales from ancient Greece, trad, par J. Lloyd, Edinburgh, Edinburgh University Press, 2001.
  • Plutarque, Vies parallèles, éd. sous la dir. de F. Hartog, Paris, Gallimard (« Quarto »), 2001.
  • Les Usages politiques du passé, sous la dir. de F. Hartog et J. Revel, Paris, Éd. de l’EHESS (« Enquête »), 2001.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Hartog, « Historiographie », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 145-147.

Référence électronique

François Hartog, « Historiographie », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15123

Haut de page

Auteur

François Hartog

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals