Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Problèmes généraux

La statistique en histoire : des outils pour le traitement des sources sérielles

Michel Demonet
p. 152-153

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Michel Demonet, maître de conférences

1Ce séminaire s’est donné pour but de familiariser les étudiants aux méthodes quantitatives et aux outils statistiques les plus couramment utilisés par les chercheurs en histoire.

2Tout d’abord, dans quels cas ces outils peuvent-ils apporter une aide efficace ? À partir d’exemples tirés de la littérature historique et des nombreuses enquêtes auxquelles nous avons participé, la diversité des situations où un traitement sériel peut être envisagé a été mise en valeur.

3Les sources utilisées doivent ensuite être structurées pour permettre l’utilisation de ces méthodes, généralement sous forme de fichiers informatiques censés les traduire le plus fidèlement possible. Or, plus elles sont complexes, plus leur mise sous une forme utilisable par l’ordinateur nécessite de la part du chercheur des choix qui conditionnent la réussite de l’entreprise. À cette occasion et bien que l’informatique ne constitue pas le sujet de ce séminaire, ont été présentés succinctement les avantages et les inconvénients des principaux types de logiciels de traitement disponibles.

4L’étape suivante consiste à traiter l’information ainsi formalisée. Partant des outils les plus simples, les tableaux et les graphiques, de loin les plus utilisés sans pour autant être toujours faciles à maîtriser, il faut ensuite aborder des techniques plus complexes (les indices statistiques, les lois et ajustements...).

5Le problème de savoir si un résultat est ou non significatif a également été traité de manière détaillée (notion d’intervalle de confiance et tests statistiques). En histoire, en effet, on est souvent amené à travailler à partir de très petits effectifs. Or le fait de traiter la population de manière exhaustive n’exclut pas pour autant les problèmes d’aléas.

6Enfin, deux ensembles de techniques plus complexes, les régressions et les corrélations, ont été abordés.

7Cet enseignement ne suppose aucune connaissance préalable de la part des étudiants. Il s’appuie sur des exemples concrets, correspondant à des problèmes réellement rencontrés au cours de recherches. Notre travail sur l’agriculture française en 1852 permet de disposer de données portant sur un vaste ensemble géographique, de nature essentiellement économique et concernant des statistiques déjà élaborées. En revanche, deux des enquêtes actuellement en cours -l’industrialisation en France au XIXe siècle à partir de l’exemple du Creusot et la mortalité des villes françaises en 1861 - permettent d’aborder la démographie, l’une des utilisations courantes des techniques quantitatives dans notre discipline, et, pour la première, l’étude de sources individuelles variées associées les unes aux autres. Enfin, l’enquête sur les « mandés » à l’Hôtel de Ville de Paris aux XVIe et XVIIe siècles permet de mettre en valeur un problème analogue d’association de plusieurs sources élémentaires pour des périodes plus anciennes que celles concernées par les autres exemples. En effet, le XIXe siècle, et a fortiori les périodes plus récentes, de plus en plus souvent abordées par les historiens, ne sont pas les seuls à nous avoir légué des sources sérielles qui ne sauraient être traitées sans le secours des méthodes quantitatives.

8L’avenir de l’histoire quantitative passe sans doute par la création de nouveaux documents combinant de nombreuses sources primitives à l’intérieur de vastes fichiers réseaux. Les techniques et les outils permettant de mettre en œuvre une telle méthodologie existent, grâce, en particulier, à l’apparition d’ordinateurs individuels de plus en plus puissants. En revanche, il faudra probablement modifier nos modes de travail et d’organisation de la recherche. En effet, l’association d’un nombre important de fichiers nécessite un long et fastidieux travail de couplage, souvent difficile à automatiser entièrement.

9En marge de cette présentation théorique, une aide concrète, tant au plan statistique qu’informatique, est apportée aux étudiants dont les travaux universitaires nécessitent l’utilisation de méthodes quantitatives et, dans la mesure du possible, des exemples qui en sont issus sont intégrés dans cet enseignement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Demonet, « La statistique en histoire : des outils pour le traitement des sources sérielles », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 152-153.

Référence électronique

Michel Demonet, « La statistique en histoire : des outils pour le traitement des sources sérielles », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15127

Haut de page

Auteur

Michel Demonet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals