Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Problèmes généraux

Savoirs religieux et genèse des sciences humaines

Maurice Olender
p. 160-164

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Maurice Olender, maître de conférences

Étymologie et autochtonie

1Entre la racine des mots et l’origine de la nation, entre étymologie et autochtonie, les liens et les tensions sont à la fois d’érudition, de politique et de théologie. Associant des problèmes de filiation à une géographie des migrations linguistiques, l’étude de textes anciens et modernes a permis de dégager ce qui peut apparaître comme un couple sémantique.

2Nous avons commencé par lire des pages de Jean Bodin, un homme du XVIe siècle (1529-1596), économiste et philosophe, juriste, avocat au Parlement de Paris, un des maîtres théoriciens de la « Nouvelle Histoire » moderne. Dans sa Méthode pour faciliter la connaissance de l’histoire, publiée en latin en 1566, Bodin consacre son neuvième chapitre à la « question » suivante : « Par quelle méthode connaître les origines des peuples ? ». D’emblée, il précise : « Aucune question n’a plus tourmenté les historiens que celle de l’origine des peuples [...]. Ceux qui ignoraient leur première origine ou qui la dissimulaient aux yeux d’un étranger haï se déclarèrent nés de la terre-mère, autochtones ou géogènes [...] parce qu’ils [imaginent qu’ils] ne viennent pas d’ailleurs mais qu’ils ont tiré leur origine de la terre même, mère de tous les dieux. Cette erreur n’est d’ailleurs point le privilège des anciens historiens, car on la trouve également chez des écrivains plus récents ». Bodin pose alors le lien linguistique au centre de son développement. Il dit sa volonté de « découvrir au sujet de nos origines » un instrument de savoir et le désigne : il s’agit de ces « racines linguistiques qui sont le meilleur argument à produire pour [...] établir » les origines et la situation géographique d’une population.

3Ce qui nous a intéressé dans la première partie du séminaire, c’est la charpente conceptuelle que met en place Bodin quand il parle d’autochtonie et d’étymologie ; il le fait sur un mode à la fois archéologique, théologique, historique et juridique, enfin linguistique : le concept d’autochtonie, structurellement lié ici à celui de langue primordiale, se manifeste par son efficacité politique, notamment négative, en termes de rejet de l’autre et d’érosion du lien social. Bodin écrit : « [...] ceux qui se vantent d’être véritablement autochtones font-ils autre chose que de briser le lien de la communauté humaine [...] ? Combien il serait plus juste, au contraire, de s’unir aux étrangers par les liens du sang et de la cohabitation plutôt que de repousser orgueilleusement par l’injure toute idée de parenté et de commune origine ». Il faut bien entendu resituer ces phrases dans le contexte historique d’un XVIe siècle où l’auteur réagit à des soucis politiques de son temps : les guerres de religions.

4La pratique ancienne des étymologies trouve une de ses motivations dans la course aux origines, dans cette fascination de la vérité ultime que Ton pense contenue dans la racine primordiale de chaque terme. Mais traiter de cette passion étymologique, c’est aussi prendre la mesure de la soif de maîtrise qui s’y inscrit - désir de maîtriser les origines pour étendre sa domination, de s’affirmer le plus ancien, le plus légitime, pour établir un pouvoir incontestable. Une telle pratique « étymologique » vise souvent à affirmer un lien essentiel avec le « sol naturel » d’où aurait jailli un premier cri articulé.

5Ensuite, les séminaires ont permis de retracer l’histoire et les fonctions du terme etumología qui signifie de manière commune le « sens véritable ou primitif d’un mot ». Ce vocable apparaît tard dans le lexique grec, au Ier siècle avant l’ère chrétienne, chez Strabon et chez Denys d’Halicarnasse, même si on le trouve auparavant chez le stoïcien Chrysippe (auteur d’un traité perdu relatif aux etumologikâ). Varron, qui cite Chrysippe comme l’un de ses maîtres, formule une thématique qui sera sans cesse reprise jusqu’au XIXe siècle : « L’étymologie a ses obscurités (obscuriora), parce que l’origine des mots se perd dans la nuit des temps, ou parce que leur dérivation n’est pas toujours exacte, ou n’est pas demeurée pure, par suite de l’altération des mots ; ou bien encore parce que les mots de notre langue ne sont pas tous d’origine latine (origo est nostris linguœ) ; enfin parce beaucoup de mots ont changé de signification, comme hostis, par exemple, qui désignait autrefois un étranger (peregrinum) appartenant à une autre nation, et désigne aujourd’hui ce qu’on entendait autrefois par perduellis (ennemi avec qui on est en guerre) » - et les exemples choisis par Varron soulignent ici le lien entre étymologie et origine nationale.

6Dans le célèbre texte de Platon, où Socrate dialogue avec Cratyle et Hermogène, ce dernier défend la forme arbitraire des mots institués par la convention humaine (nómos) contre Cratyle qui pense que les mots désignent les choses d’après leur phúsis, leur nature ; dans ce dialogue, où il est sans cesse question de remonter aux sources des noms primitifs - les prôta onómata -, on ne trouve jamais le terme etumología. Mais à la fin du IIe siècle de l’ère chrétienne, quand le rhéteur et grammairien grec d’Égypte, Athénée, cite un passage du Cratyle à propos de l’origine du mot « vin », il parle de son « étymologie » - Plátôn d’en Kratúlô etumologôn tòn oînon.

7Une fois le mot grec lancé, l’étymologie suscite des conflits où il est à la fois question d’origine et de vérité, un conflit des origines lié précisément à la connaissance que l’on peut avoir de la vérité véhiculée par le sens primitif des mots, par les racines des noms ; il s’agit aussi de conflits dont les principes consistent à mesurer les liens existant entre l’étoffe sémantique et la chose désignée, à définir les règles secrètes qui lient entre eux les sons et les sens - et aussi à évaluer les relations entre l’icône et la valeur sonore d’un mot. Ce qu’illustre bien l’antique formule de Démocrite lorsqu’il affirme que les noms des dieux sont « leurs statues sonores » (agâlmataphônéenta).

8Enfin, on retrouve ce conflit aux sources mêmes de toute vérité possible inscrite dans les mots de la langue quand Socrate, s’adressant à Cratyle, s’inquiète de « cette guerre civile où sont entrés les noms, chaque partie revendiquant le privilège d’être semblable à la vérité » - il est question ici d’alëtheíá (pour dire la vérité) et de stásis (pour désigner la guerre civile). Il n’est pas indifférent qu’à propos de ces querelles de mots véridiques et transparents, ou piégés, Socrate choisisse de parler de la violence extrême que représente la stasis, cette guerre intestine où l’ennemi est nul autre que soi-même quand c’est entre citoyens d’une même pólis qu’on s’entre-déchire - le thème de la stâsis a été étudié par Nicole Loraux, notamment dans La cité divisée. L’oubli dans la mémoire d’Athènes, Payot, 1997.

9Si donc etumología ne fait pas partie du vocabulaire grec classique, par contre, le vocable étumos est présent dans les textes grecs les plus anciens. Nous avons lu des textes où étumos signale « le sens véritable » - l’interprétation adéquate d’un nom dont la signification s’accorde avec la vérité d’un récit : ce qui est à juste titre. Mais le poète de l’Odyssée souligne d’emblée la carrière d’ombre et de lumière qui s’annonce pour le vocable étumos. Ainsi, lorsqu’au chant 19, Ulysse, l’homme de tous les savoirs rusés (le polúmëtis, étudié par Vernant et Detienne en 1974), se fait passer pour un autre que lui-même : il ment alors sur sa personne, sur sa vérité propre, sur son nom et son identité, en faisant à Pénélope le récit d’un Ulysse qui « sait dire des mensonges qui ont toute l’apparence du vrai » (pseúdea legein etúmoisin omoîa), des mensonges semblables à des vérités : ce passage évoque les « premiers mots » qu’Hésiode attribue aux Muses dans la Théogonie, où l’on trouve le même vocabulaire.

10Lorsqu’à la fin du chant 19 de l’Odyssée, le poète veut distinguer « deux variétés de songes », deux catégories de vérité dans l’ordre onirique, à savoir les rêves qui déçoivent (akráanta), parce qu’ils sont vains, et ceux dont la vérité prémonitoire se réalise à l’état de veille, il choisit étuma pour désigner les songes qui se révèlent « vrais » en s’accomplissant - l’observation est d’Émile Benveniste. Autrement dit, dans ce chant 19, le terme étumos peut signifier la part réalisable, donc véridique, d’un rêve ou, au contraire, désigner l’illusoire vraisemblance des mensonges d’Ulysse. Ce double poids sémantique, dont se trouve lesté étumos, nous le retrouverons dans toute la tradition historiographique de l’étymologie en Occident.

11Si la littérature étymologique (notamment des XVIe et XVIIe siècles) peut nous paraître truffée de drôleries, cela ne doit pas faire oublier que, tout en jouant avec les mots en construisant des étymologies poétiques, théologiques ou nationales, dès la Renaissance, les érudits furent aussi les premiers maîtres de la moderne linguistique comparée.

12Les séminaires ont montré combien les pratiques de l’étymologie ont permis, depuis le Cratyle et les stoïciens, d’élaborer d’innombrables opérations intellectuelles, soit rationnelles, soit mystiques, théologiennes, littéraires et scientifiques. Dans ce gigantesque corpus, nous avons privilégié quelques textes d’auteurs : non pas ceux qui illustrent des techniques étymologiques mais plutôt ceux qui s’efforcent d’en théoriser la pratique. Ainsi, pour les périodes plus récentes, nous avons lu notamment des pages du XVIIIe siècle (Turgot, Michaelis) et du XIXe siècle (le Louis Lambert de Balzac, Littré et Larousse).

13D’autres éclairages sur les problèmes de savoirs étymologiques, pour les XVIe et XVIIe siècles, ont été apportées par Nadine Vanwelkenhuyzen (Fonds national de la recherche scientifique et Université libre de Bruxelles). Entre autochtonie et étymologie, deux doctorantes ont permis la mise en évidence d’éléments comparatifs : Saralev Hollander en présentant des textes hébraïques et Silvia D’Intino en décrivant le statut et le fonctionnement de l’étymologie dans l’Inde ancienne. Enfin, faisant référence à des séminaires plus anciens, consacrés au vocabulaire « judéo-chrétien » portant notamment sur l’abrogation chrétienne de la circoncision juive (Annuaire, 1998-1999, p. 160-162), Nurith Aviv a fait une présentation de son film intitulé La circoncision (réalisé en collaboration avec Danielle Levin), diffusé le 8 mars 2001 sur Arte.

14En mission à Saranda, lors d’un colloque organisé notamment par l’Académie des sciences d’Albanie et la Fondation européenne de la culture, une conférence a été donnée sur « Quelques formes d’enracinement culturel et linguistique ». Ces thèmes ont été par la suite développés à l’Université d’été d’Andorre consacrée cette année à « La pluralité des langues ». C’est à l’Université de Genève, au cours d’un colloque sur « Les origines du langage », qu’avec Jean Starobinski nous avons fait une intervention relative au champ sémantique de moneta. « Les mots et la monnaie » ont encore donné lieu à une conférence à Venise, aux journées de Fondamenta Venezia Città di Lettori, sous le patronage du Conseil culturel de la municipalité en octobre 2000. Ce même cadre vénitien de Fondamenta, en juin 2001, a été l’occasion d’une mise au point sur « Obscénité et perfection du corps chez les anciens ». Enfin, deux interventions ont été proposées, liées à des questions de littérature contemporaine portant sur langue maternelle et alloglossie : la première concernant les écrits d’Antonio Tabucchi, à la « Fête du livre » d’Aix-en-Provence, l’autre à propos de Paul Celan, lors d’une journée consacrée au poète.

Publications

  • Las Lenguas del Paraiso, trad. par V. Villacampa, Barcelone, Seix Barrai, 2001.
  • « Fragments des Langues du Paradis », traduits en bulgare par T. Batouleva, Istorichesko Budeshte (Historical Future), Sofia, 1999 [2000], 1-2, p. 226-240.
  • « Su un “oblio” linguistico », Discipline Filosofiche X, 1, 2000, p. 191-211.
  • « Liughi comuni : parole, moneta et democrazia », dans Globo conteso. Testi. Fondamenta Venezia Città di Lettori, sous la dir. de D. del Giudice, Venise, Comune di Venezia, 2000, p. 90-96.
  • « L’idea europea alla prova delle lingue adamitiche », dans Europa : miti di identità, sous la dir. de C. Ossola, Fondazione Giorgio Cini, Venise, Marsilio, 2001, p. 183-202.
  • « Politiques de l’étymologie », dans Au nom du sens. Autour de l’œuvre d’Umberto Eco, Colloque de Cerisy, sous la dir. J. Petitot et P. Fabbri, Paris, Grasset, 2000, p. 215-228.
  • « Passion fixe. Une géométrie de l’amitié », L’Infini, 72, 2000, p. 24-30 (trad. en castillan dans Microfisuras. Cadernos de pensamento e creación, 13, 2001, p. 142-151).
  • « La lucidité intempestive de Marcel Mauss (1872-1950) », dans Penser la vie, le social, la nature. Mélanges en l’honneur de Serge Moscovici, sous la dir. de F. Buschini et N. Kalampalikis, Paris, Éd. de la MSH, 2001, p. 455-465.
  • « Quelques images de la monnaie des langues », dans Starobinski en mouvement. Colloque de la Sorbonne Nouvelle (Paris-IlI), sous la dir. de M. Gagnebin et C. Savinel, Seyssel, Champ Vallon, 2001, p. 318-330.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurice Olender, « Savoirs religieux et genèse des sciences humaines », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 160-164.

Référence électronique

Maurice Olender, « Savoirs religieux et genèse des sciences humaines », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15131

Haut de page

Auteur

Maurice Olender

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals