Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Problèmes généraux

Réseaux et voies de communication entre l’Asie centrale, le Proche-Orient et l’Inde du Xe au XIXe siècle

Marc Gaborieau, Baber Johansen, Sanjay Subrahmanyam, Bernard Vincent, Roger Botte, Myriam Cottias et Alessandro Stella
p. 165-167

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Marc Gaborieau, Baber Johansen, Sanjay Subrahmanyam, directeurs d’études

1On a souvent sous-estimé l’importance de la migration, entre le Proche-Orient, l’Asie centrale et l’Inde, des systèmes de savoirs (et de pratiques) religieux, commerciaux et politiques, des formes de l’art et de littérature, des savants, des peuples et des dynasties.

2Ces migrations ont joué un rôle important aussi bien dans la constitution des différentes formes de l’islam que dans la circulation des pratiques et des savoir-faire. Le but du séminaire était de présenter aux étudiants l’état de la recherche sur ces migrations, établir des bibliographies, mettre les données en contexte, montrer - sur la base de recherches originales - les caractéristiques du développement des différents systèmes.

3L’organisation militaire et politique des empires et des sultanats et le développement des formes et des voies du commerce constituaient un des foyers du séminaire, la constitution du savoir religieux et artistique en était l’autre. Déjà dans son introduction au séminaire, Sanjay Subrahmanyam avait évoqué avec insistance l’importance des techniques militaires et commerciales et il y est revenu dans son exposé sur les empires ottoman, safavide et moghol. Le rôle de l’organisation militaire pour la formation des États à prédominance mamlouke était au centre de la contribution de Sunil Kumar (Delhi). R. Stephen Humphreys (Santa Barbara) a su montrer l’influence déterminante de l’organisation militaire sur, d’un côté, la politique du transfert des populations du Khorasan vers la Syrie du Nord aux VIIIe et IXe siècles, et sur la formation des appareils politiques abbasides et seljuqide et la politique de ces dynasties à l’égard des ethnies de leur empire. Jocelyne Dakhlia a souligné, dans son analyse de la littérature des miroirs de princes, le caractère autonome, universel et transhistorique attribué par ce genre de littérature aux normes de fonctionnement de Tordre politique et de ses formes de justice.

4Maria Szuppe (CNRS) est intervenue avec un exposé sur les voies du commerce entre l’Asie centrale, la Chine, l’Inde et l’Iran. Elle a comparé, pour la période musulmane, le volume du commerce de l’Asie centrale avec la Russie et la Sibérie avec celui de l’Iran et du Proche-Orient arabe. Baber Johansen est intervenu en soulignant les traces que l’organisation du commerce a laissées dans l’urbanisme des grandes villes, son importance pour la création d’un lien monétaire entre villes et campagnes et sur les formes de la comptabilité qu’on trouve dans les sources historiques et juridiques. Il a illustré les liens entre commerce et politique par une présentation des relations entre appareil mamelouk égyptien et commerçants étrangers et égyptiens. Michel Tuchscherer (CNRS) a clos la série des contributions sur le commerce par un exposé, basé sur des recherches d’archives au Caire, à Damas et en Europe et dédié aux réseaux commerciaux entre la mer Rouge et l’océan Indien aux XVe et XVIe siècles. Il a analysé, en termes de conditions politiques, de capitaux investis, d’origines sociales et géographiques des commerçants et des techniques commerciales utilisées, les différences entre les réseaux du grand commerce de transit, les réseaux régionaux et les réseaux locaux.

5Marc Gaborieau a décrit les réseaux soufis entre l’Inde, l’Asie centrale, le Moyen-Orient et l’Indonésie et a analysé le rôle de la Naqshbandiyya en Inde, dans l’Islam chinois, en Indonésie et dans l’Empire ottoman. Baber Johansen, dans son exposé sur la migration des doctrines juridiques et des juristes entre l’Asie centrale et le Proche-Orient, a mis l’accent sur la place du Khorasan et de la Transoxiane dans la formalisation de la science de la tradition prophétique et dans la transformation des doctrines juridiques venant du Proche-Orient, transformation dont l’influence sur la culture juridique du Proche-Orient est renforcée, à partir du XIe siècle, par la migration d’un nombre grandissant de juristes khorasaniens et transoxianiens vers les centres irakiens, syriens et égyptiens. Francis Richard (Bibliothèque nationale), dans son exposé s’est basé sur les catalogues d’œuvres d’art persan pour montrer comment les copies des œuvres produites à la cour des Timourides (livres, armes, porcelaines, peintures) ont trouvé leur chemin - via Samarqand et Bukhara - vers la cour du Grand Moghol. L’analyse du flux de ces œuvres, de la Transoxiane et de l’Iran vers l’Inde et de l’Inde vers l’Europe, a permis au conférencier de souligner le rôle des dynasties comme mécènes, de reconstruire les grandes voies du commerce d’art et les groupes qui s’y sont engagés, mais aussi le rôle du marché européen comme « archive » de ces migrations.

Bernard Vincent, directeur d’études
avec Roger Botte, Myriam Cottias, Alessandro Stella, chargés de recherche au CNRS

L’esclave, ses cousins et ses héritiers

6Le séminaire a, au cours de ses cinq séances, débattu à partir des exposés suivants : Roger Botte, « L’affranchissement pour quels statuts ? L’Afrique occidentale au XXe siècle » ; Alessandro Stella, « Histoires de vie et histoire de l’esclavage » ; Alain Rouaud, « L’abolition de l’esclavage en Éthiopie » et Jean Andreau, « L’affranchissement à Rome » ; Sadok Boubaker et Bernard Vincent, « Esclavage et conversion dans le monde méditerranéen » ; Fabienne Plazolles Guillen, « La vision chrétienne, musulmane et juive de l’esclavage à la fin du Moyen Âge » et Rita Hermon Belot, « L’abolition vue par l’abbé Grégoire ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Gaborieau, Baber Johansen, Sanjay Subrahmanyam, Bernard Vincent, Roger Botte, Myriam Cottias et Alessandro Stella, « Réseaux et voies de communication entre l’Asie centrale, le Proche-Orient et l’Inde du Xe au XIXe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 165-167.

Référence électronique

Marc Gaborieau, Baber Johansen, Sanjay Subrahmanyam, Bernard Vincent, Roger Botte, Myriam Cottias et Alessandro Stella, « Réseaux et voies de communication entre l’Asie centrale, le Proche-Orient et l’Inde du Xe au XIXe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15133

Haut de page

Auteurs

Marc Gaborieau

Articles du même auteur

Baber Johansen

Articles du même auteur

Sanjay Subrahmanyam

Articles du même auteur

Bernard Vincent

Articles du même auteur

Roger Botte

Articles du même auteur

Myriam Cottias

Articles du même auteur

Alessandro Stella

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals