Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire des sciences

Histoire des sciences appliquées (XVIIIe-XXe siècles)

Claudine Fontanon et Bruno Belhoste
p. 184-188

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Claudine Fontanon, maître de conférences
avec Bruno Belhoste, chargé de recherche à l’INRP

Mécaniques et mécaniciens dans la France contemporaine : « artistes », inventeurs, constructeurs, vulgarisateurs et marginaux

1La mécanique, science majeure des applications, est restée, cette année encore, le fil conducteur de notre réflexion. Bénéficiant des travaux effectués il y a une dizaine d’années au Centre de recherches historiques sur la « mécanisation de la France », et bien sûr des recherches de notre séminaire, il nous a semblé opportun de les confronter avec les travaux publiés dans le même temps sur les corps techniques de l’État. Cette confrontation a débouché sur la question du passage des « arts mécaniques » à la technique, et de la déqualification qui frappe le monde des « artistes » (Bruno Belhoste). L’hypothèse est qu’après la période des expérimentations et des utopies éducatives de la Révolution française, l’Empire, en restaurant les hiérarchies scientifiques, a favorisé la constitution d’une nouvelle bureaucratie technique fondée sur les sciences et entraîné le déclassement progressif de l’« artiste » (l’inventeur, le constructeur-novateur), homme libre et créateur mais sans identité sociale. L’apparition de l’ingénieur scientifique civil issu de l’École centrale de Paris, après 1829, accélère le processus de marginalisation de l’artiste-mécanicien, de « l’homme de l’art », figures généralement associées au CNAM et aux écoles d’arts et métiers. Pourtant, ces figures déclassées par les nouvelles valeurs sociales restent des acteurs majeurs du long processus d’industrialisation de la France. Mais jusqu’ici, et malgré quelques tentatives de réhabilitation, l’historiographie française a montré peu de curiosité à leur endroit.

2Nous avons donc (ré)entrepris une enquête biographique sur le monde des mécaniciens français - inventeurs, constructeurs-novateurs, vulgarisateurs, pédagogues et même ingénieurs civils ou militaires -, déjà évoqués dans leur diversité professionnelle et sociale au cours des précédents séminaires. Aux éléments classiques de la biographie, nous avons ajouté la notion de stratégie de l’acteur dans le champ pratique (Georges Ribeill) et porté une attention particulière aux soubassements intellectuels des actions techniques et des stratégies individuelles (Olivier Dard). L’importance des sociétés, comités et associations dans la société française contemporaine a justifié la prise en compte d’acteurs collectifs. Les recherches en cours et les publications récentes offrant des ressources pour notre étude ont fourni les matériaux d’analyse.

3Le séminaire a débuté par une présentation historiographique et par un débat sur la constitution d’une typologie pertinente. Pour introduire un élément comparatif, Willi Hager, professeur au EHT de Zurich a présenté son corpus de biographies sur les hydrauliciens européens aux XIXe et XXe siècles. Les onze autres séances ont été entièrement consacrées à l’exposé des biographies, à raison de deux présentations par séance.

4« Les hommes de l’art » ont été illustrés par trois figures : Frédéric Japy, concepteur de machines-outils et promoteur de la fabrication d’horlogerie en série dans la région-frontière de Montbéliard, dans une stratégie industrielle d’alliances avec la « technique protestante » et la banque bâloise (Pierre Lamard) ; deux figures contrastées de fabricants parisiens de pianos ont été évoquées : Sébastien Érard, inventeur de la mécanique à double échappement et constructeur des pianos de concert qui fondent sa notoriété dans l’Europe romantique, et Pape, constructeur réputé de pianos carrés, conçus pour une clientèle d’amateurs, mais finalement détrôné par le succès des pianos droits (Patrick Sheider).

5Plusieurs figures d’inventeurs ont été proposées : Philippe de Girard, entrepreneur-novateur à la destinée hors norme, a bâti sa réputation sur la mise au point d’un métier à filer le lin, objet d’un concours en 1810, avec lequel il conquiert le marché européen sous le Premier Empire (Olivier Raveux) ; l’invention du moteur automobile à essence est une « histoire collective » qui réunit, à la fin du XIXe siècle, quatre ingénieurs-inventeurs : Emile Levassor, Henri Panhard, Gottlieb Daimler et Arthur Krebs, seul ingénieur militaire, inventeur d’un embrayage magnétique (Claude-Alain Sarre) ; enfin Charles-Armand Trépardoux, diplômé des Arts et Métiers, associé au comte de Dion, est l’inventeur d’une chaudière à vapeur bien adaptée à la propulsion des bateaux fluviaux et des voiturettes qui équipent les collectivités locales à la fin du XIXe siècle. Son rôle précurseur a été éclipsé par la réussite de ses associés (de Dion-Bouton) dans la construction d’automobiles de luxe (Francis Trépardoux).

6Parmi les constructeurs-novateurs, François Cavé est sans doute le plus représentatif du premier XIXe siècle industriel français, par son apprentissage auprès d’un mécanicien anglais et par sa capacité à acclimater les techniques de la vapeur pour lesquelles il développe la construction de machines-outils, fleuron de l’industrie parisienne sous le Second Empire (Jean-François Belhoste). Émile Fourcaut et Émile Gobbe, deux ingénieurs associés pour l’amélioration et la mécanisation de l’étirage du verre à vitre, parviennent au début du XXe siècle à conclure un contrat d’exclusivité pour leurs produits avec l’Allemagne. Issus de grandes écoles, ils représentent, par leurs alliances financières et leur stratégie industrielle, la figure du constructeur-novateur du XXe siècle (Anne-Laure Carré). Léon Luchaire, ingénieur scientifique dont la carrière débute à la Compagnie des chemins de fer du Nord, s’est rendu célèbre par l’invention et le perfectionnement d’appareils d’éclairage et de chauffage des gares ferroviaires, qui équipent l’ensemble des réseaux français et conquièrent une clientèle internationale dans les années 1880 (Bertrand Rouvillois).

7La mécanique a de tout temps suscité de forts engagements pédagogiques et vulgarisateurs. Louis-Benjamin Francœur, mathématicien associé à la fondation de l’École polytechnique, s’investit sous la Restauration au sein de la Société d’encouragement où il devient un rapporteur prolifique sur les « arts mécaniques » ; le mouvement philanthropique, la vulgarisation et l’expertise technique, en le détournant de la recherche mathématique, le privent de reconnaissance sociale. André Ténot, homme des Arts et Métiers, connaît un siècle plus tard un destin plus heureux en participant à l’aventure contemporaine de l’hydrotechnique, notamment à la construction d’une grosse centrale hydraulique sur le Rhin, qui stimule ses capacités inventives. Après une longue carrière industrielle, l’hydraulicien s’engage dans la recherche scientifique et dans l’enseignement de la mécanique, puis contribue à la fondation de laboratoires de mécanique expérimentale ; son action à la Société hydrotechnique de France, ses activités d’expertise et son goût pour la diffusion des nouveaux savoirs lui valent une reconnaissance scientifique unanime en France et en Allemagne (Serge Benoît).

8Deux communications ont porté sur des acteurs collectifs : le Comité de mécanique de la Société industrielle de Mulhouse, dont l’originalité réside autant dans le dynamisme et la créativité technique de ses membres que dans leur forte cohésion religieuse et culturelle (calvinistes et francs-maçons) ainsi que dans la capacité des générations successives de mécaniciens à produire des modèles sociaux, en particulier en matière de prévention des accidents du travail (Florence Ott). La Société industrielle nantaise rend compte d’un autre type de stratégie collective et de sociabilité. Après la fondation réussie d’une industrie métallurgique et mécanique entre le Premier et le Second Empire, les générations suivantes, formées à l’École centrale de Paris et l’École polytechnique, créent ex nihilo une activité de constructions navales, en réponse à l’ouverture de marchés par la Marine nationale et la Compagnie transatlantique. La cohésion sociale de ces mécaniciens nantais réside jusqu’au milieu du XXe siècle dans une forte endogamie, qui consolide sur place le patrimoine collectif (Pierre Lamendé). La société nantaise aura également son « pédagogue militant » au XXe siècle dans la figure d’Aymé Poirson, fondateur de l’Institut polytechnique de Nantes où il impose un enseignement de mécanique et développe la recherche scientifique pour la formation des ingénieurs-docteurs en collaboration avec l’Université de Rennes (Virginie Champeaux).

9Des acteurs aux profils atypiques ont été retenus : Jean-Nicolas Hachette, adjoint de Monge à l’École polytechnique, qui fait, dans l’ombre du savant, une carrière de professeur de mécanique mais choisit finalement de se consacrer au Comité des « arts mécaniques » de la Société d’encouragement et à la vulgarisation technique et scientifique (Jean-Yves Dupont) ; un siècle plus tard, le physicien Paul Langevin, entraîné dans la mobilisation scientifique de 1915 par Paul Painlevé, révèle son talent de concepteur et son goût pour la pratique technique dans le domaine de l’aérodynamique des très grandes vitesses (Claudine Fontanon).

10Malgré l’affaiblissement du rôle des ingénieurs militaires dans l’innovation mécanique et dans le progrès de la discipline après 1880, cette catégorie contribue encore à l’innovation technique avec, en particulier, l’artilleur Louis Susane, novateur dans la propulsion des fusées de guerre sous le Second Empire, dont le nom reste attaché à une publication de référence sur l’artillerie (Philippe Young) ; les ingénieurs du Génie maritime, oubliés de l’historiographie en raison de leur faible nombre, se distinguent cependant depuis le début du XXe siècle par leurs pratiques aux frontière de l’hydrodynamique théorique, de l’expérimentation et de l’empirisme technique ; leur créativité se déploie dans la conception de nouveaux outils expérimentaux pour l’amélioration des formes des carènes de la Marine nationale et de la flotte commerciale ; Émile Barillon, ingénieur d’une grande culture scientifique, mais aussi concepteur d’ingénieux dispositifs expérimentaux, inaugure une lignée de directeurs du Bassin des carènes de Paris reconnus par l’Académie des sciences (Serge Bindel et Claudine Fontanon). Enfin, la question du statut de l’invention et de l’inventeur a été posée pour les épisodes de la Première et de la Seconde Guerre mondiale (Danièle Rousselier).

11Mes recherches de longue durée sur la recomposition des savoirs scientifiques et des pratiques mécaniciennes dans l’Europe du XXe siècle ont fait l’objet d’une communication au colloque organisé par la DGA sur l’armement et d’une présentation au Laboratoire de mécanique des fluides de l’ESPCI. Les responsables du séminaire ont mis en chantier la publication des travaux du séminaire précédent sur les objets mécaniques.

Publication

  • « Pierre Bésier (1904-1990) », Encyclopaedia Universalis, Cédérom, 2001.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudine Fontanon et Bruno Belhoste, « Histoire des sciences appliquées (XVIIIe-XXe siècles) », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 184-188.

Référence électronique

Claudine Fontanon et Bruno Belhoste, « Histoire des sciences appliquées (XVIIIe-XXe siècles) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15147

Haut de page

Auteurs

Claudine Fontanon

Articles du même auteur

Bruno Belhoste

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals