Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire des sciences

Techniciens et sociétés

André Grelon
p. 201-203

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

André Grelon, directeur d’études

Groupes professionnels et catégories sociales

1Cette année, un des axes centraux du séminaire a porté sur une analyse de l’histoire des ingénieurs français depuis la naissance de l’ingénieur « moderne » à la fin du XVIIIe siècle, avec la création des premières écoles d’ingénieurs. Avec la participation d’André Thépot, professeur émérite à l’Université de Paris-X, on a parcouru le XIXe siècle et le début du XXe pour situer la place des ingénieurs dans l’évolution industrielle et examiner leur insertion en tant que groupe professionnel émergeant au sein de la société. Une attention particulière a été porté à la période révolutionnaire, au Consulat et à l’Empire, époque au cours de laquelle des institutions emblématiques comme l’École polytechnique, le Conservatoire des arts et métiers, l’École du génie et de l’artillerie, les deux premières écoles d’Arts et Métiers ont été créées. Mais dès les débuts de la Restauration, quand le contact est repris avec l’Angleterre, des voix s’élèvent pour dénoncer l’inadéquation de la formation des techniciens et la nécessité de créer de nouvelles structures d’enseignement pour ne pas être dépendant des techniciens anglais. On a examiné la création de l’École centrale des arts et manufactures (1829) comme une des réponses apportées à ce problème, mais aussi l’évolution des enseignements au Conservatoire des arts et métiers.

2Avec l’accélération de l’industrialisation, les fonctions des ingénieurs sont valorisées. Nombre d’entre eux participent au mouvement de réflexion sociale, notamment en diffusant les thèses saint-simoniennes. Lionel Latty a présenté une recherche menée sur un saint-simonien éminent, Henri Fournel, ingénieur au corps des Mines, qui, de la Restauration à la IIIe République, a joué un rôle, entre secteur privé et fonction publique, dans la vie industrielle, économique et sociale de son temps. Jean-Pierre Williot (Université de Paris-IV) a proposé une analyse de la carrière de Jules Petiet, ingénieur issu de la première promotion de l’École centrale, qui, après un passage par le célèbre bureau d’études Flachat, va avoir une carrière flatteuse dans les chemins de fer, sera président de la Société des ingénieurs civils et directeur de l’École centrale, en montrant les multiples réseaux par lesquels un ingénieur du XIXe siècle construit son identité sociale.

3À partir de 1848, à la charnière de la première et de la seconde industrialisation, la prééminence des ingénieurs d’État commence à être contestée : on a examiné la création et le rôle de la Société des ingénieurs civils dans cette crise et la place prise progressivement par les centraux dans les secteurs de la vie économique. Toutefois, le développement des nouvelles sciences appliquées et les technologies qui leur sont associées amènent à la création de filières de formation spécialisées : on a pris l’exemple de l’électricité, discipline emblématique de cette seconde vague industrielle, pour montrer la fondation d’établissements d’enseignement spécifique. Dans d’autres secteurs également la demande en formation s’exacerbe. Pierre Vigreux (ingénieur du Génie rural, des eaux et des forêts) a présenté une thèse récemment soutenue sur l’histoire de l’École des industries agricoles, ouverte à Douai en 1893, qui marque une étape dans l’industrialisation de la production agricole. De son côté, en exposant la question de la formation des élites techniques étrangères au sein de l’École polytechnique, Anousheh Karvar (Bibliothèque nationale de France) rappelle que les grandes institutions traditionnelles continuent à avoir une place à part dans l’organisation de l’enseignement technique supérieur en France.

4Plusieurs séances ont été consacrées à l’évolution de la position du groupe professionnel des ingénieurs dans le premier XXe siècle. Aimée Moutet (Université de Paris-XIII) étudie l’émergence des processus de rationalisation dans l’industrie à partir des courants fayolien (organisation administrative), taylorien et fordiste. La synthèse s’opère sous l’impulsion des besoins de l’armée et de la construction automobile. Avec la guerre de 1914-1918, elle devient le modèle à suivre. Avec ce conflit du reste, la nécessité de l’excellence technique - qui avait été révélée dès 1870 - pour mener la guerre se confirme : celle-ci a désormais un caractère industriel et les ingénieurs jouent un rôle important en ce sens. Enfin on a commencé à aborder les transformations du statut des ingénieurs dans l’entre-deux-guerres, question qui sera reprise amplement durant l’année 2001-2002.

5Le séminaire a accueilli le professeur Ina Wagner (Université technique de Vienne), directrice d’études invitée, qui est venu présenter dans plusieurs conférences les importants travaux qu’elle mène, dans le cadre d’un réseau international, sur la façon dont aujourd’hui les technologies de l’information et de la communication transforment les pratiques de travail des ingénieurs et designers. Elle montre que le travail dans ces professions techniques est de plus en plus dépendant des réseaux de coopération avec des acteurs externes, que le design est d’une importance croissante car concevoir et développer un produit suppose de plus en plus de convaincre un public divers et de mobiliser des coopérations, et qu’enfin les technologies elles-mêmes, de simples instruments deviennent des espaces de travail utilisés pour concevoir, planifier et présenter le développement du produit.

6Autres activités du directeur d’études : Communication au colloque de Barcelone, « 150 ans de formation d’ingénieur en Europe » (septembre 2000) ; conférence au colloque sur la « Sociologie des groupes professionnels » (RC52 de TAIS) à Lisbonne (septembre 2000) ; conférences à l’École polytechnique d’Alger et à l’Université des sciences et techniques Bab-Ezzouar (avril 2001) ; communication au colloque sur l’histoire de la formation des ingénieurs électriciens à Prague (avril 2001) ; communication au colloque Zénobe Gramme à Amay -Belgique (avril 2001) ; co-direction d’un symposium sur les professeurs d’écoles d’ingénieurs et la culture technique moderne ; XXIe congrès d’histoire des sciences, Mexico (juillet 2001). Suite du programme de recherche sur « ingénieurs et sociétés dans le Maghreb contemporain » (atelier de Rabat, février 2001). Suite et fin du programme de recherche sur l’histoire des corps d’ingénieurs d’État qui ont composé le corps du Génie rural des eaux et des forêts (IGREF) : cette étude donnera lieu à publication en décembre 2001. Co-direction du programme collectif de recherche sur l’implantation et le développement des enseignements techniques supérieurs en province : le cas de la Lorraine (ce programme donnera lieu à un colloque international à l’automne 2001). Participation à la direction du Comité de recherche « Sociologie des professions » (RC52-AIS). Coordination des enseignements de sociologie des Collèges universitaires français de Moscou et Saint-Pétersbourg. Membre de la coordination du Groupement de recherche « Cadres » (GDR CNRS).

Publications

  • « Les débuts des cadres », dans Cadres : la grande rupture, sous la dir. de P. Bouffartigue, Paris, La Découverte, 2001, p. 21-34.
  • « La question des relations Université/milieu régional. Un aperçu historique », dans Géographes en pratiques (1870-1945). Le terrain, le livre, la cité, sous la dir. de G. Baudelle, M.-V. Ozouf-Marignier et M.-C. Robic, Rennes, Presses de l’Université de Rennes, 2001, p. 25-35.
  • Avec Françoise Chamozzi, « Engenheiros e riscos tecnológicos na química industrial na França », dans Trabalho e formacáo do engenheiro, sous la dir. de L. Bruno et J. Bosco Laudares, Belo Horizonte, Editora Fumarc/PUC-MG, 2000, p. 15-120.
  • « Sociologie des cadres, par Paul Bouffartigue et Charles Gadéa, Paris, 2000 », note de lecture, Le Mouvement social, 192, juil.-sept. 2000, p. 160-163.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Grelon, « Techniciens et sociétés », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 201-203.

Référence électronique

André Grelon, « Techniciens et sociétés », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15154

Haut de page

Auteur

André Grelon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals