Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Asie

Société, pouvoirs et processus politiques dans la Chine du XXe siècle

Yves Chevrier et Michel Bonnin
p. 228-235

Texte intégral

Yves Chevrier, directeur d’études

La construction du politique dans la Chine d’aujourd’hui : l’État et le social

1Dans la Chine d’aujourd’hui, la question du politique ne se limite pas à une alternative entre la persistance du totalitarisme et l’effondrement du régime. Depuis 1979, les structures et les tâches de l’État se sont modifiées progressivement, en fonction des activités et des pratiques sociales nouvelles autorisées par les réformes. Celles-ci, en raison de leur caractère graduel, ont provoqué la coexistence de deux systèmes socio-économiques assortis de deux modes de reconnaissance par le pouvoir. Le couple qui tenait aux principes socialistes est resté pleinement institué, mais son emprise et son influence ont régressé en même temps que l’économie étatique et ses prolongements sociaux et normatifs. À l’inverse, la part croissante de l’économie de marché et de la nouvelle stratification sociale a entraîné la mise en œuvre de processus institutionnels au moyen desquels le pouvoir laisse agir des corps sociaux qu’il ne contrôle plus qu’indirectement, sans toutefois leur accorder une pleine reconnaissance ni une entière autonomie. Tout en restant ancré dans ses structures propres, le pouvoir laisse se développer une périphérie sociale et culturelle qu’il n’institue plus en vertu de ses principes révolutionnaires et totalitaires. Dans cette marge de « distension » du communisme se développe une institutionnalisation progressive de la société, dont la logique appelle une restructuration du pouvoir lui-même à travers celle de l’État.

2Jusqu’à présent, des processus institutionnalisants ont été repérés dans trois domaines : l’État lui-même (réformes administratives, changements constitutionnels), la mise en place de cadres régissant les activités économiques relevant du marché, l’extension du champ juridique. Mais l’institutionnalisation de la société post-maoïste n’a guère été étudiée en elle-même, sans doute parce que le terrain social en ses noyaux urbains s’est assez peu transformé jusqu’au milieu des années 1990, puisque ces noyaux, contrairement à la campagne, ont été contournés par les réformes. Dès lors que la restructuration en cours des entreprises d’État étend la décollectivisation au collectivisme urbain, le domaine social devient un terrain d’analyse pertinent pour notre problématique.

3L’heure étant au désengagement de l’État dans les domaines de l’emploi, de la formation, du logement, de la protection sociale, la vraie nouveauté est, avec la généralisation de la décollectivisation et l’accentuation de l’exode rural, la disparition des différences statutaires entre les noyaux urbains-industriels et les périphéries paysannes et marchandes. L’effacement des statuts hérités de la construction du socialisme ne se traduit ni par un nivellement social, ni par une parfaite égalité de traitement. Des études précises et régionalisées de la crise de l’emploi, telles celles que Dorothy Solinger (Université de Californie à Irvine) a exposées au cours de trois séminaires (« Paradoxes of departing from the planned economy in China »), montrent que les autorités réagissent différemment d’un lieu à l’autre, en obéissant aux circonstances ainsi qu’à des traditions locales de gouvernement. La société urbaine reste profondément compartimentée en même temps qu’elle se stratifié de plus en plus ouvertement d’un point de vue socio-économique. Il n’en reste pas moins que l’abandon du projet social originaire du socialisme produit un effet de globalisation du social dans ses rapports avec le pouvoir. Deux perspectives s’ouvrent ainsi. La fin du contournement des noyaux urbains du « maoïsme réellement existant » peut signifier, d’un côté, le renoncement du régime à son projet social, la couche dominante s’installant dans une situation à la fois rentière et entrepreneuriale à l’abri des structures répressives du totalitarisme, auxquelles s’ajouteraient le saupoudrage d’aides gouvernementales ciblées et surtout les interventions téléguidées des échelons intermédiaires du pouvoir et d’organisations sociales trop vite baptisées « non gouvernementales » : F. Pesavento, étudiante en DEA, a montré qu’elles sont chargées par l’État, qui les encadre à cet effet, de transférer à la société - de « socialiser » (shehuihua) - le fardeau de l’aide sociale.

4L’expression shehuihua désigne moins l’abandon d’une ambition sociale que la métamorphose du « tout État » totalitaire en quête de relais sociaux. Au-delà de la dévolution de la gestion du social que l’on constate aujourd’hui, cette quête de relais dans la société ne peut-elle déboucher sur une autre perspective : celle du redéploiement des modes d’intervention de l’État, qui, tout en sanctionnant les inégalités économiques et sans que soient résorbées les poches d’abandon rural et urbain, aboutirait à l’institutionnalisation de la société par un État qui, du même coup, se « socialiserait », selon la perspective arendtienne évoquée par J.-L Rocca ? Il ne s’agirait plus d’un quatrième domaine d’expansion des processus institutionnalisants (après l’économie, le droit et l’État), mais bien d’une refonte d’ensemble, dont la logique serait changée : elle ne consisterait plus à ajouter des appendices économiques, sociaux, normatifs et institutionnels à la vieille carcasse du communisme, mais bien à restructurer celui-ci de fond en comble, dans un rapport nouveau avec son Autre.

5Si l’on privilégie cette perspective, à titre heuristique, les réformes post-maoïstes ne peuvent se comprendre en elles-mêmes ni seulement par rapport aux acteurs sociaux qu’elles mettent en ligne ; elles relèvent principalement d’une construction étatique, qu’il convient de situer dans l’histoire : cette construction vise à instituer une société post-révolutionnaire. Dans le passage du flux au reflux, le communisme chinois, loin de déboucher sur le chaos, serait le paradoxal accoucheur de l’État moderne qui aura manqué à la modernisation de la Chine post-impériale tout au long du XXe siècle.

6Cette hypothèse furétienne, un tant soit peu provocatrice parmi tant d’études concluant au repli du pouvoir sur son pré carré d’entreprises, de trafics et de répression, a été balisée d’entrée de jeu lors d’une journée d’étude (« Recompositions chinoises : la question du travail et la construction de l’État ») organisée le 6 décembre 2000 en coopération avec la Revue d’Études comparatives Est-Ouest au Collège de France (R-É. Will, chaire d’histoire de la Chine moderne). B. Zimmermann (EHESS) a rappelé, à travers l’histoire de l’État social en Allemagne et en France, le rôle formateur pour l’État et pour la société de la définition de politiques sociales générales et de l’apparition d’institutions ad hoc. Les débats ont fait apparaître que la Chine actuelle est non seulement loin de passer de l’État ouvrier à un tel type d’État social, mais aussi que ce passage requiert une coopération suivie entre l’État et des partenaires sociaux. L’institutionnalisation de la société peut s’accommoder jusqu’à un certain point d’une perspective politique autoritaire. Encore lui faut-il dégager les marges d’action nécessaires au bon fonctionnement de la mécanique institutionnelle, comme l’indique la référence bismarckienne. Il n’est pas moins vrai qu’une société institutionnalisée acquiert, en regard du pouvoir, un poids spécifique et tend à l’autonomie. La gouvernementalité communiste saura-t-elle s’accommoder et d’une généralisation des processus d’institutionnalisation de la société, et de telles marges d’action ?

7Il est tentant de conclure que l’évolution qui irait jusqu’à institutionnaliser la modernisation reviendrait à « désinstituer » le communisme, ce que celui-ci ne saurait tolérer. Mais avant de reposer l’alternative que nous avons récusée dès la première ligne de ce compte rendu, ne convient-il pas d’envisager que l’histoire du communisme post-révolutionnaire en Chine continuera d’avancer en suivant des voies de traverse, comme elle le fit avec le long contournement des bastions urbains du collectivisme, et en exploitant les lignes de faille et les espaces de manœuvre que recèle l’espace politique du régime ? Les clans du pouvoir, confrontés aux enjeux étatiques de la modernisation sociale, s’affrontent mais savent aussi trouver des compromis, comme l’a montré Zhang Wei-wei. L’institutionnalisation de la société s’affirme en tendance ; dans la réalité, elle coexiste avec la « distension » du système communiste hérité de la période révolutionnaire. L’État « légal-rationnel » reste confiné aux utilités économiques, juridiques et sociales. De vastes zones de pratiques sociales tolérées mais non positivement instituées échappent encore à ses institutions et à ses normes. Il y a là autant de marges d’expansion virtuelle pour une nouvelle gouvernementalité que de compromis possibles garantissant la survie de l’ancienne. De ces compromis (ou de ces incohérences) résulte un système de contrôle qui ménage des interstices de non-intervention (ou d’indifférence sélective) dans lesquels se développent des concrétions socio-culturelles jugées utiles ou non dangereuses pour le pouvoir, mais violemment réprimées dès lors que celui-ci change d’attitude, en raison de sa logique propre ou du comportement des acteurs sociaux. Telle aura été, après celle des intellectuels démocrates des années 1980, la brève histoire de la secte Falungong. Dans un cas comme dans l’autre, il serait exagéré de parler d’une société civile, c’est-à-dire d’une capacité politique des acteurs sociaux. La force du pouvoir héritier de la révolution maoïste est qu’il conserve le monopole de cette capacité, parce qu’il sait le défendre (trois exposés ont analysé l’espace très contrôlé dans lequel se développent les usages sociaux de l’Internet), mais aussi parce qu’il exploite le compartimentage de la société et des protestations, en même temps qu’il demeure une référence majeure pour les acteurs sociaux, dès lors qu’il apparaît comme l’État apaisé de la post-révolution, et comme l’État de la nation.

8Pour éclairer la question du rapport entre le pouvoir et la société, rapport que le paradigme totalitaire tend à situer hors de l’histoire, le couple historique de l’État et du social doit être pris en considération. Le poids de la société s’exprime avant tout par les implications qu’ont ses mouvements et ses évolutions sur la structure politique (il s’agit ici des processus d’une formation étatique lato sensu), et par les processus induits d’une construction plus consciente, plus volontaire de l’État. Il n’y a pas plus d’autonomie du politique que de la société, quoique le déséquilibre en faveur du premier - qui a marqué la longue durée chinoise et la modernité tronquée du XXe siècle - fasse encore sentir ses effets. Le pouvoir est l’acteur principal de la sortie du maoïsme ; le nationalisme n’est pas son seul recours face aux forces qu’il a mises en mouvement, mais il convient bien à une stratégie de construction étatique, tout en couvrant les incohérences et les tensions que provoquent et la stratégie et les limites de son application. C’est dans cette perspective que nous étudierons, l’an prochain, la composante nationaliste de la recomposition post-révolutionnaire du communisme chinois, en la situant dans l’histoire des nationalismes qui se sont succédé en Chine depuis un siècle.

Publications

  • « De la révolution à l’État par le communisme », Le Débat, nov.-déc. 2001, p. 92-113.
  • « Histoire et révolution au Viêt Nam », préface à Héros et révolution au Viêt Nam, par B. de Tréglodé, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 5-20.

Michel Bonnin, maître de conférences

Pouvoir et société en République populaire de Chine : les avatars du totalitarisme

9Cette année, l’accent a été mis sur les difficultés rencontrées par le système totalitaire maoïste dans les dernières années du règne du Grand Timonier et sur les mutations qu’il a subies depuis la fin des années 1970 jusqu’à aujourd’hui, par suite de l’abandon du modèle d’économie planifiée et de la transition vers une « économie de marché socialiste ». Après une brève description des fondements du système de contrôle et de mobilisation de la société par le Parti communiste et un rappel des bouleversements de la Révolution culturelle, on a vu que ceux-ci n’avaient eu que peu d’impact à long terme sur les rapports institutionnels entre le pouvoir et la société. Les discours sur le modèle de la Commune de Paris, notamment, n’avaient pas empêché le rétablissement, dès 1969, d’un système politique caractérisé par une domination classique du Parti communiste. On a constaté, cependant, que, dans les années 1970, la mobilisation de la société avait perdu de plus en plus de son efficacité par suite d’un divorce croissant entre les objectifs politiques et idéologiques de Mao et les souhaits d’une population victime d’une véritable « gueule de bois idéologique ». De nombreux phénomènes d’anomie ont été cités, notamment au sein de la jeunesse urbaine confrontée à l’impossibilité de poursuivre des études normales et à la nécessité de partir vivre à la campagne potentiellement pour toute la vie. On a montré que la mort de Mao, puis l’entrée dans l’ère de Deng Xiaoping, à partir de 1978, avaient permis une évolution des rapports pouvoir-société : première victoire d’un mouvement de revendication sociale dans l’histoire du régime (celui des « jeunes instruits » envoyés à la campagne) et premier mouvement politique ouvertement en faveur d’une démocratisation du régime (mouvement du Mur de la démocratie). Cependant, en imposant le respect des Quatre Principes fondamentaux, Deng Xiaoping a marqué, dès 1979, les limites étroites de cette évolution. Les années 1980 seront traversées par une lutte incessante pour plus de liberté intellectuelle et politique et, même si cette lutte a lieu autant au sein du Parti qu’entre lui et la société, ce qui interdit de séparer nettement les deux, des revendications d’autonomie sociale apparaîtront, débouchant sur des embryons de société civile, dont certains ont été présentés de façon détaillée. La revendication d’une existence autonome de la société entretenant avec le pouvoir des relations de dialogue et non plus de soumission a explosé pendant le deuxième grand mouvement démocratique, celui du printemps 1989. Son échec et l’élimination de la fraction libérale du Parti qui s’en est suivie ont modifié singulièrement les relations pouvoir-société dans les années 1990. Alors même que l’accélération des réformes économiques décidée par Deng en 1992 augmentait les risques de mécontentement social et d’une perte de contrôle par le pouvoir, celui-ci a réussi à maintenir l’essentiel de son monopole politique et même idéologique. Si la société a gagné plus d’autonomie individuelle, grâce au développement du marché, le retrait de l’État n’a pas du tout pris la forme d’un abandon mais plutôt celle d’un repli sur un noyau dur : le contrôle de l’idéologie et de l’organisation. Alors qu’au début du régime, ce contrôle avait servi à dominer entièrement la société et avait même vocation à transformer l’homme, aujourd’hui, plus prosaïquement, il garantit à la couche dirigeante le monopole politique et tous les avantages matériels qui en découlent. Le maintien d’un contrôle très strict sur la société, malgré une certaine souplesse dans son application, a été confirmé par plusieurs exposés d’étudiants portant sur des sujets aussi divers qu’une révolte paysanne contre des expropriations de terrain, le développement des organisations caritatives dans les années 1990 ou les relations entre les troupes d’acrobatie et le pouvoir.

Pouvoir et société à Hong Kong, de 1945 à nos jours (avec Jean-Philippe Béja, directeur de recherche au CNRS)

10Avant d’aborder la période contemporaine, nous avons présenté la manière dont s’est constituée une forme de société civile chinoise à Hong Kong dès la fondation de la colonie. À la différence de ce qui s’est passé dans la plupart des communautés chinoises d’outre-mer l’origine locale n’a pas joué un grand rôle. Ce sont plutôt les guildes de métiers qui, au départ, constituent la base de cette société, et elles s’affirmeront au cours d’un certain nombre de conflits sociaux. Les élites marchandes, souvent liées aux firmes britanniques, chercheront à se poser en intermédiaires dans ces conflits. Le gouvernement colonial adopte une attitude ambiguë à leur égard. D’une part, il souhaite utiliser leurs bons offices, ce qui l’amène à coopter ces élites chinoises (c’est l’origine de ce que Ian Smith a appelé le « pacte colonial »), mais, d’autre part, il craint le développement de leur influence et notamment leurs éventuels liens avec la Chine.

11Le modèle de la cooptation est utilisé tout au long des six premières décennies du XXe siècle, mais il connaît une crise dans les années 1960 : les communications sont rompues avec les travailleurs qui sont de plus en plus atomisés, tandis que les élites cooptées par le pouvoir colonial sont de plus en plus coupées de la société. Ce manque de communication avec la population ordinaire sera exploité, pendant la Révolution culturelle, par les maoïstes locaux soutenus par Pékin et aboutira aux graves émeutes de 1967. Malgré l’échec de cette tentative de déstabilisation, le gouvernement colonial prendra conscience de la nécessité d’avoir des interlocuteurs représentatifs. L’arrivée du gouverneur MacLehose en 1972 se traduit par la création de toute une série d’organismes consultatifs. La politique sociale du gouvernement contribue aussi à l’apparition d’une société civile de plus en plus structurée. La société hongkongaise devient moderne, le dernier pas vers la modernité étant franchi, dans les années 1990, avec l’apparition de partis politiques. Depuis la rétrocession de 1997, l’existence d’une vigoureuse société civile et la tradition de respect des libertés publiques, notamment de la liberté de la presse, expliquent que les tentatives d’imposition de la logique « pékinoise » à Hong Kong se heurtent à une résistance obstinée, capable de ralentir le mouvement, à défaut de l’arrêter.

Séminaire collectif

12Dans le cadre du séminaire collectif du Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine intitulé « Introduction à la recherche sur le monde chinois : repères, sources et pratiques », je me suis interrogé sur les caractéristiques de la société chinoise d’aujourd’hui à partir d’une présentation de l’ouvrage d’Andrew Walder : Communist neotraditionalism : work and authority in Chinese industry. Ce livre intellectuellement très stimulant a donné lieu à une discussion portant notamment sur les mérites comparés des termes de néo-traditionalisme et de totalitarisme pour caractériser les systèmes communistes, sur l’influence respective du système et de la tradition culturelle dans les formes prises par les relations de travail dans l’industrie chinoise, et sur l’ampleur des changements introduits par la transition vers une économie de marché. J’ai également abordé la question méthodologique de l’utilisation des interviews de réfugiés, ayant moi-même eu recours à ces interviews dans la même institution hongkongaise et à peu près à la même époque que Walder.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Chevrier et Michel Bonnin, « Société, pouvoirs et processus politiques dans la Chine du XXe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 228-235.

Référence électronique

Yves Chevrier et Michel Bonnin, « Société, pouvoirs et processus politiques dans la Chine du XXe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15175

Haut de page

Auteurs

Yves Chevrier

Articles du même auteur

Michel Bonnin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals