Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Entreprises et travail en Europe occidentale et aux États-Unis aux XIXe et XXe siècles

Patrick Fridenson et Bruce Kogut
p. 262-266

Texte intégral

Patrick Fridenson, directeur d’études

L’entreprise à la lumière de l’histoire et des autres sciences sociales (suite)

1Ce second séminaire a continué le double effort entamé au cours de la précédente année universitaire : avancer vers une nouvelle conceptualisation de l’entreprise comme espace technique, économique, social, culturel et politique au sein de réseaux et de systèmes grâce aux apports de différentes sciences sociales ; bâtir une synthèse combative des acquis intellectuels engrangés par l’histoire des entreprises au cours des dix dernières années. De ce point de vue, le séminaire a montré qu’à la différence d’autres branches de l’histoire économique, l’histoire des entreprises ne se trouve pas uniquement en situation de débitrice par rapport aux sciences économiques, mais qu’elle est aussi en position de critique positive et de contribution. Ainsi Richard John, directeur d’études associé, a montré que les nouveaux courants de l’histoire des entreprises aux États-Unis remettent en cause une partie de l’économie des coûts de transaction. De même, le directeur d’études a présenté l’histoire des normes en d’autres termes que ceux de la dépendance par le cheminement. Ou bien encore Juro Hashimoto, directeur d’études associé, dans les deux séances qu’il a consacrées à l’ascension des entreprises japonaises puis à ce que l’on appelle la décennie perdue (depuis 1991), a souligné le caractère artificiel de la distinction entre macro- et micro-économie pour comprendre l’ensemble des dimensions de la réussite des entreprises japonaises puis de leur entrée en crise. Il a évoqué la convergence entre les travaux des historiens des entreprises japonaises et ceux d’économistes autres que ceux qui ont produit l’analyse longtemps dominante sur les banques japonaises.

2Une dimension spécifique du séminaire de cette année à été les relations entre entreprises et espace : l’insertion changeante des entreprises dans l’espace, leur rôle créateur d’espaces économiques d’échelle variable, la reconsidération récente du concept de territoire à aménager en fonction des vagues successives de mondialisation. Pierrre-Paul Zalio (ENS-Cachan) a ainsi analysé l’expansion puis les complexes reconversions des grandes familles de Marseille. Alain Cottereau, directeur d’études, a présenté ses recherches sur la fabrique collective, qu’il oppose à l’individualisme méthodique des firmes cher aux néo-classiques en insistant sur le fait qu’il ne s’agit pas seulement d’un épisode passé, mais d’un potentiel d’organisation pour aujourd’hui et pour demain. Michel Lescure (Université de Paris-X) a dressé une typologie très neuve des différents rapports au territoire que l’industrie en Europe a été capable de tisser et de leurs conséquences sur l’emploi et sur la circulation des capitaux. Hervé Joly (CNRS) a analysé les relations entre les entreprises de Rhône-Alpes et celles de l’Ile-de-France.

3Une autre dimension du séminaire a été la relation entre survie des entreprises et changement scientifique et technique. L’exposé de Richard John, directeur d’études associé, a donné une première vue d’ensemble sur les modalités d’adaptation des entreprises américaines à l’essor des sciences et techniques de l’information et de la communication. Le directeur d’études a étudié le dialogue dans les entreprises entre l’accumulation des savoirs dans les métiers et les impératifs de renouveau imposés par les projets.

4Enfin, les réflexions du séminaire ont également porté sur entreprise et action collective. Elles ont présenté l’entreprise comme praticienne du droit (Jean-Philippe Robé, avocat). Elles ont mis en valeur l’importance, même à l’intérieur d’un univers de rationalité limitée, de dimensions différentes de celle-ci : les émotions, les menaces, les reconstructions mémorielles. Elles ont souligné l’impact du changement de ce qui se dit dans l’espace public sur les pratiques à l’intérieur de l’entreprise (Sébastien Konrad, maître de conférences associé, à propos de la transformation de l’idée de travail au Japon après Meiji). Elles ont montré les multiples croisements entre le public et le privé, bien au-delà des habituelles questions de frontière et d’emprise. Elles ont dessiné une alternance entre des vagues de rationalisation et des logiques de rupture (Gwenaëlle Rot, Université de Paris-X). Elles ont montré la naissance et l’adaptation sélective de doctrines d’action dans les entreprises et mis l’accent à la fois sur les pratiques d’information qui en soutenaient l’application et sur les conflits qui mettent les apprentissages collectifs à l’épreuve (Pierre Veltz, École des ponts). De ce point de vue l’histoire des entreprises rejoint les débats les plus actuels en gestion, en économie et en sociologie.

Patrick Fridenson, directeur d’études
avec Bruce Kogut, professeur à l’Université de Pennsylvanie

Y a-t-il une nouvelle économie ?

5Ce séminaire s’est interrogé sur la notion récente, et devenue courante, de « nouvelle économie », à partir d’une réflexion sur l’histoire des vagues d’innovation et de la création d’entreprises, d’analyses sur la gestion de l’information dans les sociétés d’Europe, d’Amérique du Nord et d’Asie, ainsi que de l’expérience concrète de professionnels qui assistent les structures aujourd’hui qualifiées de « jeunes pousses ».

6Les deux premières séances ont mis en évidence la précarité du boom autour d’Internet. Le directeur d’études a replacé celui-ci par rapport aux booms précédents (chemin de fer, électricité, automobile) et a souligné que chacun avait débouché sur une crise de croissance. Puis un consultant de Booz Allen a présenté un bilan de ses activités, concluant qu’il n’y avait rien de nouveau dans la « nouvelle économie » et expliquant que les services de conseil aux jeunes pousses reposaient sur les mêmes principes que pour les autres entreprises, notamment en matière de logistique et de relations avec les fournisseurs. Son pessimisme sur l’avenir immédiat et le rappel historique du directeur d’études ont trouvé une sorte de confirmation dans le ralentissement économique et les fermetures d’entreprises qui ont touché ce secteur dans les mois suivants.

7Les séances ultérieures ont mis en évidence la diversité des expériences nationales autour d’Internet. Le directeur d’études a présenté l’impact d’Internet en Inde, à la fois sur un nouveau décloisonnement des économies et sociétés villageoises grâce à l’aide des collectivités publiques et sur les grandes villes fournisseuses de services informatiques au reste du monde. Henrik Glimstedt (Université de Stockholm) a montré comment le succès de la Suède en la matière avait été préparé par son ouverture précoce à la téléphonie mobile et par les investissements dans les technologies effectués par Ericsson. La modularité des technologies des portables a permis la promotion d’une économie plus décentralisée dans laquelle des PME ont développé des composants clés du système en coopération avec Ericsson. Le cas de la France a été analysé en ce qui concerne les relations avec l’État. Pierre-Jean Benghozi (CNRS) a insisté sur les faiblesses de l’argument conventionnel qui lie le retard français au monopole public des télécommunications. Il considère que l’expérience du minitel a permis un apprentissage national des nouvelles technologies et orienté l’adoption d’Internet en France. Cependant le minitel a occupé les niches de marché qui ont été remplies par Internet dans d’autres pays et dès lors a contribué au retard français. Danièle Blondel (Université de Paris-IX) a, quant à elle, étudié le paradoxe actuel des incubateurs publics mis en place par les établissements d’enseignement supérieur et de recherche avec le concours de l’État pour accélérer le développement de jeunes pousses. Enfin Bruce Kogut a mis en perspective le cas des États-Unis à partir du livre de mémoires du principal créateur d’Internet, en insistant sur l’interaction entre science et droit.

8Un dernier thème du séminaire a été les conditions de transformations durables devenues possibles grâce aux nouvelles technologies de l’information et de la communication. Herminia Ibarra (Université Harvard) a présenté sa recherche en cours sur les États-Unis qui montre comment la « nouvelle économie » a offert à des cadres diplômés des opportunités de redéfinir leurs carrières. Ces cadres, en début de vie professionnelle ou à mi-parcours, parfois déjà auréolés de succès, ont choisi de changer d’identité professionnelle pour explorer leur personnalité et aussi pour faire faire un bond en avant à leur carrière. De même, le directeur d’études a montré, dans le cas de l’Inde, le potentiel de changement recelé par les familles et, dans celui de la France comme de l’Inde, les ressources et l’initiative que peuvent déployer les universités à la charnière entre science et économie.

Publications

  • « Pour une histoire de l’État contemporain comme organisation », Cahiers du Centre de Recherches historiques, oct. 2000, p. 149-156.
  • « Préface » à Laure Quennouëlle-Corre, La direction du Trésor, 1947-1967. L’État-banquier et la croissance, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2000, p. IX-XV.
  • « Malaise dans la représentation : une analyse de Michel Barthod », Entreprise et Histoire, déc. 2000, p. 119-123.
  • « Préface » à Jean Fombonne, Personnel et DRH. L’affirmation de la fonction personnel dans les entreprises (France, 1850-1990), Paris, Vuibert, 2001, p. VII-XI.
  • « Les apports de l’histoire des entreprises », dans Sociologies du travail : quarante ans après, sous la dir. d’A. Pouchet, Paris, Elsevier, 2001, p. 275-284.
  • « Entre logiques industrielles et logiques de service public », dans Stratégies, gestion, management. Les compagnies électriques et leurs patrons, 1895-1945, sous la dir. de D. Barjot, H. Morsel et S. Cœuré, Paris, Fondation Électricité de France, 2001, p. 492-496.
  • « La gestion des ingénieurs au crible de l’histoire », Revue française de Gestion, sept.-oct. 2001, p. 90-92.
  • « Préface » à Marie-Emmanuelle Chessel et Fabienne Pavis, Le technocrate, le patron et le professeur. Une histoire de l’enseignement supérieur de gestion, Paris, Belin, 2001, p. 5-9.
  • « Renault sert la guerre », 74-78, avr.-mai 2001, p. 50-55.
  • Mémoires industrielles. IIe partie : Berliet, le camion français est né à Lyon, Paris, Éd. de la MSH/Syrinx, cédérom, 2001.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Fridenson et Bruce Kogut, « Entreprises et travail en Europe occidentale et aux États-Unis aux XIXe et XXe siècles », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 262-266.

Référence électronique

Patrick Fridenson et Bruce Kogut, « Entreprises et travail en Europe occidentale et aux États-Unis aux XIXe et XXe siècles », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 27 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15191

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals