Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire sociale des modèles culturels

Jacques Revel
p. 277-278

Texte intégral

Jacques Revel, directeur d’études

Problèmes d’historiographie contemporaine. 1. L’histoire et les sciences sociales au XXe siècle. 2. Examen de travaux récents

1La première partie du séminaire a été consacrée à l’étude d’un certain nombre d’opérations élémentaires qui sont celles que pratiquent les historiens, le plus souvent sans y penser. On s’est moins situé cette année dans la perspective d’une histoire de l’historiographie, qu’on avait empruntée à plusieurs reprises pendant les années précédentes, mais plutôt dans celle d’une épistémologie modeste, au plus proche des pratiques effectives. On a donc supposé connue l’histoire des techniques de l’érudition, telle qu’elle a été plusieurs fois reprise récemment, pour s’attacher avec les auditeurs du séminaire à décrire ces opérations ainsi que les cadres de référence dans lesquels elles s’inscrivent. On a ainsi examiné ce que fait l’historien lorsqu’il découpe un fait ainsi que les attendus et les modalités de la description - et d’abord, de la descriptibilité - qui sont associés à ce découpage. Quels sont les contours d’un fait historique ? où commence-t-il et où finit-il ? par rapport à quoi l’isole-t-on et comment le met-on en rapport avec d’autres faits ? On rencontre là une série de problèmes qui ont été largement discutés au sein de traditions historiques et philosophiques multiples et souvent contradictoires, et on a attaché une importance plus particulière aux positions développées par la tradition analytique anglo-saxonne, par A. Danto notamment. Le même exercice a été mené sur la notion de témoignage, sur les modes de certification, et enfin sur les implications cognitives du récit historique. Cette réflexion sera poursuivie l’an prochain. Elle a pu bénéficier des utiles contributions de Serena Ferente (Scuola normale superiore de Pise) et Giovanni Levi (Université de Venise).

2La seconde partie du séminaire a été consacrée à l’examen et à la discussion du livre de Paul Ricœur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, publié à l’automne 2000 et qui a fait l’objet de larges débats au sein de plusieurs groupes dans l’École et en dehors d’elle. Ces séances ont été conçues et assurées en commun avec David Schreiber, assistant-moniteur à l’EHESS, qui a choisi de consacrer sa thèse à des problèmes d’histoire de l’historiographie. Une série de longs extraits du texte de Ricœur ont été soumis à un examen critique, sans suivre d’ailleurs l’ordre de son ouvrage mais en insistant, à nouveau, sur la lecture qu’il propose de l’« opération historiographique ». On s’est interrogé sur la sélection des références invoquées par le philosophe et sur leur cohérence ; en s’attachant à reconstruire le cadre plus général de sa démarche, on s’est demandé quelle pouvait être la place faite à l’histoire entre la mémoire et l’oubli dans l’économie d’ensemble de l’ouvrage ; on a réfléchi sur le décalage entre sa conception du témoignage et de ses inscriptions temporelles et celles auxquelles recourent les historiens ; sur le rapport existant entre ce nouvel ouvrage et les trois volumes de Temps et récit (1983-1985), dont on sait l’importance qu’ils occupent dans la réflexion historiographique depuis bientôt deux décennies. À nouveau, le séminaire a reçu des contributions extérieures dont il a tiré grand profit : celle de Sabina Loriga (EHESS), sur « la tâche de l’historien » telle que l’entend Ricoeur et celle de Marie-Claire Lavabre (CNRS, CEVIPOF) qui nous a présenté une critique du traitement de la mémoire collective proposé par le philosophe.

Publications

  • Dir., L’Espace français, nouvelle éd. mise à jour et augmentée de Histoire de la France, sous la dir. d’A. Burguière et J. Revel, 1, Paris, Seuil, 2000 (1reéd. 1989).
  • Avec F. Hartog, dir., Les usages politiques du passé, Paris, Éd. de l’EHESS (« Enquête » 1), 2001, 206 p.
  • « Les sciences historiques », dans Epistemologie des sciences sociales, sous la dir. de J.-M. Berthelot, Paris, PUF, 2001, p. 21-76.
  • « Die Wiederkehr des Ereignisses - ein historiographischer Streifzug », dans Struktur und Ereignis, n° sp. de Geschichte und Gesellschaft, Zeitschrift für historische Sozialwissenschaft, 19, sous la dir. d’A. Suter et M. Heuling, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2001, p. 158-174.
  • Commentaire de David Bien, « Imagining the Huguenot minority in Old Regime France », dans The Construction of minorities. Cases for comparison across time and around the world, sous la dir. d’A. Burguière et R. Grew, Ann Arbor, The University of Michigan Press, 2001, p. 89-97.
  • « Entrevista », Topoi. Revista de História, mars 2001, p. 197-215.
  • « Los desafíos actuales de las ciencias sociales », Sociedad, 17-18, juin 2001, p. 121-129.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Revel, « Histoire sociale des modèles culturels », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 277-278.

Référence électronique

Jacques Revel, « Histoire sociale des modèles culturels », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15195

Haut de page

Auteur

Jacques Revel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals