Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Socio-histoire des pratiques culturelles (XVIe-XVIIIe siècles)

Roger Chartier
p. 279-282

Texte intégral

Roger Chartier, directeur d’études

Pratiques d’écriture, circulations textuelles et appropriations culturelles dans les sociétés d’Ancien Régime

1Entre novembre 2000 et janvier 2001, le séminaire a été consacré à diverses formes de relations entre culture écrite et littérature. Tout d’abord, à partir de l’étude de la présence des œuvres espagnoles dans la France des années 1530-1650, ont été abordées différentes modalités de la circulation des textes : les choix et pratiques de la traduction - en particulier pour les romans picaresques -, les usages de la référence à une littérature étrangère - avec l’exemple de l’« Avertissement » de Corneille à la réédition du Cid de 1648 -, ou les représentations des traits propres aux différentes langues - dans ce cas, l’idée selon laquelle le castillan est la langue où existe une parfaite correspondance entre les formes écrites et les énoncés oraux selon l’exigence de Nebrija dans sa Gramática de 1492 : « Tenemos de escri-vir como pronunciamos y pronunciar como escrivimos ». Cette analyse a été prolongée à l’occasion d’une conférence donnée à l’Université de Salamanque et par l’amorce d’une recherche sur l’introduction (plus tardive qu’on ne le pense puisqu’elle ne date que de la mi-XVIIIe siècle) des signes de ponctuation inversée dans l’écriture et l’édition des textes en espagnol.

2Approfondissant les thèmes d’un rapport présenté au Congrès international des sciences historiques tenu à Oslo en août 2000, plusieurs séances du séminaire ont porté l’attention sur les différents modes de mise en représentation des objets et pratiques de la culture écrite dans les œuvres littéraires - et, d’abord, théâtrales. La révolte de Jack Cade, telle qu’elle est mise en scène et en texte dans la seconde partie du Henri VI de Shakespeare, a ainsi illustrée le lien (détesté en ce cas) entre le pouvoir attribué à l’écrit et l’exercice de la domination politique ou sociale. La rédaction de deux postfaces publiées dans des numéros spéciaux des revues Critical Survey et Word & Image a permis de mettre en évidence tant les relations fortes existant entre lecture ou écoute de la fiction et l’écriture personnelle que les effets sur l’appropriation des œuvres produits par les formes de leur mise en livre ou leur illustration - ainsi avec les frontispices des éditions de théâtre.

3Ces thèmes ont nourri une série de conférences donnée à l’Université Stanford et un séminaire enseigné à l’Université de La Plata à l’automne 2000.

4Entre la mi-janvier et la fin d’avril 2001, le séminaire a été réuni avec celui de Jean Hébrard et a été centré sur l’histoire des formes manuscrites de communication et de publication (cf. le compte rendu de Jean Hébrard). Durant cette période, le directeur d’études a enseigné à l’Université de Pennsylvanie à Philadelphie et a assuré trois séances du séminaire parisien.

5En mai et juin 2001, le séminaire a fait retour sur l’histoire des pratiques de lecture et d’écriture à partir de deux conférences données par Peter Stallybrass, professeur à l’Université de Pennsylvanie et directeur d’études invité à l’École, et d’une réflexion historique sur les mutations des modalités de composition, transmission et appropriation de l’écrit à l’âge du texte électronique. L’accent a été mis, d’une part, sur les équilibres (ou plutôt déséquilibres) entre les langues sur l’Internet et, d’autre part, sur les défis lancés à l’ordre des discours par un mode de circulation des textes qui bouleverse la propriété juridique sur les œuvres comme les propriétés textuelles de celles-ci. Ce thème a fait l’objet d’une conférence donnée dans le cadre de la Feria del libro de Buenos Aires et d’une série de séminaires donnée au Centro cultural Banco do Brasil à Rio de Janeiro.

6Le séminaire s’est achevé avec une réflexion consacrée aux définitions, héritages et interrogations propres à la « nouvelle histoire culturelle » telle que Lynn Hunt l’avait caractérisée dans un livre publié en 1989. Cette présentation a permis de faire un retour critique sur les notions avec lesquelles ou contre lesquelles s’est développé le travail du séminaire en ces dernières années : « mentalités », « représentations », « pratiques », « appropriations ».

7Pendant le cours de l’année, à l’occasion de plusieurs colloques ou conférences (à la Royal Irish Academy à Dublin, à l’Université de Chicago, à l’atelier de l’École à Varsovie ou à l’Université de San Marin), le directeur d’études a prolongé le travail entrepris sur les formes de publication des œuvres de théâtre en Angleterre, Espagne et France aux XVIe et XVIIe siècles. Les thèmes privilégiés ont été ceux des modalités de transmission des textes, entre la compagnie et l’atelier typographique, les dispositifs de leurs formes imprimées et les contraintes gouvernant leur possible réception.

Publications

  • Las revoluciones de la cultura escrita. Diálogo e intervenciones, Barcelone, Gedisa, 2000, 183 p.
  • Cultura escrita, literatura e historia, Porto Alegre, Artmed Editora, 2001, 189 p.
  • Avec A. Messerli, dir., Lesen und Schreiben in Europa 1500-1900. Vergleichende Perspektiven/Perspectives comparées/Prospettive comparate, Bale, Schwabe, 2000 (contribution : « Avant-propos. Lire pour écrire, écrire pour lire », p. 9-15).
  • Avec G. Cavallo, dir., Az olvasás kultúrtörténete a nyugati világban, Budapest, Balassi Kiadó, 2000 (contributions : « Beveztés », p. 9-43, avec Guglielmo Cavallo, et « ’Népi’ olvások, ’népszerü’ olvasmányok a reneszánsztól a klasszicizmusig », p. 305-320).
  • Avec G. Cavallo, dir., Histoire de la lecture dans le monde occidental, Tokyo, Taishukan Publishing Company, 2000 (en japonais) (contributions : avec G. Cavallo, « Introduction », p. 1-32 ; et « Lectures et lecteurs ”populaires“ de la Renaissance à l’âge classique », p. 387-406).
  • « Orality lost: text and voice in the sixteenth and seventeenth centuries », dans Across boundaries. The book in culture and commerce, sous la dir. de B. Bell, P. Benedict et J. Bevan, Winchester, St Paul’s Bibliographies/New Castle, Delaware, Oak Knoll Press, 2000, p. 1 -28.
  • « Les pratiques sociales de l’écriture et de la lecture de l’Antiquité à nos jours », dans Proceedings/Actes, XIXe Congrès international des sciences historiques (Oslo, 6-13 août 2000), Oslo, Université d’Oslo, 2000, p. 257-273.
  • « La Bibliothèque bleue en son histoire » et « Conclusions », dans La Bibliothèque bleue et les littératures de colportage, sous la dir. de T. Delcourt et É. Parinet, Paris, École des chartes/Troyes, La Maison du Boulanger, 2000, p. 11-21 et p. 281-288.
  • « As revoluções da leitura no Ocidente », dans Leitura, história e história da leitura, sous la dir. de M. Abreu, Campinas, Mercado de Letras, 2000, p. 19-31.
  • « O principe, a biblioteca e a dedicatoria », dans O poder das bibliotecas. A memória dos livros no Occidente, sous la dir. de M. Baratin et C. Jacob, Rio de Janeiro, Editora UFRJ, 2000, p. 182-199.
  • « La pluma, el taller y la voz. Entre crítica textual e historia cultural », dans Imprenta y crítica textual en el Siglo de Oro, sous la dir. de F. Rico, Valladolid, Centro para la edición de los clásicos españoles, Université de Valladolid, 2000, p. 243-257.
  • « Cztery pytania do Haydena Whit’a », dans Hayden White. Poetyka Pisarstwa Historycznego, Cracovie, Universitas, 2000, p. 319-335.
  • « Conclusion », dans Le livre voyageur. Constitution et dissémination des collections livresques dans l’Europe moderne (1450-1830), sous la dir. de D. Bougé-Grandon, Paris, Klincksieck, 2000, p. 271-281.
  • « Diálogo », dans Los tiempos del presente. Diálogos, sous la dir. de M. Jalón et F. Colina, Valladolid, Cuatro Ediciones, 2000, p. 107-126.
  • « Uma crise da história ? A história entre narração e conhecimiento », dans Fronteiras do Milênio, sous la dir. de S. Jatahy Pesavento, Porto Alegre, Editora da Universidade Federal do Rio Grande do Sul, 2001, p. 115-140.
  • « Passé et avenir du livre », dans Qu’est-ce que la culture ?, sous la dir. d’Y. Michaud, Paris, Odile Jacob (« Université de tous les savoirs » 6), 2001, p. 394-403.
  • « Hamlet 1676. Les temps de l’œuvre », dans Le Temps des œuvres. Mémoire et préfiguration, sous la dir. de J. Neefs, Vincennes, Presses universitaires de Vincennes, 2001, p. 143-154.
  • « Gutenberg vu de l’Est », dans Identités, marges, médiations. Regards croisés sur la société japonaise, sous la dir. de J.-P. Berthon, A. Bouchy et P. F. Souyri, Paris, École française d’Extrême-Orient, 2001, p. 156-161.
  • « L’auteur entre le manuscrit médiéval et le texte électronique. Entretien avec Roger Chartier », dans Brouillons d’écrivains, sous la dir. de M.-O. Germain et D. Thibault, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2001, p. 14-18.
  • « Intervention », dans Auctor et auctoritas. Invention et conformisme dans l’écriture médiévale, sous la dir. de M. Zimmermann, Paris, École des Chartes, 2000, p. 573-581.
  • « Literatura e história », Topoi. Revista de História, 1, 2000, p. 197-207.
  • « Qu’est-ce qu’un auteur ? Révision d’une généalogie », Bulletin de la Société française de Philosophie, oct.-déc. 2000, p. 1 -37.
  • « Afterword. Reading, writing and literature in the early modern age », Critical Survey, 12, 2, 2000, p. 128-142.
  • « Afterwords: materiality and meaning », Word & Image, 17, 1-2, Jan.-juin 2001, p. 181-183.
  • « La conscience de la globalité (commentaire) », Annales. Histoire, Sciences Sociales, jan.-fév. 2001, p. 119-123.
  • « ¿Muerte o transfiguración del lector ? », Revista de Occidente, 239, mars 2001, p. 72-86.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roger Chartier, « Socio-histoire des pratiques culturelles (XVIe-XVIIIe siècles) », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 279-282.

Référence électronique

Roger Chartier, « Socio-histoire des pratiques culturelles (XVIe-XVIIIe siècles) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15196

Haut de page

Auteur

Roger Chartier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals