Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire des pratiques et représentations politiques à l’époque contemporaine (XIXe-XXe siècles)

Christophe Prochasson et Anne Rasmussen
p. 296-298

Texte intégral

Christophe Prochasson, directeur d’études
avec Anne Rasmussen, maître de conférences à l’Université de Strasbourg-I

Témoignages, preuves et rumeurs. Du « vrai » et du « faux » dans la Première Guerre mondiale

1Parti d’une interrogation qu’avait mise en place Marc Bloch dans son célèbre article sur les fausses nouvelles de guerre (1921), le séminaire a été surtout consacré cette année à la question du témoignage et aux problèmes y afférant et, plus particulièrement, aux conditions de possibilité d’une histoire sociale des représentations. On s’est ainsi penché sur les dimensions classiques de l’administration de la preuve en histoire, en passant par les apories du vrai et du faux. À cette fin, on a esquissé un inventaire des genres de sources dont disposaient les histoires de la Première Guerre mondiale.

2Le séminaire a suivi deux orientations principales. La première consistait à comprendre comment des faits avaient été établis, comment ils avaient fondé toute une historiographie ou comment ils avaient joué un rôle, par exemple, dans la question cruciale des « responsabilités de la guerre ». Jean-Jacques Becker (Université de Paris-X) et Gerd Krumeich (Université de Dusseldorf) ont ainsi traité, pour le premier, de la « fleur au fusil », topos historiographique que sa thèse d’État était venue sérieusement ébranler, pour le second, de la question des « atrocités allemandes », thème décisif dès les premières semaines de la guerre. On s’est interrogé sur les modalités de construction de ces faits, résultant tout à la fois de la retraduction d’une expérience historique et d’un imaginaire qui vient s’y greffer. Au cœur de cette réflexion est apparue l’importance de la prise en compte des différentes temporalités - celle du témoin, celle de l’historien - et de leur mobilité permanente. Du côté du discours savant, l’étude faite par Alain Chatriot (doctorant EHESS) de l’entreprise bibliographique et monographique réalisée par la Fondation Carnegie dans l’après-guerre - la collection d’ouvrages « Histoire économique et sociale de la Grande Guerre » - a mis l’accent sur la confrontation des sciences sociales avec l’expérience de guerre et avec la manière d’en rendre compte dans un projet intellectuel « total ».

3Le second axe du séminaire a permis de s’interroger sur la nature des sources sur lesquelles s’appuient en général les historiens de la Première Guerre mondiale, et sur les termes - matérialité, authenticité, exceptionnalité, représentativité - dans lesquels elles autorisent différents modes de connaissance. La question du témoignage a largement dominé les discussions, soulignant combien la forme narrative par excellence résiste pourtant à toute représentation univoque du passé. Les séances ont présenté un éventail assez large de sources susceptibles de contribuer à l’élaboration de l’histoire culturelle de la guerre de 14. Les journaux de guerre et autres carnets, mémoires, récits personnels tenus par les soldats ont ouvert une réflexion sur leur actuel succès éditorial et sur la manière dont les qualités d’authenticité qui leur sont attribuées ou déniées travaille l’historiographie de la guerre. Dans le même sillage, on a étudié le cas des correspondances à propos des lettres adressées à sa femme par le jeune ethnologue durkheimien Robert Hertz, en cours de publication.

4Ces sources traditionnelles n’ont pas écarté d’autres genres qui commencent à faire partie de l’horizon normal des historiens de la Grande Guerre. Jean-Marie Linsolas (Service historique de l’armée de Terre) et Jean-Baptiste Pérétié (étudiant EHESS) ont traité le cas des images photographiques et cinématographiques en mettant en évidence les protocoles nécessaires à leur utilisation par les historiens. Sophie-Anne Leterrier (Université de Lille-III) a souligné pour sa part l’intérêt et la richesse des sources musicales produites durant le conflit. Une dernière séance a enfin pris en considération les sources archéologiques dont l’historiographie de la Première Guerre mondiale commence à faire un usage courant. La fouille de la tombe collective de Saint-Rémy-la-Calonne, sépulture d’Alain-Fournier, a ainsi permis de mettre en valeur la diversité des démarches de production de connaissance (archéologique, anthropologique, policière) mise en jeu dans l’exhumation des vestiges du passé récent.

5Deux séances ont eu un caractère particulier. La première a été l’occasion de présenter les travaux en cours s’inscrivant dans l’histoire culturelle de la guerre de 14. Trois exposés d’étudiants ont révélé les trois approches qui commandent aujourd’hui bien des travaux : une histoire culturelle à caractère anthropologique (étude de la nuit à Paris pendant la guerre, par André Loez), une histoire culturelle des idées (étude des anticipations du conflit chez les militaires français, par Olivier Cosson) et une histoire des institutions culturelles pendant la guerre (étude du Théâtre de l’Odéon et de la Comédie française, par Stéphanie Le Toux). La seconde séance a été animée par Andrew Mendelssohn (Impérial Collège, Londres) et consacrée aux processus de mobilisation militaire et sanitaire dans la zone frontalière allemande, dans l’immédiat avant-guerre. Les relations entre un discours scientifique (la biologie microbienne) et un discours politique (l’invasion par l’ennemi) n’étaient pas seulement des analogies d’ordre langagier mais se sont inscrites dans les pratiques militaires et administratives.

6Ces différentes perspectives ont toutes contribué à alimenter la réflexion de long terme mené par le séminaire sur les catégories culturelles engendrées par la guerre et sur les façons d’en rendre compte qui en sont issues.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Prochasson et Anne Rasmussen, « Histoire des pratiques et représentations politiques à l’époque contemporaine (XIXe-XXe siècles) », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 296-298.

Référence électronique

Christophe Prochasson et Anne Rasmussen, « Histoire des pratiques et représentations politiques à l’époque contemporaine (XIXe-XXe siècles) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15203

Haut de page

Auteurs

Christophe Prochasson

Articles du même auteur

Anne Rasmussen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals