Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Études juives

Histoire socio-culturelle du judaïsme médiéval et moderne

Maurice Kriegel
p. 331-333

Texte intégral

Maurice Kriegel, directeur d’études

Critique de la religion et réflexion politique dans le monde juif des XVIe-XVIIIe siècles

1Dans le monde juif des XVIe-XVIIIe siècles, les attitudes qui traduisent une prise de distance à l’égard de la religion traditionnelle sont bien sûr surtout répandues dans les milieux où l’on cultive l’héritage de l’Aufklärung médiévale et où l’on est ainsi amené à revisiter des constructions doctrinales éventuellement hétérodoxes, averroïstes ou non. Mais si les éléments de réflexion et de sensibilité qui renvoient à un moment proprement médiéval de l’« incroyance » sont repris sous forme quasi inchangée à l’époque de la première modernité, des motifs inédits enrichissent alors l’ancien discours de l’irréligion : l’expérience du marranisme, en contraignant ceux qui l’ont traversée à confronter les deux traditions religieuses, juive et chrétienne, dans des conditions propices à l’adoption d’une posture critique, à l’occasion légitimée par la revendication d’un droit de « libre examen », a favorisé leur émergence.

2D’où une double enquête sur le marranisme du XVIe siècle, en principe préliminaire, mais à laquelle a été consacré en fin de compte tout le séminaire. Il fallait d’une part préciser ce qui fit la spécificité et la nouveauté du marranisme portugais, déterminant pour l’évolution des attitudes et des sensibilités en milieu « néo-juif » dans l’Italie du XVIe siècle ou la Hollande du XVIIe, par rapport au précédent espagnol. On a voulu d’abord montrer comment, en fonction des circonstances particulières de la conversion des Juifs portugais en 1497, s’établit entre la Couronne et les nouveaux-chrétiens, jugés utiles à la mesure de leur dépendance et de leur vulnérabilité, un réseau de relations du même type que celui qui s’était auparavant tissé entre le pouvoir et les Juifs (alors que, a-t-on estimé, le processus d’adjonction de l’élément nouveau-chrétien à la société majoritaire ne se déroule pas, à la différence du « modèle » espagnol, dans le cadre d’une stratégie concertée d’accueil) ; et ensuite examiner, en particulier sur l’exemple de la famille Mendes-Nassi, le rôle que réserva le capitalisme monarchique à ce milieu nouveau-chrétien à l’heure de la construction impériale. Une conclusion provisoire a été dégagée : des impulsions contradictoires déterminèrent dans le cas portugais la formation d’un milieu nettement moins éclaté qu’en Espagne entre des tendances antagonistes, et où jouent en même temps la volonté de pérenniser le sentiment de l’appartenance juive et la curiosité pour les formes d’expression caractéristiques de la culture portugaise « de la Renaissance ».

3L’étude des modes de sortie du marranisme, et des formes de continuité entre des crypto-judaïsmes de sensibilité différente et les diverses interprétations de l’héritage juif, une fois celui-ci réinvesti, a constitué le second thème des discussions ; on l’a abordé à travers l’examen détaillé de l’ouvrage de Samuel Usque, Consolation pour les tribulations d’Israël (1553), rédigé en portugais à Ferrare, ville-refuge des ex-marranes venus du Portugal. Il a paru possible de mieux connaître le milieu plus ou moins proche de l’auteur, en utilisant les documents de l’Inquisition vénitienne exploités ou intégralement publiés dans les années récentes (travaux de Brian Pullan, textes des procès réunis par P. C. Ioly Zorattini). La Consolation partage avec un ouvrage hébraïque, le Shevet Yehuda, composé au début du XVIe siècle (à date incertaine) à la fois un emprunt au même texte-source (en hébreu) et l’ambition de proposer un tableau général de l’histoire juive. Il est d’autant plus intéressant de constater que les deux textes donnent expression à des visions de l’identité et à des attentes profondément divergentes : le Shevet Yehuda s’interroge sur les mécanismes historiques et sociologiques autonomes qui favorisent la montée de l’antijudaïsme et déterminent persécutions ou expulsions, alors que la Consolation se rabat sur un « néo-providentialisme » qui élimine la prise en considération des facteurs sur lesquels l’auteur du Shevet Yehuda était le premier dans l’historiographie traditionnelle à attirer l’attention. De même, le Shevet Yehuda donne de l’attente messianique une version pour l’essentiel « politique » et « réaliste », là où la Consolation retient l’orientation la plus franchement « méta-historique ». On a pu ainsi repérer la présence vers 1550 des deux courants qu’on retrouvera en concurrence, selon une présentation classique, à l’époque de « Spinoza et Sabbataï Zevi ».

Publications

  • « Le lancement de la légende ou “La Courte Description et Histoire d’un juif nommé Ahasvérus” », dans Le Juif errant, un témoin du temps, sous la dir. de R. Cohen et L. Sigal, Paris, Adam Biro/musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme, 2001, p. 77-90.
  • « États-Unis, France, Israël : trois mémoires de la Shoah. À propos de Novick, The Holocaust in American Life, 1999 », Le Débat, 117, p. 59-72.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurice Kriegel, « Histoire socio-culturelle du judaïsme médiéval et moderne », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 331-333.

Référence électronique

Maurice Kriegel, « Histoire socio-culturelle du judaïsme médiéval et moderne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15221

Haut de page

Auteur

Maurice Kriegel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals