Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Études allemandes

Histoire socio-culturelle des relations franco-allemandes (XIXe-XXe siècles)

Michael Werner
p. 337-338

Texte intégral

Michael Werner, directeur d’études

Historiographies franco-allemandes et transferts culturels

1Le séminaire de l’année 2000-2001 a permis de mener à bien la première partie de l’enquête historiographique sur les lieux de mémoire allemands et les constructions respectives du passé qui leur sont associées. En nous concentrant, dans un premier temps, sur des objets qui possèdent une dimension franco-allemande, nous avons mis l’accent sur le croisement des mémoires et sur des constellations qui ont été en partie conflictuelles et en partie simplement déconnectées. Charlemagne, Versailles, le Rhin et la Rhénanie, la cathédrale de Strasbourg, la réception de Nietzsche, le château du Haut-Koenigsbourg, les villes de Mayence et de Cologne ont été étudiés dans cette perspective.

2Un deuxième ensemble d’analyses a ensuite porté sur des monuments allemands dont l’histoire fait apparaître des écarts d’interprétation particulièrement importants. La porte de Brandebourg, le Reichstag, le Deutsches Eck de Coblence ont illustré la problématique des appropriations contradictoires et des transformations de la mémoire qui peuvent être assimilées à de véritables basculements. Dans les trois cas, on a insisté sur l’interpénétration des mémoires locale, régionale et nationale ainsi que sur le rôle constitutif du regard extérieur et du détour par l’étranger pour des lieux qui, traditionnellement, sont considérés avant tout comme des objets de la mémoire nationale. Un troisième groupe de séances a été consacré à l’analyse de textes littéraires qui ont cristallisé des moments particuliers de l’auto-représentation des Allemands. La lecture de Doktor Faustus, de Thomas Mann, et la théorie de l’« homme faustien » (Faustischer Mensch) ont fourni la transition vers une dernière série d’investigations au cours desquelles on a examiné les relations entre le discours public sur le passé national et l’évolution de la « science de l’Antiquité germanique » (Germanische Altertumskunde) entre 1880 et 1930. L’opposition entre Gustav Kosenna et Andreas Häusler a servi à illustrer la concurrence entre approche archéologique et démarche philologique dans la gestion « scientifique » du passé. Peter Wagner (Institut universitaire européen de Florence), Sebastian Conrad (Université libre de Berlin), Christoph Conrad (Université de Genève), Hagen Keller (Université de Münster), Jakob Vogel (Université technique de Berlin) ont animé des séances en cours d’année. Avec Perrine Simon-Nahum (CNRS), j’ai par ailleurs assuré le séminaire de recherche du Centre destiné à la présentation des travaux de doctorants et aux discussions de méthode.

3Mes propres recherches ont été exposées lors de conférences à l’Université de Varsovie, à l’Université libre de Berlin, à l’Institut historique allemand de Paris, au Collegium de Budapest, au Centre Marc-Bloch de Berlin. Je suis intervenu lors de colloques ou d’ateliers de recherche à l’Université de Montpellier, à l’ENS, à l’Université d’Aix-en-Provence, à l’Université d’Erfurt, à l’Université libre de Berlin, à l’EHESS-Marseille. En octobre 2000, j’ai co-organisé une conférence internationale à l’Université de Zurich sur le rôle des sociétés de musique dans l’organisation de concerts entre 1750 et 1930. Au Collegium de Budapest, j’ai animé en mars 2001 la session de l’école d’hiver consacrée à l’étude du rôle des sciences de la culture dans la constitution des identités nationales. Avec Werner Paravicini, j’ai enfin coordonné un atelier-colloque sur les problèmes d’historiographie franco-allemande qui s’est tenu en juin à l’Institut historique de Paris.

Publications

  • « Heinrich Heine », dans Deutsche Erinnerungsorte, sous la dir. d’É. François et H. Schulze, Munich, C. H. Beck, 2001, vol. 1, p. 484-501.
  • « Deux nouvelles mises en scène de la nation allemande : les expériences du Deutsches Historisches Museum (Berlin) et du Haus der Geschichte der Bundesrepublik Deutschland (Bonn) », dans Les usages politiques du passé, sous la dir. de F. Hartog et J. Revel, Paris, Éd. de l’EHESS, 2001, p. 77-97.
  • « Tacitus’ Germania », dans Deutsche Erinnerungsorte, sous la dir. d’É. François et H. Schulze, Munich, C. H. Beck, 2001, vol. 3, p. 569-586.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michael Werner, « Histoire socio-culturelle des relations franco-allemandes (XIXe-XXe siècles) », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 337-338.

Référence électronique

Michael Werner, « Histoire socio-culturelle des relations franco-allemandes (XIXe-XXe siècles) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15226

Haut de page

Auteur

Michael Werner

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals