Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie historique

Histoire des images et des systèmes de représentation dans l’Occident médiéval

Jean-Claude Schmitt
p. 365-368

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Jean-Claude Schmitt, directeur d’études

Des ambiguïtés de la croyance à l’ambivalence des images

1Poursuivant l’analyse comparée d’un ensemble de psautiers richement décorés du début du XIIIe siècle, notamment le psautier de la reine Ingeburge de Danemark, épouse du roi de France Philippe Auguste (Chantilly, musée Condé, Ms 9) et le psautier de la reine Blanche de Castille, épouse de Louis VIII et mère de Saint Louis (Bibl. de l’Arsenal, Ms 1186) mais aussi le psautier de Noyon (Getty Museum, Ms 66) dont on s’accorde à penser qu’il provient comme le psautier d’Ingeburge de l’« atelier d’Éléonore de Vermandois », on s’est attaché à interpréter les différences de traitement de certaines scènes récurrentes, en particulier celles qui illustrent la vie de la Vierge. L’intérêt de la figure de Marie est de cristalliser un grand nombre de thèmes iconographiques inspirés non seulement des Écritures (Annonciation, Nativité, etc.), mais plus encore de traditions apocryphes (PseudoJean, Pseudo-Meliton) qui, n’ayant jamais pu prétendre à la même autorité, offraient des possibilités d’autant plus libres de variation. Le cas de l’Assomption corporelle de Marie est particulièrement révélateur des flottements d’une croyance dans la très longue durée : elle est attestée dans les récits apocryphes et dans la liturgie dès le Haut Moyen Âge, fait ensuite l’objet de débats, bénéficie d’une riche iconographie, pour ne devenir un dogme de l’Église catholique qu’en... 1954. Cette évolution pourrait inviter à tenter de repérer dans l’iconographie l’affermissement progressif de la norme doctrinale. Mais cette conception téléologique de l’histoire des images est insatisfaisante puisque les plus anciens témoignages n’ignorent pas l’Assomption corporelle (plat de reliure en ivoire de Saint-Gall, vers 900). Les images médiévales offrent plutôt, dans la synchronie, l’alternative de l’Assomption corporelle (le corps de la Vierge porté au ciel par les anges) et de la Dormition (où le Christ vient recueillir l’âme de sa mère morte). Cette hésitation des images entre deux voies opposées - celle du corps et celle de l’âme - n’est peut-être pas étrangère à la mise en doute par la lettre Cogitis me du Pseudo-Jérôme - en fait, le moine de Corbie Paschase Radbert (t v. 865) - de l’Assomption corporelle. Il apparaît surtout que la scène de la Mort de la Vierge (entourée des apôtres, le Christ étant absent) devient bientôt le point focal sur laquelle se noue l’alternative précitée. C’est dans l’illustration en forme de « L » d’une page des Heures de William de Braisles (Angleterre, vers 1240) - qui ignore aussi bien la Dormition que l’Assomption au sens strict -, que l’on voit le mieux comment la Mort de la Vierge (figurée dans un médaillon dans l’angle de la lettre) articule deux axes orthogonaux : verticalement, celui du destin céleste de l’âme de la Vierge (transport angélique de son âme au ciel puis Couronnement) et, horizontalement, celui du devenir de son corps (funérailles, châtiment miraculeux du Juif blasphémateur et enfin ensevelissement par les apôtres). L’espace de l’image épouse ainsi les deux axes fondamentaux qui structurent la scène cosmique des fins dernières de la Mère de Dieu. Partant de cette image si fondamentale, on a pu montrer comment les autres images du corpus venaient compléter logiquement le système de transformation de cette iconographie mariale : entre le point de départ qu’est la Mort de la Vierge et le point d’arrivée qu’est dans tous les cas son Couronnement céleste par le Christ, deux voies sont possibles : celle de l’âme, qui privilégie la Dormition, et celle du corps, qui, au-delà des rites de la mort et de la résurrection miraculeuse de Marie, privilégie l’Assomption. Or, à partir du XIIe siècle, c’est un raisonnement logique qui impose de plus en plus sensiblement le deuxième terme de l’alternative : le traité De Assumptione Beatæ Marias Virginis du Pseudo-Augustin (PL 40, col. 1141-1148) ne craint pas d’affirmer que la résurrection de Marie, anticipant sur la résurrection des morts à la fin des temps, et son Assomption corporelle au ciel, réplique de l’Ascension du Christ, étaient la seule solution rationnelle (rationaliter) pour que le corps de Marie, qui avait eu le privilège de porter en lui celui du Fils de Dieu, échappât à la putréfaction du cadavre.

2Le travail de séminaire a permis d’affiner sur ce cas privilégié la méthode d’analyse d’un système de transformation iconique. L’interprétation conjointe des textes et des images a surtout ouvert la voie à une anthropologie du corps en chrétienté, considérée à partir des cas limites de l’incorruptibilité miraculeuse et de la résurrection anticipée. La rencontre du traité de Paschase Radbert a rendu d’autant plus manifeste l’enjeu du corps que le De Assumptione fait écho au traité le plus fameux du même auteur, De corpore et sanguine, premier témoignage sur les conceptions « réalistes » de l’Eucharistie qui s’imposeront au XIIIe siècle. S’il peut sembler paradoxal que Paschase Radbert refuse de prendre parti pour l’Assomption corporelle, c’est qu’il se refuse à trancher un point qui, à son époque, est encore secondaire en comparaison de l’affirmation de l’éminente dignité de la Mère de Dieu. Plus généralement encore, on s’est interrogé sur les rapports entre croyance et image dans un cas où ne s’exercent ni l’autorité des Écritures, ni celle du dogme, mais seulement les fluctuations de la croyance et les recherches formelles de la « pensée figurative ». Loin d’illustrer les textes, les images « pensent » les croyances à leur manière.

3Trois membres réguliers du séminaire ont présenté des exposés venant compléter le propos du directeur d’études : Jeanne Reynaud et Pascal Collomb sur l’astrolabe et les tables pascales, Thomas Golsenne sur l’Assomption de la Vierge à la Renaissance italienne.

4Des professeurs étrangers invités à l’École ont donné les conférences suivantes : Jurek Pysiak (Varsovie), sur « Philippe Auguste, roi eschatologique » ; Herbert Kessler (Université Johns Hopkins) sur « Authority and license in medieval art » ; Nora Berend (Cambridge) a présenté son nouveau livre sur « Les Coumans païens dans la Hongrie médiévale » ; Baudoin Van Den Abeele (Louvain) a parlé des traités de fauconnerie au Moyen Âge et Marta Madero (Buenos Aires) de « Tabula picta : la peinture, l’écriture et leur support dans le droit médiéval » ; Martial Staub (Göttingen) a présenté « L’initiative des laïcs dans les fondations de chaires de prédication en Allemagne à la fin du Moyen Âge » et Caria Casagrande et Silvana Vecchio (Pavie) ont évoqué « Les vices, le corps, l’âme dans la société médiévale ». La conférence de Tomohisa Fujita (Tokyo) a porté sur « Les ordalies médiévales », et celle de Hagen Keller (Munster) sur « Rituel, symbolique et visualisation dans la culture de l’Empire ottonien ». Enfin Shoichi Sato (Nagoya) a parlé des « Palais, cours et entourages royaux en Gaule à l’époque post-romaine ». Cette riche série de conférences a illustré la diversité des recherches médiévales menées aujourd’hui sur le plan international, souvent en étroite relation avec les travaux réalisés à l’École.

5Fidèle à sa tradition, le séminaire a réalisé du 11 au 13 mai 2001 son voyage d’études, qui l’a conduit cette année en Bourgogne (Auxerre, Vézelay, Flavigny, Semur, Fontenay).

6Le directeur d’études a été Visiting professor de la British Academy au Warburg Institute de Londres en septembre 2000 et Visiting professor au Center for Medieval and Renaissance Studies, Université de Californie, Los Angeles en avril 2001. Il a également donné des conférences à Gôttingen (Mission historique française et Max-Planck Institut für Geschichte), à Mexico (Centre français d’études mexicaines et centreaméricaines), Grenoble (Musée Dauphinois), Varsovie (Atelier franco-polonais de formation doctorale et Institut Français), Bucarest (École doctorale francophone), Université d’Harvard. Il a par ailleurs organisé le colloque international « Femmes, art et religion au Moyen Âge » au musée d’Unterlinden de Colmar (3-5 mai 2001) et participé à un voyage d’études des églises peintes de Bucovine (Roumanie) avec 25 étudiants et chercheurs roumains du 19 au 27 mai 2001.

Publications

  • Püha hurdakoer. Guinefort - lasteravija 13. Sajandist, Ajalugu, Sotsia-alteadused, 2000 (Le Saint Lévrier. Guinefort, guérisseur d’enfants, depuis le XIIIe siècle).
  • Religione, folklore e società nell’ Occidente medievale, Rome-Bari, Laterza, réed., 2000, 312 p. (1re éd. 1988).
  • Geste v srednjem veku, Ljubljana, Studia Humanitatis, 2000 (La raison des gestes dans l’Occident médiéval).
  • Le corps, les rites, les rêves, le temps. Essais d’anthropologie médiévale, Paris, Gallimard (« Bibliothèque des histoires »), 2001.
  • « Appropriating the future », dans Medieval futures. Attitudes to the future in the Middle Ages, sous la dir. de J.-A. Burrow et Ian P. Wei, Woodbridge, The Boydell Press, 2000, p. 3-17.
  • « Normen für die Produktion und Verwendung von Bildern im Mittelalter », dans Prozessze der Normbildung und Normverwendung im mittelalterlichen Europa, sous la dir. de D. Ruhe et K.-H. Spiess, Stuttgart, Frank Steiner Verlag, 2000, p. 5-26.
  • « Die autobiographische Fiktion. Hermann des Juden Bekehrung », 2. Arye Maimon-Vortrag an der Universität Trier, 3. nov. 1999, Trêves, 2000, p. 5-39.
  • « La confrérie du Rosaire de Colmar (1484-1528) », dans Les dominicaines d’Unterlinden, Colmar, musée d’Unterlinden/Paris, Somogy, 2000, p. 181-187.
  • « L’imagination efficace », dans Imagination und Wirklichkeit. Zum Verhältnis von mentalen und realen Bildern in der Kunst der frühen Neuzeit, sous la dir. de K. Krüger et A. Nova, Mayence, Philipp von Zabern, 2000, p. 13-20.
  • « Pierre Schmitt, mon père », Bulletin 1997-2000 de la Société Schongauer, Colmar, musée d’Unterlinden, 2001, p. 290-296.
  • « Les Lucquois de Paris au début du XVe siècle : un “lobby” culturel ? », dans Italia et Germania. Liber amicorum Arnold Esch, sous la dir. d’H. Keller, W. Paravicini et W. Schieder, Tübingen, Max Niemeyer Verlag, 2001, p. 439-446.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Schmitt, « Histoire des images et des systèmes de représentation dans l’Occident médiéval », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 365-368.

Référence électronique

Jean-Claude Schmitt, « Histoire des images et des systèmes de représentation dans l’Occident médiéval », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15243

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals