Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie historique

Anthropologie comparée des sociétés européennes et asiatiques (XIIIe-XIXe siècle)

André Burguière, Michel Cartier et Christiane Klapisch-Zuber
p. 387-389

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

André Burguière, Michel Cartier et Christiane Klapisch-Zuber, directeurs d’études

1On commence par un exposé de Christiane Klapisch sur les stratégies féminines à Florence à la lumière d’un « journal » rédigé par un artisan. Il aurait vécu dans des familles recomposées (plusieurs mariages), ce qui laisse supposer une certaine autonomie des femmes. On poursuit par un exposé de Bernard Vernier donnant une comparaison des comportements des Pomaques, minorité musulmane du nord de la Grèce. Alors qu’il avait noté, en 1966, une forte séparation des sexes et une domination masculine se traduisant par une utilisation de l’espace et une division des tâches, trente ans plus tard, les femmes sont plus « libérées », mais l’opposition subsiste tant au niveau de l’utilisation de l’espace public que des comportements et des vêtements. La région est maintenant tournée vers la Turquie et l’islam y est plus vivant - les hommes, y compris les jeunes, fréquentent les mosquées -sans pour autant que l’on décèle une montée de l’intégrisme. Tamara Hareven présente ensuite les résultats de ses travaux sur les relations entre les sexes chez les artisans de la soie du quartier de Nishijin (Kyoto). Depuis l’introduction du métier jacquard, les femmes sont impliquées directement dans le travail productif. Il serait néanmoins exagéré de parler de libération. L’atelier constitue une entreprise commune du couple. Les hommes sont des travailleurs à plein temps, qui évitent soigneusement de montrer qu’ils participent aux occupations domestiques, tandis que les femmes doivent s’adonner aux tâches du ménage. Il y a plutôt redistribution des rôles, mais avec une domination des hommes. Le cas des plongeuses de Cheju, une île coréenne, évoqué par Yoon Yunyong, montre une évolution analogue. Les activités de cueillette des algues et de ramassage de certains coquillages sont devenues exclusivement féminines dès le XVIIe siècle parce qu’il serait indécent qu’hommes et femmes plongent nus ensemble dans la mer. Le métier de plongeuse connaît un grand essor à l’époque de la colonisation japonaise et il était pratiqué par des femmes de toutes les couches de la société jusque dans les années 1970. L’apprentissage et la pratique sont des activités spécifiquement féminines. Les hommes sont un peu marginalisés. Néanmoins, on ne peut pas parler véritablement de libération des femmes même si elles acquièrent une certaine autonomie. La séance suivante était consacrée à une présentation, par Giulia Calvi, d’un ouvrage intitulé Habiti antichi e moderni, une histoire illustrée du vêtement due à Cesare Vecellio, un élève du Titien, dont il existe deux éditions publiées à Venise en 1590 et en 1599. Une comparaison des deux éditions révèle des visées différentes. Alors que la première édition, rédigée en italien, reconstitue une généalogie du vêtement faisant largement appel aux expériences de l’auteur, la seconde, bilingue italien et latin, a une portée plus anthropologique. Elle s’ouvre par une représentation du pape, chef de la chrétienté, et se ferme sur la figure d’un roi sauvage à demi nu, embrassant la totalité du temps et du monde connu de l’époque. En ce qui concerne la réalité italienne, l’ouvrage traduirait le passage d’une société dans laquelle le vêtement féminin correspond aux statuts et aux âges, à une « modernité » caractérisée par une plus grande liberté dans les vêtements. Les courtisanes ne se distinguent plus des femmes honnêtes. On se pose la question de l’honneur féminin, davantage présent dans la première édition : question du voile. L’exposé suivant, de Paula Sanders, aborde le problème des hermaphrodites à la lumière du droit musulman. Cette question tourmente les légistes dans la mesure où la ségrégation des sexes est importante pour l’application de la loi. On suggère que les allusions aux hermaphrodites auraient pu constituer un moyen détourné d’aborder l’homosexualité. Michel Cartier cherche ensuite à déterminer l’identité sexuelle des eunuques chinois. Il remarque, tout d’abord, que la castration est un châtiment destiné à priver l’homme de ses fonctions reproductrices. Au-delà, le condamné est atteint dans son intégrité physique et perd la possibilité de devenir un ancêtre. Accessoirement, il acquiert des caractères secondaires féminins. La possession d’eunuques est un privilège de l’aristocratie qui leur confie la garde des gynécées. La situation change du tout au tout sous les Ming lorsque les eunuques se multiplient et qu’ils se transforment en une bureaucratie bis. Ils assument désormais des tâches typiquement masculines. D’une part, la loi interdit la castration volontaire. De l’autre, on gomme la perte de la masculinité. Florence Tamagne intervient ensuite sur le thème de l’identité des homosexuels en soulignant les différences entre la France, où l’homosexualité masculine est dépénalisée depuis la Révolution française, et d’autres pays européens (Allemagne, Autriche, Grande-Bretagne), qui continuent à la réprimer. L’homosexualité y est mieux acceptée, mais on n’y note pas l’apparition d’un militantisme (individualisme). Elle aborde plusieurs thèmes : l’homosexualité dans le regard des autres (médecins), les références culturelles (le renouveau de l’Antiquité, modèle de l’esthète décadent), les stéréotypes... Les homosexuels copient leurs homologues étrangers (revue Inversion). La dernière intervention, de Julius Kirshner, concernait la citoyenneté des femmes dans les cités italiennes du Moyen Âge. Interprétée comme une preuve de l’autonomie des femmes lorsque celles-ci gardent leur citoyenneté, la question doit être réexaminée, du point de vue des cités : contrôle des biens ou, au contraire, efforts pour attirer des hommes étrangers ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Burguière, Michel Cartier et Christiane Klapisch-Zuber, « Anthropologie comparée des sociétés européennes et asiatiques (XIIIe-XIXe siècle) », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 387-389.

Référence électronique

André Burguière, Michel Cartier et Christiane Klapisch-Zuber, « Anthropologie comparée des sociétés européennes et asiatiques (XIIIe-XIXe siècle) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15252

Haut de page

Auteurs

André Burguière

Articles du même auteur

Michel Cartier

Articles du même auteur

Christiane Klapisch-Zuber

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals