Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie historique

Histoire et anthropologie de la médecine, des thérapeutiques et des savoirs sur le corps

Jean-Pierre Peter
p. 391-393

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Jean-Pierre Peter, directeur d’études

Médecine, malades, maladie : histoire, conceptualisation

1Attentif depuis plusieurs années aux questions que pose, à différents niveaux, la relation médecin-malade, nous avons souhaité en reprendre l’examen en engageant dans cette perspective un parcours suivi d’histoire de la médecine de l’Antiquité à nos jours. Ce trajet nous a mené cette année jusqu’à la naissance de l’hôpital médiéval ; nous poursuivrons l’an prochain.

2Présentement, après avoir, dans un premier temps, dégagé les éléments soit problématiques soit féconds des concepts et conduites propres à la médecine pré-rationnelle en Orient et en Grèce, nous avons centré notre attention sur le domaine hippocratique dans ses contenus classiquement répertoriés (conception de la phusis ; physiologie, anthropologie, pathologie, diagnose et prognose, clinique, thérapeutique, diététique, éthique). Nous nous sommes particulièrement penché sur le rôle fondateur d’Hippocrate dans l’inscription de la médecine comme métier, comme profession laïque au sein de la cité, hors des temples, une fonction et une activité fondées sur une connaissance rationnelle des aléas de la santé (i.e. de la nature) dans l’homme - un homme libéré du caprice des dieux, de la maladie comme destin. Ce savoir pratique, technique et conceptuel, issu de l’observation rigoureuse, a pour obligation de se compléter toujours en se consignant par écrit, génération après génération, afin d’ouvrir à l’enseignement de la médecine quiconque désire s’en instruire, y entrer et exercer. Ainsi se pose une médecine dont les définitions mènent, en cela inchangées, jusqu’à nous.

3Mais s’affirme fortement ici, plus qu’ensuite, l’immédiateté, à l’origine, de la relation du médecin hippocratique à son patient, visité en sa demeure et sans distanciation, grâce à quoi le praticien est à même de saisir les caractères propres d’une personne dans son milieu, son mode de vie, ses habitudes. Ainsi le médecin peut-il juger en direct de la complexion du sujet, de son tempérament, du régime qui lui convient, des équilibres en balance et des correctifs nécessaires. Il sait entendre, il peut se faire entendre.

4Nous avons suivi les flexions de cette médecine entre les nombreuses écoles de la période hellénistique et ses principales figures (Théophraste, Hérophile, Érasistrate et d’autres). Et considéré ensuite le statut de la médecine à Rome, durablement marquée par une sorte de réserve, voire de retrait de l’esprit romain envers la profession médicale, cantonnée dans le milieu des affranchis ou des médecins grecs itinérants. Il y a cependant de notoires exceptions, parmi lesquelles tranche la glorieuse carrière du Grec Galien, médecin des derniers Antonins.

5De Galien nous avons longuement exploré l’œuvre imposante, qui s’est donné pour tâche de restaurer l’héritage hippocratique en le mettant en ordre. Le système général qui se constitue là (anatomie, physiologie, pathologie, thérapeutique) s’affirme avec une autorité souveraine. À ce sujet, nous avons longuement interrogé la nature de l’ambivalence apparente qui allie en Galien un génie quasi spontané de la clinique, un observateur exemplaire (la finesse et la justesse de ses diagnostics et thérapies fascina ses contemporains), et le concepteur d’un système de la médecine absolument dogmatique, dont les principes et les règles ont enfermé et bridé ensuite la pensée médicale pour plus d’une douzaine de siècles.

6Les dernières séances du séminaire furent consacrées à la médecine à Byzance, forte en œuvres marquantes (Oribase, Alexandre de Tralles, Paul d’Égine, Soranos d’Éphèse) qui ont tenu une place éminente, au-delà des siècles de troubles et par le canal arabe, dans la renaissance de la médecine dans l’Occident médiéval. De cette période, nous avons tout juste entamé l’étude de la médecine monastique.

7Dans le fil de ce parcours historique, nous avons débattu de certains espaces problématiques : questions du rationnel et de l’irrationnel, du laïc et du religieux dans le médical ; question du théorique et du pragmatique ; attitudes et réponses médicales envers l’énigme de l’obscurcissement de la conscience, des écarts de l’entendement.

8Une séance du séminaire s’est déroulée au musée des Arts et Traditions populaires lors d’une journée d’étude sur le thème « Filmer l’hôpital » (8 juin 2001).

9Le séminaire a bénéficié d’autre part des compétences de plusieurs intervenants. Notre collègue George Weiss, de l’Université McGill (Montréal), nous a exposé « Les origines des spécialités en médecine ». Le professeur Marie-Thérèse Cousin, anesthésiste, a retracé l’« Histoire de l’anesthésie chirurgicale au XXe siècle ». Le docteur Philippe Fragu (Inserm) a retracé la genèse d’un outil diagnostique : « L’histoire de la deuxième hormone thyroïdienne : la calcitionine ».

10Certains des thèmes évoqués plus haut, comme d’autres hérités des travaux du séminaire ces dix dernières années, ont fait l’objet de communications du directeur du séminaire à des conférences et colloques extérieurs : sur le sujet de l’« Hypnose dans ses rapports à la souffrance » (Paris, octobre 2000) ; sur « Histoire et psychisme » (Blois, Assoc. Psypropos, novembre) ; sur « Médecine et guérison » (Espace éthique de l’Assistance publique, Hôpital Saint-Louis, février 2001) ; sur le « Symptôme » (Colloque du cercle freudien, Dijon, mars), sur le thème « Écrire l’abominable » (Association pour l’histoire des sciences humaines, Paris, avril).

Publications

  • « Histoires d’histoire de la médecine : pour un examen exploratoire », dans Littérature et Médecine ou les pouvoirs du récit, Paris, Bibliothèque Centre Pompidou (« BPI en actes »), 2001, p. 13-28.
  • « Un historien dans ses histoires : mémoire et oublis », dans Histoire, histoires. Actes des Journées d’étude Blois-Orléans, La Revue Psypropos, Orléans, 2001, p. 43-52.
  • « De l’hôpital comme utopie en soi », dans Demain sera meilleur... Hôpital et Utopie, musée de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris, 2001, p. 53-68.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Peter, « Histoire et anthropologie de la médecine, des thérapeutiques et des savoirs sur le corps », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 391-393.

Référence électronique

Jean-Pierre Peter, « Histoire et anthropologie de la médecine, des thérapeutiques et des savoirs sur le corps », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15254

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals