Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie historique

L’islam dans le sous-continent indo-pakistanais

Marc Gaborieau
p. 399-401

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Marc Gaborieau, directeur d’études

Un sanctuaire soufi à travers les siècles, les classes et les sectes : Nizamuddin (Delhi)

1Avant le renouveau scripturaire des XIXe-XXe siècles, les hospices soufis étaient le centre de gravité de la vie religieuse et sociale des musulmans indiens, des plus vils artisans aux empereurs moghols. À travers leur histoire et l’observation de leur activité contemporaine, il est possible de saisir en profondeur la vie de la communauté musulmane indienne. Ces sanctuaires ont été inégalement étudiés à travers le sous-continent : le mieux connu pour l’Inde est celui de Nizamuddin (Delhi), fondé à la fin du XIIIe siècle sous le sultanat de Delhi ; il est intiment lié à l’essor de la principale confrérie indienne, la Chishtiyya, et au développement de la culture indo-persane ; il reste aujourd’hui un des centres religieux et culturels les plus actifs pour les musulmans, attirant des pèlerins venus de toutes les régions de l’Inde, du Pakistan et du Bangladesh.

2À partir de l’importante littérature scientifique, relevant de multiples disciplines, qui a été publiée à son sujet, ce séminaire a traité trois aspects principaux de Nizamuddin. Il a commencé par une rétrospective historique, replaçant le sanctuaire dans le contexte de la fondation du sultanat de Delhi qui vit l’établissement en Inde de lignages turcs iranisés, venus d’Asie centrale et d’Afghanistan : à cette occasion un jeune et brillant historien indien, Sunil Kumar (Université de Delhi, maître de conférences associé) a donné quatre remarquables exposés sur l’histoire du sultanat de Delhi ; et la présentation des monuments de Nizamuddin faite par le directeur d’études a été complétée par quatre conférences sur la ville de Delhi par Narayani Gupta (Delhi, Jamia Millia, directeur d’études associé à l’EHESS). Une deuxième série de séminaires a porté sur la tradition soufie de la confrérie Chishtiyya, acclimatée en Inde à partir de l’Asie centrale et de l’Afghanistan, sur les écrits en persan qui en émanent - en particulier l’hagiographie du fondateur du sanctuaire, Nizâmu’d-Dîn Auliyâ (mort en 1325) - et sur les rites qui s’y célèbrent. La troisième partie du séminaire a été consacrée à l’ethnologie des desservants du sanctuaire, qui se répartissent en deux « castes ». D’un côté les descendants du sains, qui forment un groupe de haut statut : les hommes officient dans le sanctuaire dont ils vivent en guidant les pèlerins et en dispensant des initiations mystiques ; leurs femmes, qui sont voilées, restent cantonnées dans le village attenant, où elle accomplissent cependant de menus travaux pour le sanctuaire et nourrissent les hôtes de marque. De l’autre côté, des musiciens quasiment intouchables, héréditairement attachés au sanctuaire : ils exécutent, en s’accompagnant au tambour et à l’harmonium, des chants mystiques destinés à provoquer l’extase chez les auditeurs. Cette présentation a été complété par l’exposé de Fabrizio Speziale (doctorant EHESS, Rome) sur la pratique de la médecine islamique dans le cadre des sanctuaires soufis.

3Deux autres conférenciers ont été invités : Démétrio Giordano (doctorant EHESS-Rome), sur le Mabda wa ma’âd du soufi naqshbandi Ahmad Sirhindî (1564-1624). Paola Bacchetta (Université du Kentucky) a donné une conférence sur la représentation des femmes musulmanes dans le discours des nationalistes hindous.

4Le directeur d’études a livré deux communications dans des colloques internationaux : l’une sur Maudûdî et la genèse de l’islamisme, clans un colloque franco-japonais sur les intellectuels musulmans (Université de Tokyo, Islamic Area Studies Project, octobre 2000) ; l’autre sur la comparaison de l’islam et de l’hindouisme en matière de renoncement, dans le colloque sur la comparaison organisé par l’IISMM en décembre 2000.

Publications

  • « Muslim saints, faquirs, and pilgrims in 1831 according to Garcin de Tassy », dans Perspectives of mutual encounters in South Asian history, 1760-1860, sous la dir. de J. Malik, Leyde, Brill, 2000, p. 128-156.
  • « The transformation of Tablîghî Jamâ’at into a transnational movement », dans Travellers in faith. Studies of the Tablîghî Jamâ’at as a transnational Islamic movement for faith renewal, sous la dir. de M. Khalid Masud, Leyde, Brill, 2000, p. 121-138.
  • « L’intégration des élites locales dans les empires musulmans de l’Inde. L’exemple moghol », dans Identités et appartenances dans le monde musulman. Actes du Congrès de Florence, sous la dir. de P.-R. Baduel, n° sp. de Astrolabe. Revue de l’AFEMAM, 2, 2000, p. 23-36.
  • « Islam et politique », dans Le Pakistan, sous la dir. de C. Jaffrelot, Paris, Fayard, 2000, p. 399-422.
  • « De la guerre sainte (jihâd) au prosélytisme (da’wa) ? Les organisations musulmanes transnationales d’origine indienne », dans La globalisation du religieux, sous la dir. de J.-P. Bastian, F. Champion et K. Rousselet, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 35-48.
  • « Identités musulmanes, orientalisme, ethnographie coloniale. Faut-il réhabiliter les auteurs coloniaux ? », dans Les constructions identitaires en Asie du Sud, sous la dir. de J. Racine, Paris, Éd. de l’EHESS (« Purushârtha » 22), 2001, p. 71-89.
  • « Traductions, impression et usages du Coran dans le sous-continent indien, 1786-1975 », dans Les usages du Livre saint dans l’islam et le christianisme, n° sp. de Revue de l’Histoire des Religions, 218,1, jan.-mars 2001, p. 97-111.
  • « Le mahdî oublié de l’Inde britannique : Sayyid Ahmad Barelwî (1786-1831), ses disciples et ses adversaires », dans Mahdisme et millénarisme en Islam, sous la dir. de M. Garcia-Arenal, n° sp. de Revue des Mondes musulmans et de la Méditerranée, 2001, p. 261-277.
  • « Tubba » (Tibet), § 2, « Histoire moderne et contemporaine ; ethnologie », dans Encyclopédie de l’islam, 2001, XI, p. 620-623.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Gaborieau, « L’islam dans le sous-continent indo-pakistanais », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 399-401.

Référence électronique

Marc Gaborieau, « L’islam dans le sous-continent indo-pakistanais », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15257

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals