Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie des systèmes mondiaux

Jonathan Friedman
p. 419-422

Texte intégral

Jonathan Friedman, directeur d’études

La constitution des champs individuels et sociaux dans le contexte mondial

1Cette année, le séminaire a consisté à poursuivre l’élaboration d’une anthropologie des systèmes mondes en reprenant l’un des thèmes les plus importants pour l’avenir d’une telle approche : la constitution des champs individuels et sociaux dans le contexte mondial. Pour aborder ce thème, il était nécessaire de revenir sur des discussions autour de la notion de personne, dans toutes ses variations, de l’école américaine de la « culture and personality et des premiers travaux français sur la notion de personne, jusqu’aux ouvrages contemporains. Les approches plus récentes comptent les recherches américaines et européennes sur l’anthropologie de l’expérience, l’anthropologie de l’identité et de l’identification qui se consacrent à l’analyse structurale comme à l’analyse phénoménologique de la constitution du sujet et du champ social de l’individu. De telles discussions nous avaient amené à refonder des débats sur les exemples ethnographiques les plus connus, comme la Mélanésie et l’Afrique centrale, avant de nous intéresser aux rapports entre la constitution des champs individuels/sociaux et les processus mondiaux en prenant comme exemples les rapports entre modernités occidentales et formes de sociabilité non occidentales, la formation et reproduction des rapports sociaux transnationaux (identités transnationales), le rôle du sujet dans la production de la culture, la désintégration et reconstitution des champs sociaux et culturels comme articulation entre le local et le mondial (mouvements sociaux et culturels, ethnicisation, violence interethnique).

2La question de la nature de la personne et de sa constitution fut le sujet de plusieurs interventions faites par des chercheurs invités. Maurice Godelier (EHESS) a présenté un modèle général de la constitution de la personne qu’il illustra avec des exemples ethnographiques tels que les Baruya de Nouvelle-Guinée. Alban Bensa (EHESS) a discuté le cas très connu de la prétendue personne mélanésienne, développé dans l’œuvre de Leenhardt en Nouvelle-Calédonie. Farhad Khosrokhavar (EHESS) a présenté ses recherches sur l’individualisation du sujet dans l’Iran contemporain et posé des questions importantes sur la nature de ce qu’on appelle la modernité et la modernisation. Sur la question des mondes modernes, Johannes Fabian (Université d’Amsterdam) a fait une intervention sur la formation de la culture populaire en Afrique centrale. Kay Warren (Université de Harvard) est intervenu sur la question du transnational avec une discussion de ses recherches récentes dans ce domaine. Elle nous a également présenté ses recherches sur les rapports entre les mouvements indigènes et les discours étatiques et mondialisants. Enfin, Bruce Kapferer (Université de Bergen, invité pour un mois à l’EHESS), est intervenu sur les rapports entre les processus mondiaux, la formation nationale-étatique et les processus violents d’ethnicisation au Sri Lanka, contribuant ainsi à illustrer les rapports systémiques qui relient le sujet individuel, les champs sociaux et les dynamiques mondiales. Le séminaire s’est achevé par une ouverture, en posant la question de l’approfondissement théorique nécessaire à la poursuite de l’analyse des rapports et des articulations d’échelles qui constituent le mondial, afin de rendre plus puissant le programme de recherche en anthropologie des systèmes mondiaux.

3Pendant l’année j’ai travaillé à l’édition de deux volumes, le premier, résultat d’un colloque en 1999 à Berlin sur la migration internationale, l’autre, résultat de plusieurs colloques organisés par la fondation H. F. Guggenheim sur transnationalisme et État. À part cela j’ai travaillé avec plusieurs chercheurs sur un projet financé par la Banque nationale de Suède qui se préoccupe des processus de déclin hégémonique dans des systèmes mondiaux, les formes politiques et sociales du déclin et leurs aspects culturels et identitaires. Le projet, qui est dans sa deuxième année, est basée sur des études historiques et archéologiques et est entrepris en coopération avec des chercheurs en Angleterre et aux États-Unis. Un colloque est prévu pour le moi de mai 2002 à The Institute for Research on World Systems de l’Université de Californie à Riverside. Dans le cadre d’un projet lié à celui-ci, j’ai fait de la recherche en Hawaï de novembre à janvier sur les rapports entre la position de Hawaï entre des empires en expansion et contraction et les formations multi-ethniques qui y ont pris forme depuis la fin du XIXe siècle. Pendant l’année j’ai travaillé comme membre de la commission de recherche de la Fondation H. F. Guggenheim. Depuis le mois de mars je participe aussi à la mission initiée par M. Godelier sur la recherche en sciences sociales et humaines en Europe « Groupement pour le développement des sciences de l’Homme et de la société dans le cadre de l’espace européen ».

4Le 20-23 juillet 2000, j’ai participé comme keynote speaker au IXe Congrès d’anthropologie à Cauca (Colombie) ; le 1er août 2000, je fus invité comme un des public speakers à une conférence sous l’égide de l’UNESCO à Copenhague, « Images of the world » ; le 1er novembre 2000, j’ai donné une conférence dans le cadre d’une série organisée par l’Université d’Aarhus sur le thème : « Investigating cultures : styles of inquiry » ; en février 2001, j’ai été keynote invité par l’International Studies Association Chicago pour présenter le thème « Globalization and inequality ». J’ai aussi organisé un atelier sur les mouvements indigènes dans une perspective mondiale : en novembre 2000, je fus organisateur d’une session de l’American Anthropology Association à San Fransisco sur « The anthropology of authority » avec des participants français, suédois et américains ; le 3-6 mai, à Montréal, j’ai été invité comme keynote speaker au congrès intégré de l’Association canadienne d’anthropologie, American Ethnological Society et Society for Cultural Anthropology ; le 21 mai, j’ai organisé une petite réunion de chercheurs français et internationaux sur le thème « Fractured states » sur la polarisation sociale en Europe, une rencontre de planification pour un colloque en 2002.

Publications

  • Avec S. Randeira, Globalization, migration and cultural security, Londres, Tauris, 2001.
  • “Globalization, class and culture in global Systems », dans Festschrift for Immanuel Wallerstein, n° sp. de Journal of World Systems Research, 6, 3, 2000.
  • « Des racines et (dé)routes », L’Homme, 157, 2000, p. 187-206.
  • « The paradoxes of real existing globalization: elite discourses and the grassroots », dans Images of the World, Copenhague, UNESCO, 2001.
  • « L’implosion de la modernité : un nouveau tribalisme », La Pensée, 325, 2001.
  • « Diasporization, globalization and cosmopolitan discourse », dans Homelands and diasporas : Holy Lands and other places, sous la dir. d’A. Levy et A. Weingrod, Stanford, Stanford University Press, 2001.
  • Introduction à J. Friedman et S. Rendeira, Globalization, migration and cultural security, Londres, Tauris, 2001.
  • « Globalization, transnationalization and migration: ideologies and realities of global transformation », dans ibid.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jonathan Friedman, « Anthropologie des systèmes mondiaux », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 419-422.

Référence électronique

Jonathan Friedman, « Anthropologie des systèmes mondiaux », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15270

Haut de page

Auteur

Jonathan Friedman

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals