Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Médiations théoriques et pratiques de l’anthropologie

Jean-Pierre Dozon et Didier Fassin
p. 436-439

Texte intégral

Jean-Pierre Dozon et Didier Fassin, directeurs d’études

Revisiter l’anthropologie médicale

1Pour la seconde année, le séminaire a poursuivi l’exploration de l’anthropologie médicale. Exploration qui visait non à produire une histoire de ce domaine de recherche, qui demeure à écrire, mais à en relire les pages les moins connues, à en faire ressortir les traditions oubliées, à en ouvrir des perspectives décalées, à en montrer la richesse et les contradictions, là où une certaine version officielle tendait au contraire à en donner une image unifiée, fût-ce autour de quelques antagonismes canoniquement simplificateurs, comme celui qui oppose anthropologie médicale nord-américaine et anthropologie de la maladie française.

2Dans cette perspective, Jean-Pierre Dozon a d’abord analysé le sens du passage d’une anthropologie de la maladie à une anthropologie de la santé. Il a rappelé que l’anthropologie médicale n’a cessé d’être un parangon des positions et des tensions qui ont agité l’anthropologie en général. Il a indiqué que ce qui a pu apparaître comme une sous-discipline très spécialisée a souvent côtoyé l’anthropologie religieuse et balancé entre une anthropologie culturelle et une anthropologie politique. Il a enfin souligné que travailler à la construction d’une anthropologie de la santé consiste certainement à reconnaître et à s’approprier ce lourd héritage, mais aussi à rendre plus autonome son objet, c’est-à-dire à définir la santé comme un champ spécifique, concentrant et retraduisant, sous la forme d’un processus de sanitarisation affectant aussi bien les gouvernants que les gouvernés, quantité de problèmes et d’enjeux qui ressortissaient auparavant à d’autres champs de la vie sociale.

3Revenant sur le programme de recherche par lequel se constitue l’anthropologie politique de la santé, Didier Fassin en a analysé méthodiquement les différents aspects : l’objet, d’abord, qu’il s’agit d’appréhender de manière résolument constructiviste, tant est grande la tentation de naturaliser tout ce qui touche au corps ; la triple dimension, ensuite, de la construction politique de la santé, de la production politique de la santé et de la production des politiques de santé ; la méthode, enfin, visant à saisir le double mouvement dans lequel la santé est en jeu dans l’espace du politique dont elle contribue, par là-même, à révéler les enjeux. Une telle approche suppose d’élargir le référentiel théorique et empirique, traditionnellement constitué autour de l’anthropologie médicale, pour prendre en compte l’histoire, en particulier celle de la colonisation en tant qu’elle est l’expérience fondatrice de la rencontre des médecines et l’aventure sanitaire la plus radicalement politique, et la philosophie, notamment les théoriciens des biopolitiques et du gouvernement de la vie.

4Au terme de ce cycle introductif, le séminaire a consacré plusieurs séances à des figures oubliées, mais particulièrement intéressantes, de l’anthropologie médicale. À commencer par celle de Roger Bastide dont Jean-Pierre Dozon, en revenant sur les grandes lignes de son œuvre et de son parcours intellectuel, a rappelé qu’elle constitue encore une référence pour ceux qui travaillent sur le Brésil, sur les cultes afro-brésiliens et sur les syncrétismes religieux en général, mais qui ne l’est plus guère aujourd’hui pour ce qui concerne son « anthropologie médicale », pourtant novatrice puisque Bastide fut le fondateur du Centre de psychiatrie sociale, qui fut le pendant, mais au titre d’une discipline plutôt appliquée, de son anthropologie des relations interculturelles. De la même façon, Mariella Pandolfi s’est employée à exhumer, bien qu’elle connaisse aujourd’hui un net regain d’intérêt, l’œuvre novatrice d’Ernesto de Martino : pourfendeur de toute cette part de l’anthropologie qui l’a constituée tantôt en courant exotique et culturaliste, tantôt en universalisme abstrait, Martino, initiateur d’une « anthropologie chez soi », ne s’est intéressé au « folklore » du monde paysan du sud de l’Italie que pour en saisir un certain « mode de présence au monde », soit des formes historicisées et incorporées de domination et de souffrance, tel le tarantisme, subordonnant ainsi son anthropologie médicale et religieuse à une anthropologie politique. De son côté, Doris Bonnet a remis à l’honneur l’œuvre d’Anne Retel-Laurentin : figure centrale de l’anthropologie médicale française dans les années soixante et soixante-dix, son œuvre est délaissée aujourd’hui alors même que ses travaux sur le problème de l’infécondité au Gabon et en Haute-Volta, établissant comme facteurs explicatifs le rôle des maladies sexuellement transmises et, plus en amont, celui de la stabilité matrimoniale et de la stabilité résidentielle, anticipaient bien des recherches qui se sont faites par la suite sur le sida en Afrique, témoignant au demeurant comme celles-ci d’ambiguïtés épistémologiques et d’impasses théoriques. Quant à Didier Fassin, il a montré la richesse et la pluralité des courants de l’anthropologie médicale dite critique en Amérique du Nord : plus que l’approche marxiste traditionnelle, insuffisamment informée des réalités empiriques, ce sont des travaux puisant à la fois dans l’économie politique et dans l’approche foucaldienne qui ont permis de renouveler et de transformer l’anthropologie médicale ; une attention particulière a été portée aux œuvres de Michael Taussig, de Nancy Scheper-Hughes et de Paul Farmer.

5Distinctes des précédentes en ce qu’elles ne relevaient pas à proprement parler d’un travail d’anamnèse, mais plutôt du témoignage intellectuel, les interventions de Marc Augé et de Françoise Héritier ont permis de montrer qu’en ne se revendiquant ni l’un ni l’autre de l’anthropologie médicale, leurs œuvres en avaient pourtant influencé le cours. Ancrées résolument du côté de l’universel, d’une maladie qui fait partout événement et structure les relations de soi aux autres, pour le premier, et d’un corps qui, par ses fluides et sa sexuation, polarise les cadres mentaux des sociétés humaines en identique et différent, pour la seconde, ces deux œuvres sont également attentives à tout ce qui peut modifier le cours des sociétés, à l’avènement d’un pensable qui rend possibles de nouveaux ordres sociaux. Portant à l’inverse sur des domaines plus spécifiques de l’anthropologie médicale, deux autres ethnologues ont présenté leur propre itinéraire en le situant dans l’histoire de ces segments disciplinaires. Claudie Haxaire a ainsi retracé la généalogie de l’anthropologie du médicament, son héritage du côté d’une ethno-pharmacologie qui portait sur les plantes médicinales et les pharmacopées traditionnelles, et son émancipation par une ouverture sur l’usage que font de leurs médicaments et sur la signification qu’en donnent les individus et les groupes là-bas ou ici. Marie-Christine Pouchelle, de son côté, a retracé les développements récents d’une anthropologie de l’hôpital, portant un regard à la fois sur l’institution hospitalière et ses œuvres, et sur les activités médicales à l’hôpital, en l’occurrence, la vie d’un service de chirurgie, et plus particulièrement sur le bloc opératoire et sur la salle de réanimation où se laissent repérer des rémanences symboliques non réductibles à des impératifs professionnels ou techniques. Professeur invité à l’École, Paul Farmer, de l’Université de Harvard, a enfin présenté une analyse de l’épidémie de sida à Haïti dans une perspective tout à la fois d’économie politique, restituant les logiques internationales de la construction du système accusatoire sur l’origine de l’épidémie, et d’ethnographi, dévoilant les mécanismes de l’inscription corporelle des inégalités sociales devant la maladie.

Atelier d’étudiants

6Une dizaine de nos étudiants ont exposé l’état d’avancement de leur thèse. Leurs travaux portent sur l’histoire du saturnisme infantile en région parisienne ; la construction de l’alcoolisme des jeunes dans les banlieues ; les politiques de la toxicomanie et du sida dans l’agglomération rouennaise ; l’analyse d’un lieu d’écoute d’adolescents considérés comme en souffrance ; l’étude d’un dispositif de prise en charge psychothérapeutique de bénéficiaires du RMI ; les politiques compassionnelles de régularisation des sans-papiers en France ; le pouvoir des guérisseurs dans la région du Macina au Mali ; les bouleversements de la profession médicale au Cambodge ; les transformations des structures familiales dans l’histoire des violences à Haïti ; les pratiques de soins dans un dispensaire rural en Argentine ; la prise en charge des sinistrés du raz-de-marée de 1999 au Venezuela.

Publications

Jean-Pierre Dozon

  • « Que penser de la publicité faite à l’invention d’un remède anti-sida en Côte d’Ivoire ? », Transcriptase-Sud, 7, 2001, p. 8-10.
  • Avec D. Fassin, dir., Critique de la santé publique, Paris, Balland, 2001 ; co-auteur de l’introduction et de la conclusion et auteur de deux chapitres : « Quatre modèles de prévention », p. 23-46 et « Le sida et l’Afrique ou la causalité culturelle en question », p. 209-231.
  • Avec K. Delaunay et al., Évaluation de l’initiative ONUSIDA-Ministère ivoirien de la Santé d’accès aux traitements pour les personnes vivant avec le VIH en Côte d’Ivoire. Analyse des processus décisionnels, Agence nationale de recherches sur le Sida, 2000.

Didier Fassin

  • « Une crise épidémiologique dans les sociétés de post-apartheid. Le sida en Afrique du sud et en Namibie », Afrique contemporaine, 195, 2000, p. 105-115.
  • Avec A. Leclerc et al., Inégalités sociales de santé, Paris, INSERM-La Découverte, 2001 ; co-auteur de l’introduction et de la conclusion et auteur du chapitre « Qualifier les inégalités », p. 123-144.
  • Avec J.-P. Dozon, dir., Critique de la santé publique, Paris, Balland, 2001 ; co-auteur de l’introduction et de la conclusion et auteur de deux chapitres : « Au cœur de la cité salubre. La santé publique entre les mots et les choses », p. 47-73 et « Le culturalisme pratique de la santé publique. Critique d’un sens commun », p. 181-208.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Dozon et Didier Fassin, « Médiations théoriques et pratiques de l’anthropologie », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 436-439.

Référence électronique

Jean-Pierre Dozon et Didier Fassin, « Médiations théoriques et pratiques de l’anthropologie », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15276

Haut de page

Auteurs

Jean-Pierre Dozon

Articles du même auteur

Didier Fassin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals