Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Ethnicité et pouvoirs

Jean-François Gossiaux et André Bourgeot
p. 452-453

Texte intégral

Jean-François Gossiaux, maître de conférences
avec André Bourgeot, chargé de recherche au CNRS

Ethnicité et nationalisme dans les Balkans. Logiques ethniques et logiques étatiques

1Le destin de la Yougoslavie, dont l’existence, dans sa pleine acception, a coïncidé avec ce que Hobsbawm a appelé le « court vingtième siècle », a dans les premières séances du séminaire constitué l’axe d’une réflexion plus générale sur les réalisations du nationalisme et les principes de l’État-nation. La Yougoslavie n’a-t-elle jamais été qu’un « rêve de linguistes » (Krulic, 1993), sa mort n’étant en quelque sorte qu’un retour à la normale, que la fin inéluctable d’un pays artificiellement créé après la Première Guerre mondiale et artificiellement maintenu comme fédération de peuples sous le joug communiste ? Ou faut-il en croire, à l’inverse, Van Gennep, qui définit (en 1922) la « Serbo-Croatie » comme « une nationalité-État devenue une réalité par un raccord direct du présent avec un passé plusieurs fois séculaire, interrompu momentanément par certains événements » ? La société yougoslave a-t-elle jamais été unifiée ? Si non, cela invalidait-il a priori le yougoslavisme comme nationalisme ? Ces questions nous ont amené à nous interroger sur les notions de société et de culture, et sur les rapports que l’idée de nation entretient (ou n’entretient pas) avec l’une et avec l’autre.

2Une autre partie du séminaire a été consacrée, dans le contexte général des représentations nationales balkaniques, aux principes fondateurs de la république de Macédoine et à leur confrontation avec la réalité. On a ainsi vu comment l’impossibilité de choisir entre le principe ethnonationaliste, conforme aux conceptions dominantes dans la région, et le principe proprement politique et territorial qui est celui de sa construction historique, avait exposé l’État macédonien à la revendication fédéraliste, avec au bout du compte le risque d’une aliénation à un ordre exogène. On a, sur un plan plus général, tenté de dégager certains fondements de cet ordre européen, et notamment la notion de « minorité », qui apparaît en l’occurrence et dans une large mesure comme un habillage de celle d’ethnicité.

3On a enfin tenté, dans une dernière partie, d’analyser le rôle croissant de certains acteurs dans la définition et la mise en œuvre du nouvel ordre international. A. Bourgeot a ainsi esquissé un historique des organisations non gouvernementales (ONG), en s’attachant plus particulièrement à la dernière période, marquée globalement par le projet néo-libéral et les différents plans, dits d’ajustement structurel, mis en œuvre sous la houlette d’organismes comme la Banque mondiale ou le Fonds monétaire international. Dans ce contexte, les organisations orientées vers le « développement » connaissent, surtout à partir des années 1994-1995, un important essor, apparaissant comme le fer de lance de la « société civile », et éventuellement comme le substitut d’un État systématiquement affaibli. Parallèlement, elles tendent massivement à se bureaucratiser et à se professionnaliser, et à être de plus en plus dépendantes des financements publics, notamment des institutions internationales. Le champ des ONG est certes divers, selon leur vocation première - « urgence » ou « développement » -, leur origine, leur orientation politique - certaines s’opposant explicitement au libéralisme et à la mondialisation. Cependant, et ceci apparaît lié à l’origine sociale (classes moyennes) de leurs responsables et de leur public bailleur de fonds, elles relèvent globalement de ce qu’on pourrait appeler une « culture moyenne » : valeurs de convivialité, recherche du consensus, non-violence, valorisation de l’initiative privée, méfiance vis-à-vis de l’État...

4En juin-juillet 2001, J.-F. Gossiaux a mené, avec A. Bourgeot et B. Pétric, une enquête ethnographique en Fédération de Russie (territoire bouriate d’Aginskoie) et au Kirghizstan, associée à des séminaires de travail avec des collègues russes et kirghizes, dans le cadre d’une étude comparative sur le thème « Sociétés nomades et pouvoirs locaux ».

Publication

  • « Dal folklore all’etnologia francese », dans Antropologia delle tradizioni intellettuali : Francia e Italia, sous la dir. de M. Izard et F. Viti, Rome, Centro d’Informazione e stampa universitaria, 2000, p. 137-145.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Gossiaux et André Bourgeot, « Ethnicité et pouvoirs », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 452-453.

Référence électronique

Jean-François Gossiaux et André Bourgeot, « Ethnicité et pouvoirs », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15286

Haut de page

Auteurs

Jean-François Gossiaux

Articles du même auteur

André Bourgeot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals