Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie sociale et comparaison des sociétés

Daniel de Coppet
p. 468-469

Texte intégral

Daniel de Coppet, directeur d’études

Les méthodes comparatives en anthropologie. Critique de l’individualisme méthodologique. La perspective holiste
Étude des sociétés, de leurs valeurs (principalement en Océanie, Indonésie et Asie du Sud-Est), comparées à celles de l’Occident (Europe et Amérique)

1Le séminaire s’est attaché à comprendre, à propos de maints exemples tirés du quotidien des sociétés traditionnelles ou modernes, la différence entre des situations sociologiquement contrastées : ou bien l’individu sujet moral se pense créateur de ses propres relations sociales, ou bien l’individu empirique s’estime constitué par un faisceau de relations sociales inscrites dans le creux d’institutions sociales qui forment une sorte de tout cohérent sur le plan des valeurs. Il s’agit du primat de la relation sur les sujets de la relation d’une part, qui contraste avec ce que l’on nomme les relations interindividuelles d’autre part. À propos de la phrase d’Augustin (354-430), « Aime Dieu et fais ce que voudras », Milan Kundera écrit dans Jacques et son maître. Hommage à Denis Diderot : « Le critère de la vérité se déplace ainsi de l’extérieur (disons la règle) vers l’intérieur, dans l’arbitraire du subjectif ». L’anthropologie sociale comparative se doit de comparer au travers des sociétés humaines ce tout-puissant intérieur de nous-mêmes avec un extérieur que Vincent Descombes nomme « l’esprit des institutions » ou « l’esprit objectif ».

2Des exemples ont illustré cette distinction, notamment en pays kanak (J.-M. Tjibaou), aux Philippines, en Nouvelle-Guinée. Une étude de la société des castes en Inde nous a fait reprendre les questions des droits multiples sur le sol, des cérémonies de mariage, du contraste entre végétariens et mangeurs de viande pour faire apparaître le sujet institutionnel, c’est-à-dire relationnel. Une autre étude a repris parallèlement les règles présidant au système des droits d’usage de la terre aux îles Salomon pour mieux comprendre le renversement qui fait d’une situation de subordination en valeurs du sujet individuel une position future d’autorité supérieure, celle d’un statut approchant celui d’ancêtre.

3Le primat de la relation exprime un même contraste comparatif entre sociétés traditionnelles et modernes. Il se trouve formulé par H. S. Maine (1867) : « Dans une société [qu’il qualifie de] primitive, quelle est la mesure du Prix [sic] ? Son nom n’est autre que coutume. [...] La véritable essence de la coutume, et cela explique principalement sa force, réside dans le fait que les hommes ne distinguent pas clairement entre leurs actions et leurs devoirs. Ce qu’ils doivent faire est ce qu’ils ont toujours fait, et ils le font. »

4Ceci conduit à contraster pouvoir et autorité ou, autrement dit, la dominance qui est affaire de faits, et le statut rituel qui s’exprime en termes de valeurs. Ici encore la société des castes nous donne l’exemple d’une distance maximale avec l’Occident, celle qu’elle institue entre pouvoir et autorité. Cette distance est à comparer avec notre notion occidentale de souveraineté unitaire qui entremêle pouvoir et autorité en un tout qui ne connaîtrait le plus souvent que lui-même, ou tout au plus Dieu, figure ultime de soi.

5En fin d’année, nous avons poussé plus avant l’étude, dans l’Occident médiéval entre le XIe et le XIIIe siècle, du contraste entre les diverses formes de la parenté (par le sang ou fictive), de la faide, de l’indivision des biens d’une part, et celles de la parenté spirituelle, du devoir de paix publique et du fractionnement des biens par l’introduction progressive du droit de tester. C’est l’histoire d’une supériorité progressivement affirmée de la parenté spirituelle sur la parenté généalogique, et de la possession privée et héréditaire des biens mobiliers sur l’indivision. Ce travail vient à l’appui de celui engagé l’année précédente sur les rituels de l’hommage et de la chevalerie qui font retour aux droits hérités, comme une forme de contre-poids à l’universalité du baptême.

6Lors de la Journée sur « L’institutionnel et le symbolique » organisée par Irène Théry et Yan Thomas le 14 décembre 2000, exposé intitulé : « Interdépendance et subordination, un universel de la relation sociale ? ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel de Coppet, « Anthropologie sociale et comparaison des sociétés », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 468-469.

Référence électronique

Daniel de Coppet, « Anthropologie sociale et comparaison des sociétés », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15295

Haut de page

Auteur

Daniel de Coppet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals