Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Ethnologie et sociologie de l’Asie du Sud-Est et du monde insulindien

Georges Condominas
p. 491-496

Texte intégral

Georges Condominas, directeur d’études

Développement des espaces sociaux et rapports interethniques en Asie du Sud-Est continentale et insulaire (y compris Madagascar)

1Rappelons que depuis 1983 (date de ma retraite), le séminaire a eu pour priorité les exposés que ses membres demandaient à présenter pour mettre en discussion leurs méthodes et leurs conclusions. L’extraordinaire complexité et diversité, tant linguistique qu’ethnologique de l’Asie du Sud-Est continentale et insulaire rendait inutile une présentation chronologique des exposés, par ailleurs imbriqués sans ordre les uns dans les autres, d’autant plus que les thèmes abordés par les différents conférenciers étaient très variés. Pour la clarté de cette présentation, j’ai donc rejeté en deuxième partie l’ensemble de mes propres exposés. Les exposés présentés étant promis à publication à plus ou moins brève échéance, le compte rendu en sera très succinct.

Espaces sociaux et relations interethniques... En Asie du Sud-Est insulaire (monde insulindien)

2Ayant au cours de l’année précédente présenté la famille des langues austronésiennes, leur histoire, leur répartition géographique et leur subdivision, Frédéric Plessis (INaLCO) s’est attaché aux traits communs et aux variations du vocabulaire de la parenté. Il a distribué à l’appui de son exposé un dossier dactylographié de plusieurs pages.

3Au carrefour de la linguistique comparée (principalement des langues austronésiennes), de l’archéologie et de la botanique, Philippe Beaujard a exposé l’état actuel de nos connaissances sur les migrations de plantes à Madagascar avant le XVIe siècle. Il a privilégié plus particulièrement les quatre plantes cultivées originaires, comme la civilisation malgache, du grand archipel noussantarien : le riz, l’igname, le taro et le bananier.

4Sur Timor Oriental, l’île la plus méridionale de cet archipel, Henri Campagnolo et Maria-Olympia Lameiras-Campagnolo ont tiré de leur expérience commune « du terrain au musée », le premier comme linguiste, la seconde comme ethnologue, des considérations méthodologiques et muséo-anthropologiques : l’objet, comme « signe », impose de dépasser le niveau esthétique et de tenir compte du plan sémantique (par exemple, dans l’échange des biens féminins contre biens masculins lors du mariage, il n’y a pas « paiement du prix de la fiancée », mais échange égalitaire - cf. ma « monnaie multiple »).

5Avec les Philippines nous repassons au nord de l’Équateur, Bernard Pot a rendu compte de sa mission dans l’île de Luzon : « groupes Itneg (autonyme des Tinggian) et Tagalog » pour vérifier ses conclusions en comparant un groupe montagnard et le grand groupe des plaines, plus profondément marqué par l’acculturation espagnole pluriséculaire. Le cinéaste Jérôme Bouyer a projeté deux des films qu’il a réalisés aux Philippines : Samah, ethnonyme d’un groupe de nomades de la mer en cours de sédentarisation, et Pâques, enquête captivante sur l’île du Roi Boiteux (Siquigon) dans les Visayas, dont la population est catholique depuis des siècles, mais qui a une forte réputation de sorcellerie.

6Le directeur d’études a par ailleurs présenté, malheureusement en l’absence de l’auteur alors en mission, l’ouvrage trilingue (palawan avec traductions française et anglaise) consacré à une épopée palawan, La quête en épouse, recueillie auprès du barde et chamane Mäsinu Intaräy traduite et commentée par Nicole Revel. Un chef-d’œuvre de littérature orale.

...Asie du Sud-Est continentale

7Burong Titê, le beau film réalisé par Peter Livermore, est basé sur l’étude faite par Pierre Le Roux des rituels du grand concours des tourterelles aux chants mélodieux, véritables vedettes des passions jawi. Rappelons que les Jawi sont des malayophones du sud de la Thaïlande, et à ce titre font ici le lien avec le monde austronésien.

8Autre écho en quelque sorte de la première partie, la littérature orale. Celle des montagnards des contreforts himalayens et d’une famille de langue très différente, la famille tibéto-birmane. Avòunado Ngwâma, informatrice et épouse du professeur W. L. Dessaint, a présenté une synthèse des mythes d’origine de son propre groupe (elle en est, semble-t-il, la seule représentante en Europe) : les Lissou. Rappelons ce grand livre auquel elle a collaboré, Au sud des nuages, consacré à sa littérature orale.

9Contraste absolu : Fabienne Luco a rendu compte de ses recherches ethnographiques en milieu paysan dans la région d’Angkor qui fut au Moyen Âge le site de la capitale prestigieuse du plus grand empire de l’époque en Asie du Sud-Est continentale.

10Plus au nord, avec le Mékong pour axe, on est passé des Môns-Khmèrs aux Thaïs-Kadai : deux chercheurs, Jean-François Papet et Hsieh Ting Chih, se sont attaqués au problème du sida au Laos, notamment la perception de cette maladie et les méthodes pour en soigner les patients ; le premier chez les guérisseurs lao, la seconde chez les praticiens chinois (donc sino-tibétains au Laos, mais aussi à Phnom-Penh).

11En ce qui concerne le Vietnam nous avons eu des aperçus sur des groupes appartenant à plusieurs familles linguistiques. Notamment avec la tournée extensive effectuée par le professeur William L. Dessaint parmi les populations du Nord-Ouest - le Tây Bác - où il a constaté le maintien des cultures imbriquées dans cette région au relief mouvementé. Et aussi constaté des erreurs d’attributions : par exemple, les Sa Pho classés, malgré leur refus justifié, comme Phu La (des Yi).

12Toujours dans le Nord, Marie Mellac, dont la problématique est l’action des montagnards tropicaux qu’elle a étudié dans un district de la province de Bac Can où cohabitent 80 % de Tây, 10 % de Yao (famille Hmong-Mien) et 10 % de Kinh (ou Vietnamiens proprement dits). Étude qui a abouti à une brillante thèse, Des forêts en partage soutenue avec succès à Bordeaux. L’acculturation du système tây après un long contact avec les Kinh tranche avec celui des autres thaïophones.

13Au cours des années précédentes, nous avons souvent parlé des travaux de Gâbor Vargyas, de l’Académie des sciences de Hongrie. Leur importance à la fois historique et ethnologique est apparue pleinement avec la publication récente de son beau livre : À la recherche des Brou perdus, population montagnarde du Centre Indochinois, qu’il nous a présenté. Premier élément de l’important ouvrage en cours de rédaction qu’il a consacré à ces Austroasiatiques de langue katouique, proche du Viet-Muong.

14Avec Markus Vorpahl (doctorant de l’Université de Hambourg) qui sous le titre « Dôi Möi [le renouveau] à Vi » a poursuivi l’examen de ses enquêtes dans ce village situé à seulement 50 km de Hanoï, nous retrouvons l’espace rural vietnamien. Malgré la proximité de la capitale, Tü Vi ne présente aucun lien, autre qu’administratif, avec elle, mais reste en dépit des bouleversements politiques de l’histoire, accroché à Bac Ninh, située à 10 km. Le conférencier rejette la théorie de Nguyen Tü Chi qui faisait du giap une classe d’âge car il a constaté qu’il y coexistait des personnes d’âges différents et qu’on changeait de giap en changeant d’espace.

Le Vietnam des origines

15Confronté à l’énorme désastre de Cao Bang (1952) qui représente à mes yeux un élément marqueur historiquement plus significatif que Dien Bien Phu (1954), j’ai abandonné il y a quatre ans la rédaction de mon ouvrage sur l’art vietnamien de la guerre. En en reprenant la rédaction, j’ai décidé de refaire complètement la première partie du livre. En effet, s’agissant de l’interprétation par un ethnologue de l’histoire d’un pays dont les sources sont essentiellement événementielles, j’ai estimé qu’il fallait remonter plus haut dans le temps, même si les données ethnographiques fournies par les chroniqueurs han étaient exsangues. C’est là le seul moyen d’aboutir à une présentation véritablement anthropologique (écologie, histoire, linguistique, ethnologie, économie, au minimum, dans leurs développements diachroniques). Alors que dans des rencontres de haut niveau (historiens, Barcelone, 1992 ou philologues ou/et historiens, Hanoï, 1998), on peut constater-cela est surtout vrai dans le premier cas - que le Vietnam s’affirme réellement, à leurs yeux, dans le domaine de l’histoire récente des sciences politiques.

16Bien que cela paraisse en contradiction avec ce que je viens de dire, mais s’impose sur le plan pédagogique, une partie seulement de l’auditoire (et des futurs lecteurs) est composé de vietnamologues. Il était donc nécessaire de présenter la géographie et la démographie (fortement bousculée par les guerres récentes) du Vietnam actuel.

17Mais lorsqu’on aborde l’écologie au sens large, on est obligé de présenter le Vietnam dans l’ensemble dont il fait partie : l’aire indopacifique de Vavilov avec sa prodigieuse richesse au point de vue botanique et zoologique sur laquelle repose ce néolithique indochinois dont témoigne l’abondante domestication des plantes et des animaux qui y est apparue.

18Entorse à la règle annoncée : en ce qui concerne la paléontologie j’ai eu recours à Fabrice Demeter (post-doctorant, Laboratoire d’anthropologie biologique du musée de l’Homme) qui nous a présenté « Le peuplement humain de l’Asie extrême-orientale » basé sur les résultats exposés dans la brillante thèse qu’il a soutenue tout récemment et qui est en cours de publication. Il souligne le long glissement vers le sud de Chine et du Japon (Okinawa) à Java (Wadjak), en insistant sur l’importance des fouilles de l’amas coquillier de Cau Giat au Vietnam.

19En ce qui concerne la préhistoire nous avons tenté de présenter une synthèse des travaux effectués par les chercheurs français et ceux plus récents des chercheurs vietnamiens. En insistant plus particulièrement sur la civilisation dongsonienne, d’où sortira la civilisation vietnamienne.

20Le directeur d’études a assisté à la demi-journée (30 septembre 1999) de « Réflexion sur la crise de Timor Oriental » (AFRASE-CERI) et au colloque sur le « Vietnam après 1945 » à l’Institut des sciences politiques (10-12 janvier 2001). À la suite des événements survenus sur les Hauts Plateaux, la Société des missions étrangères lui a demandé une conférence sur « Les minorités ethniques du Vietnam. Hier et aujourd’hui » (22 mars 2001). Dans le cadre du séminaire mensuel sur « La Fabrique des sociétés coloniales » organisé par Isabelle Merle pour l’EHESS (Marseille) et la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme (Aix-en-Provence), le directeur d’études a fait à Marseille une conférence intitulée « Itinéraire d’un Eurasien au Vietnam colonial » (6 juin 2001). Ayant été désigné par l’UNESCO comme membre du jury international que cet organisme des Nations Unies a institué, j’ai effectué du 14 au 18 mars 2001, une mission au Piémont où s’est tenu à Grinzane-Cavour la table ronde internationale « Patrimoine culturel immatériel - Définition opérationnelle ». Puis participé du 15 au 18 mai au siège de l’UNESCO à Paris à la « Première réunion du jury international de la proclamation des chefs-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’Humanité ».

Publications

  • Môt sô nhân xét vê viêc nghiên cúu luât tuc, Luât tuc vâ phát triên nông thon hiên nay o viêt nam, (Ky yêu hôi tháo khoa hoc), [Customary law and rural development in Vietnam today, (the record of a scientific conference)], Hanoi, The National Political Publishing House, 2000, p. 54-60.
  • Préface à Gábor Vargyas, À la recherche des Brou perdus : population montagnarde du Centre Indochinois, Les Cahiers de Péninsule, 5, 2000, p. 7-8 (Études orientales/Olizane).
  • « L’ethnographie du Cambodge. À propos de l’article de J. Népote : ”Pour une reconsidération de la stratégie des études orientales sur le domaine cambodgien“ », dans Traversées : construction navale, expressions symboliques Asie-Pacifique, n° sp. de Techniques et Culture, 35-36, 2000, p. 533-536.
  • « Vân dê truyên khâu và dao ly trong nghiên cúu luât tuc (Problèmes posés par la recherche et par l’éthique dans l’étude des coutumiers) », Viêt Nam hoc, ky yêu hôi thao quôc tê lân thú nhât (Études vietnamiennes : actes du 1er Colloque international), 15-17 juillet 1998, tâp II, Hà Nôi, Nhà xuât ban thê giói, 2000, p. 37-41.
  • Avec Yves Goudineau, « Charles Archaimbault : l’érudition et l’imaginaire du Laos (1921-2001) », La Lettre de l’AFRASE, 53, mars 2001, p. 3-10.
  • « Haluuk, Opferpfahl der Bahnar », dans Altäre : Kunst zum Niederknien, sous la dir. de J.-H. Martin, [Catalogue de l’exposition Düsseldorf, Museum Kunst Palast, 2 sept. 2001-6 jan. 2002], Ostfildern, Hatje Cantz, 2001, p. 120-123.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Condominas, « Ethnologie et sociologie de l’Asie du Sud-Est et du monde insulindien », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 491-496.

Référence électronique

Georges Condominas, « Ethnologie et sociologie de l’Asie du Sud-Est et du monde insulindien », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15304

Haut de page

Auteur

Georges Condominas

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals