Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie de l’Europe

Daniel Fabre, Giovanni Careri et Carlo Severi
p. 498-504

Texte intégral

Daniel Fabre, directeur d’études

L’écriture et ses lieux. Retour sur le sacre de l’écrivain

1Commencé en janvier 2001, le séminaire a rouvert le dossier des « lieux d’écriture en Europe » dans la foulée d’une enquête dirigée par le directeur d’études. Les séances suivaient le fil d’une réflexion générale sur les territoires de la littérature tout en présentant des enquêtes ethnographiques et historiques conduites sur des lieux où, aujourd’hui, s’exprime le culte d’un écrivain. Des textes stimulants pour ce type d’anthropologie de la littérature ont été relus au fur et à mesure, à la lumière de ce nouveau parcours.

2Une analyse des conditions très particulières de mise en présence de la littérature a servi de point de départ. Cet « art » du langage peut être, en effet, considéré comme le plus ubiquiste puisque la rencontre de l’œuvre et du lecteur est, théoriquement, indépendante du lieu et du temps : à l’inverse des arts visuels avant l’ère de leur reproduction massive par l’image, à l’inverse aussi de la littérature orale et du théâtre, l’œuvre écrite ne nécessite ni une actualisation sous forme de performance située, ni le déplacement du récepteur au lieu et au moment ad hoc. N’importe où et n’importe quand la lecture personnelle suffit, en principe, à mettre en présence de l’œuvre. Cette déterritorialisation est le résultat d’une histoire longue et complexe : comme l’ont bien montré Florence Dupont pour l’Antiquité gréco-latine et Roger Chartier pour l’Europe classique, elle advient au cours d’une conquête très lente et jamais pleinement réalisée ; on admet même que d’importantes innovations techniques, cognitives et sociales (l’écriture, le codex, la lecture silencieuse, l’imprimerie, l’écran) ont, au fil des siècles, nourrie cette progressive autonomie du texte. L’hypothèse qui soutient le séminaire est que ce mouvement, peu contestable en effet, a été accompagné de processus de sens inverse qui fondent l’institution de la littérature sur son incarnation sous forme d’auteurs, d’objets uniques ou rares, de lieux singuliers, de performances particulières. Cette tendance est aujourd’hui d’autant plus sensible que la transmission textuelle (par exemple sous la forme canonique de la lecture ordonnée par l’école) traverse une crise qui croit trouver réponse dans les pratiques multiples de concrétisation de la littérature par la mise en présence avec l’auteur, l’image, le texte lu et joué, le manuscrit original, les brouillons d’écrivains, etc. La promotion des lieux littéraires est une des figures les plus spectaculaires de cette reterritorialisation. Le séminaire, qui se poursuivra en 2001-2002, a commencé à en explorer les diverses facettes.

3La large diffusion européenne et américaine du culte des lieux de l’écrivain et de l’écriture date des dernières décennies du XIXe siècle et a connu, au XXe siècle, un développement inouï. Ce surgissement, dont une première chronologie a été esquissée, ne peut se comprendre sans une analyse de la question du lieu d’écriture chez les auteurs de la génération du « sacre de l’écrivain ». La récente rénovation de la maison de Balzac, à Passy, a donné l’occasion de rappeler le phénomène ébauché dans des séminaires antérieurs (1996-1998), à savoir la transformation de l’écrivain en architecte du lieu où advient son écriture. En faisant de cet espace une partie intégrante de son œuvre, l’écrivain lègue à la postérité un laboratoire de sa création. Plusieurs actuelles « maisons d’écrivain » (par exemple celles de Chateaubriand, Hugo, Loti, D’Annunzio ou Kenneth White) sont des constructions délibérées que sous-tend une théorie particulière du processus créateur. Le cas emblématique de la chambre de Joë Bousquet (1897-1950), poète paralysé à la suite d’une blessure de guerre, et architecte attentif de son lieu d’existence et de travail, a permis d’illustrer d’autant mieux cette période historique qu’il cumule et combine les diverses postures de l’écrivain moderne face au lieu. Mais toutes les maisons n’entrent pas dans cette catégorie, loin de là. En fait, beaucoup plus nombreux sont les écrivains qui, antérieurs aux années 1750, n’ont rien laissé qui concerne la matérialité de leur travail - ni auto-analyse de leur activité, ni manuscrits de leur main, ni, a fortiori, intérieurs voués à l’écriture -, et pourtant ils n’en sont pas moins honorés dans des lieux. Pour comprendre cette réalité, une plongée dans l’histoire a semblé nécessaire. Elle s’est attachée d’abord, à explorer les deux plus anciens lieux d’Europe qui furent et sont toujours théâtres d’un culte de l’écrivain : le tombeau de Virgile, à Naples, et la val chiusa de Pétrarque, à Fontaine-de-Vaucluse.

4La dévotion portée au tombeau de l’écrivain n’est pas un phénomène récent puisque, dès le IIe siècle, le souvenir de Virgile est entretenu à Naples, à Piedigrotta, au pied du Pausilippe où se trouve un tumulus funéraire qui fut, quelques décennies après la mort du poète, réputé être son tombeau. Culte privé du propriétaire du lieu, culte confiné dans la lignée des écrivains et des « grammairiens » de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge qui reconnaissent dans Virgile un modèle et un ancêtre. En fait le lieu virgilien ne traversera le temps que parce qu’il est entré dans le corpus des récits fondateurs de la cité de Naples où s’élabore, dès le XIIe siècle, l’extraordinaire figure de Virgile protecteur magique de la ville. L’écrivain en tant que tel ne réapparaît qu’à partir du XVIe et, surtout, du XVIIIe siècle. On peut repérer dans le transfert, voulu par l’État fasciste en 1938, des cendres de Leopardi auprès du tombeau de Virgile l’acte contemporain qui fonde le jardin de Piedigrotta comme sanctuaire littéraire national. Le cas de la val chiusa de Pétrarque, remarquablement étudié par Ève Duperray, introduit d’autres dimensions. D’abord Pétrarque semble être le premier auteur européen a avoir théorisé et mis en application des textes antiques (de Sénèque d’abord) sur les conditions d’environnement idéales pour la réflexion et pour l’écriture. Ensuite le culte pétrarquiste, amorcé en France dans les premières décennies du XVIe siècle, a produit une véritable archéologie du lieu qui suit très exactement les progrès et les reculs de l’influence du poète. On a insisté sur le rôle des abbés érudits provençaux du XVIIIe siècle puis sur celui des félibres du XIXe siècle qui situent ce lieu non plus dans une perspective citadine puis nationale, comme le fut le tombeau de Virgile, mais dans une revendication régionaliste qui élabore le stéréotype de la Provence terre de la poésie romane. Ces hauts lieux de la littérature témoignent donc d’une histoire stratifiée dont la mise en évidence souligne à la fois des processus généraux d’identification de l’écrivain comme emblème ou héros et des inflexions chronologiques récurrentes dans l’histoire de ces cultes en Europe.

5Un dernier cas, celui du culte de Molière, qui a été présenté au séminaire par Michel Pluche, a permis de cerner la figure prépondérante en France de l’écrivain « classique » qui doit, en dépit de l’absence de traces, être honoré partout dans la mesure où la littérature est une des réalisations de la nation en laquelle on communie. Le débat, qui sera repris et approfondi l’année prochaine, a mis en relief la complexité des processus de « nationalisation » des écrivains. Lié d’abord à l’univers corporatif des comédiens, parisiens le culte de Molière explose sous la Révolution et sous l’Empire dès l’instant où, son corps ayant été exhumé, ses reliques se dispersent avec les objets qui lui sont attachés (en particulier son « fauteuil »). La célébration scolaire fondera définitivement, surtout sous la République radicale, sa stature de héraut du peuple et multipliera ses présences (statues, plaques commémoratives, noms de rue, musées, fictions locales).

6Le séminaire a également accueilli Nathalie Heinich. Elle a présenté son ouvrage Être écrivain qui a donné lieu à un débat sur l’état actuel de l’« identité d’écrivain » en France.

7Par ailleurs, le directeur d’études a assuré avec Claudie Voisenat, ingénieur d’études, un séminaire d’une journée mensuelle consacrée aux « Sources de l’ethnologie de la France ». Ont présenté un exposé : Noël Barbe (ethnologue régional, DRAC de Franche-Comté), « François Courbet, peintre ethnographe » ; Pierre Bidart (professeur, Université de Bordeaux-II), « Julien Vinson et la ”basquité" » ; Claudie Voisenat (CNRS), « Les archives improbables de Paul Sébillot » ; Dominique Serena (conservatrice du Museon Arlaten), « La notion de dessin ethnographique » ; Denis-Michel Boell, « Les enquêtes ethnographiques en Bretagne et le mouvement culturel breton ». En novembre 2000 il a fait la synthèse des contributions au colloque sur les « Musées de la guerre et de la Résistance » (Paris, MSH). En janvier 2001, il a fait deux conférences - sur « Le culte des écrivains en Europe » et « Les autobiographies plébéiennes » - dans le cadre de l’atelier franco-polonais de Varsovie, un séminaire à l’université de Rome-La Sapienza dans le cadre de l’enseignement de la professeure Maria Minicuci sur « Une anthropologie de l’institution universitaire ». En février, il a présenté un exposé sur « Les émotions patrimoniales » au cours d’un colloque sur les usages publics de l’archéologie à la chartreuse de Pontignano, Université de Sienne. En mars il a animé et conclu une journée des doctorants de l’Université de Paris-I sur « Le héros ». En mai il a donné huit leçons à l’Université de Rome-Tor Vergata à l’invitation du professeur Marcello Massenzio sur les « Genèses du savoir anthropologique ».

8Le directeur d’études a co-organisé deux colloques dont il a assuré l’introduction et l’animation des débats conclusifs : « Vivere nel tempo. Antropologia, storia, patrimonio » (Rome, 2-4 juin) ; « Fictions historiques et productions des territoires » (Carcassonne, 13-15 juin). Ces rencontres constituent les premières manifestations du Laboratoire d’anthropologie et d’histoire : l’institution de la culture (LAHIC), créé par le CNRS et le ministère de la Culture en avril 2001.

Publications

  • Avec A. Bensa, dir., Une histoire à soi. Figurations du passé et localité, Paris, Maison des sciences de l’Homme-Ministère de la Culture (« Ethnologie de la France »), 2001, 302 p.
  • « L’Histoire a changé de lieu », ibid., p. 13-38.
  • « La construction culturelle et sociale de l’identité sexuelle », dans Du regard sur l’autre au regard sur nous. Ouvertures anthropologiques, Toulouse, Éd. du GREP, 2000, p. 65-94.
  • « Vivere, scrivere, archiviare », dans Vite di carta, sous la dir. d’A. de Quinto et A. luso, Naples, L’Ancora, 2000, p. 261-284.
  • « Maisons d’écrivains », Le Débat, 115, mai-août 2001, p. 172-177.

Giovanni Careri, martre de conférences avec Carlo Severi, directeur de recherche au CNRS

Traditions iconographiques et mémoire sociale

9Nous avons poursuivi cette année l’analyse critique des textes « anthropologiques » de Warburg, en nous fondant notamment sur les travaux de Saxl (1957), Forster (1999), Settis (1993) et Raulff (1998). Toutefois, nous avons reconnu que cette littérature ne suffit pas à définir le projet d’anthropologie de la mémoire sociale que Warburg a tenté de formuler. Le projet d’identifier les fondements d’une anthropologie des images, capable de dépasser, comme le voulait Warburg, la « ligne de partage » qui sépare l’Occident des autres cultures est resté dans son œuvre à l’état de formulation implicite ou fragmentaire. Nous en avons conclu que la reconstruction d’une anthropologie d’inspiration warburgienne, capable d’en reconnaître les fondements dans son œuvre, et de développer ensuite ses indications dans une véritable perspective de recherche à venir, implique inévitablement deux tâches. D’un côté, il s’agit de retrouver les termes d’une problématique oubliée, étrangère aux historiens de l’art mais aussi disparue depuis longtemps des histoires de l’anthropologie, où les questions que Warburg se pose plongent leur racines. De l’autre, il s’agit de comprendre quelle utopie, quelle anthropologie à venir, dans sa double ambition de travail sur le sens des images et sur les opérations mentales qu’elles Impliquent, constitue le développement possible de son œuvre.

10On a donc poursuivi le travail dans la double perspective d’étudier d’une part les racines de la pensée de Warburg et, d’autre part, d’esquisser ses développements possibles. Cette année, après plusieurs séances consacrées à la définition du concept de tradition Iconographique (qui nous ont permis notamment de situer l’approche de Warburg par rapport à celle de Curtius) (Sassi 1982) nous avons poursuivi l’analyse, amorcée l’année dernière, des relations entre iconographie et action rituelle.

11En ce qui concerne le concept de tradition, nous avons constaté qu’une des toutes premières d’une anthropologie d’inspiration warburgienne, consiste à mettre en question la distinction classique entre tradition écrite et tradition orale. Si nous étudions un certain nombre de techniques graphiques liées à la mémorisation dans des cultures autres que la nôtre, nous découvrons que la force d’attraction, la valeur structurante que les Gestalten psychologiques ont dans la perception des images, est également valable pour le fonctionnement de la mémoire, et donc pour la transmission des connaissances dans une tradition dite « orale ». La mise en place d’un certain champ visuel coïncide ainsi, dans ces cultures, avec le codage d’une mémoire.

12Si cela est vrai, pourquoi continuer d’appeler « orales » les traditions des peuples qui n’ont pas l’usage de l’écriture ? En fait, l’étude directe d’un certain nombre de techniques de mémorisation a montré que, bien souvent, ces traditions sont iconographiques autant qu’orales, fondées sur l’image autant que sur la parole. En fait, l’opposition tradition orale/tradition écrite est certes peu réaliste, puisqu’elle ne tient pas compte de très nombreuses situations intermédiaires, où les techniques graphiques complètent l’exercice de la parole, sans se substituer à lui. Mais elle repose aussi sur une symétrie fallacieuse. Ce qui fait face à l’écrit, dans cette opposition, n’est pas la seule parole dite. En fait, nombreuses sont les situations où, là où la mémoire sociale ne semble se fonder que sur la parole dite, le rôle de l’image est constitutif du processus de transmission des connaissances. Il est donc essentiel d’identifier clairement le concept de tradition qui, sans s’appuyer seulement sur les moyens sémiotiques utilisés dans la transmission des connaissances (oralité, écriture) se fonde, plus en général, sur les modalités suivies par la communication des savoirs traditionnels, notamment dans le contexte de l’énonciation rituelle.

13Nous nous sommes donc penchés, dans la deuxième partie de l’année, sur le rapport entre iconographie et action rituelle. L’analyse d’un texte de Chiara Frugoni (1996) sur les inscriptions et bas-reliefs de la cathédrale de Modène, nous a permis de mettre en place quelques concept de base, notamment en ce qui concerne la représentation de l’énonciateur rituel. Nous avons ensuite testé ces premières hypothèses sur la nature complexe de l’énonciateur rituel sur un ensemble d’iconographies et rituels funéraires de Grèce archaïque, à partir d’une lecture de textes de De Martino (1975), Vernant (1965, 1989) Vernant et Detienne (1979), J. Svembro (1993) et B. Fehr (1996).

14Nous avons ensuite pris en considération un cas de nachleben des formules pathétiques grecques à l’âge baroque en analysant les textes poétiques et les tableaux relatifs (notamment de Poussin) à un épisode de la Jérusalem délivrée du Tasse : Erminie trouve Tancrède blessé. Dans cet ensemble d’images et de textes qui appartiennent à une culture « de l’écrit » nous avons essayé de dégager la place de l’image, du geste rituel et du geste rituel dans l’image pour restituer enfin aux paroles d’Erminie une valeur rituelle. Ceci nous a permis de renouer quelques fils entre le strate « haut » et érudit du poème et le strate profond « anthropologique » sur lequel il s’appuie. À cette occasion nous avons repris une discussion commencée l’année passée sur les problèmes méthodologiques posés par les différences entre l’analyse de l’action rituelle e l’analyse de ses représentations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Fabre, Giovanni Careri et Carlo Severi, « Anthropologie de l’Europe », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 498-504.

Référence électronique

Daniel Fabre, Giovanni Careri et Carlo Severi, « Anthropologie de l’Europe », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15307

Haut de page

Auteurs

Daniel Fabre

Articles du même auteur

Giovanni Careri

Articles du même auteur

Carlo Severi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals