Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Sociologie

Sociologie de l’art et modèles d’action en sciences sociales

Pierre-Michel Menger
p. 532-535

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Pierre-Michel Menger, directeur d’études

1Dans une première partie du séminaire, j’ai choisi de présenter les théories et les méthodes d’analyse des marchés du travail artistique à partir de la question de la « surpopulation » artistique, récurrente dans les recherches socio-historiques comme dans les chroniques demi-savantes consacrées aux professions artistiques et à la prolifération des œuvres, notamment lors de pics saisonniers de distribution. Comment qualifier un phénomène de surpopulation artistique, s’agissant d’un secteur d’activité où la définition du professionnel et l’analyse de la relation entre offre et demande d’emploi soulèvent nombre de difficultés théoriques et méthodologiques ? L’argument est à l’origine de nombreux conflits interprétatifs : on en a fait le ressort et l’indice majeur d’une crise permanente des mondes de l’art, mais peut-on s’en tenir à l’alternative crise de surproduction vs crise de sous-consommation ? L’examen des mécanismes organisationnels des mondes de l’art conduit à distinguer : l’excès d’offre instantanée comme un requisit fonctionnel et une stratégie de gestion de l’incertitude, la disjonction entre offre et demande de travail telle que la déterminent les formes d’activité prédominantes (auto-emploi, freelancing, multiactivité, embauches brèves et carrières intermittentes, etc.), les propriétés particulières de la concurrence qui prévaut dans les arts, la gestion individuelle et collective des risques d’emploi associés à l’organisation des mondes de l’art, la croissance en effectifs y étant supérieure à celle des volumes de travail demandés. Cette analyse a été reprise dans une communication présentée à l’Annual Meeting de la Southern Economic Association, qui se tint à Washington en novembre 2000.

2Une deuxième partie du séminaire a été consacrée aux recherches actuelles en sociologie de la musique. J’ai présenté les éléments d’une controverse sur l’analyse sociologique du génie, en l’espèce Beethoven, auquel plusieurs travaux sociologiques ou socio-historiques récents ont été consacrés : les conflits d’interprétation tirent leur origine des ambivalences de la corrélation établie entre la position de classe de Beethoven (celle d’un bourgeois), la structure sociale de son mécénat le plus constant (l’aristocratie viennoise) et la vitesse de réussite du compositeur, dans une configuration socio-économique marquée par la consolidation d’une forme marchande d’organisation de la vie musicale. L’examen du dossier de controverse scientifique permet de montrer comment, par une relativisation des variables non directement mesurables et traditionnellement vectrices de l’admiration publique (le talent, l’énergie de l’artiste, la capacité de tolérer l’incertitude et ses épreuves), un déterminisme macrosociologique est substitué aux célébrations bio-hagiographiques de la grandeur et de l’unicité du génie, et quel est le coût scientifique d’une telle opération.

3J’ai présenté les résultats, publiés dans l’American Economic Review, d’une recherche effectuée par deux économistes américaines, C. Goldin et C. Rouse, sur les situations de discrimination à l’égard des interprètes femmes candidates au recrutement dans les principaux orchestres américains, et sur les changements apportés par l’audition en aveugle, derrière paravent, des candidates et candidats aux emplois. J’ai pris appui sur cette recherche pour introduire un double questionnement : théorique et méthodologique, sur l’analyse et la mesure des faits de discrimination dans le monde artistique ; empirique, sur les sources et les terrains d’enquête et sur la comparaison avec les résultats de travaux antérieurs ou connexes.

4Philippe Coulangeon (Centre de sociologie des arts) a présenté le cadre théorique, la méthode et les principaux registres de problématisation de sa recherche en cours sur les caractéristiques socio-démographiques, la formation, les conditions de travail et les formes d’activité des musiciens professionnels en France et a évalué la contribution des différents facteurs explicatifs de la progression spectaculaire des effectifs de musiciens professionnels et de candidats à la carrière professionnelle depuis quinze ans. Pierre François (Centre de sociologie des arts et Commissariat général du plan) a présenté sa recherche de doctorat sur le cycle d’innovation esthétique et socio-économique qui a scandé la dynamique de professionnalisation du mouvement de réinterprétation de la musique ancienne sur instruments anciens. Morgan Jouvenet (Centre de sociologie des arts et Laboratoire de sciences sociales de l’ENS) a examiné les ressorts de la professionnalisation des musiciens de rap, entre auto-production, multiactivité et revendication d’authenticité au cœur de la sphère industrielle et commerciale de la musique. Renaud Garcia Badidia (Centre de sociologie des organisations) a analysé l’évolution de l’organisation économique de la production discographique face aux transformations introduites par les technologies nouvelles d’information et par les nouveaux circuits de distribution, avec les stratégies inédites d’intermédiation qu’ils suscitent. Laurent Guirard (Université de Tours) a exposé l’apport des théories attributionnelles de la motivation développées en psychologie dans l’étude des questions d’aptitude musicale et de déroulement des carrières professionnelles des musiciens. Janine Rannou (Centre de sociologie des arts) a présenté la recherche menée au Centre de sociologie des arts sur les qualifications et les nomenclatures d’emploi dans le secteur du spectacle vivant. À partir d’une analyse exhaustive des sources décrivant et classant les emplois, une refonte de l’outil taxinomique a été réalisée pour aboutir à une nouvelle architecture classificatoire.

5Dans la troisième partie du séminaire, les carrières et les conditions de la réussite artistique et professionnelle dans les arts visuels et l’architecture ont été abordées. Florent Champy (Centre de sociologie des arts) a présenté son ouvrage Sociologie de l’architecture, en examinant trois questions : l’organisation du groupe professionnel et les conditions du monopole d’exercice, les fondements et les limites de la politique publique d’architecture (production et qualité du logement social et de la commande publique, politique du patrimoine, cadres législatifs et réglementaires), les formes de négociation, de coopération et de concurrence entre les architectes, les entreprises et le nombre croissant de professions impliquées (ingénieurs, bureaux d’études, économistes, urbanistes, paysagistes, acousticiens, coloristes).

6David Galenson (Université de Chicago) et Martin Bruegel (INRA) ont présenté leur recherche sur la mesure de la valeur de la peinture française, du réalisme au surréalisme. Fondé sur un échantillon de peintres de forte notoriété, actifs principalement entre 1840 et 1950, un double classement des peintres et des toiles est construit à partir du nombre et du choix des illustrations qui figurent dans un corpus raisonné d’ouvrages généraux d’histoire de l’art et de manuels d’histoire de l’art. En examinant les cas de dissociation entre célébrité des artistes et célébrité de certaines œuvres dues à des artistes de moindre notoriété, Galenson et Bruegel recourent à la distinction entre innovateurs expérimentateurs et innovateurs conceptuels en art et dégagent deux régimes possibles et fortement contrastés de créativité.

Publications

  • Avec J.-Y. Grenier et C. Grignon, dir., Le modèle et le récit, Paris, Éd. de la MSH, 2001, 502 p.
  • Avec J. Rannou, A. Blondel, C. Cicé et C. Zavadski, Les métiers du spectacle vivant et leurs classifications, Paris, Publications de la CPNEFSV, 2001, 358 p.
  • « Art, politisation et action publique », Sociétés et Représentations, 11, 2001, p. 169-204.
  • « L’art, les pouvoirs de l’imagination et l’économie des désirs dans la théorie durkheimienne », Durkheimian Studies, 2001, p. 61-84.
  • « Artists as workers: theoretical and methodological challenges », Poetics, 28, 2001, p. 241-254.
  • « À quoi arrimer une déconstruction relativiste du discours sur la musique ? », Musicae Scientiae. The Journal of the European Society for the Cognitive Sciences of Music, 2, 2001, p. 79-88.
  • « Culture », dans Dictionnaire des Politiques culturelles de la France depuis 1959, sous la dir. de E. Waresquiel, Paris, Larousse/CNRS Éd., 2001, p. 180-185.
  • « Il pubblico delia musica contemporanea », dans Enciclopedia delia musica, sous la dir. de J.-J. Nattiez, Turin, Einaudi, 2001, 1, p. 987-1003.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Michel Menger, « Sociologie de l’art et modèles d’action en sciences sociales », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 532-535.

Référence électronique

Pierre-Michel Menger, « Sociologie de l’art et modèles d’action en sciences sociales », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 24 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15321

Haut de page

Auteur

Pierre-Michel Menger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals