Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Sociologie

Sociologie de la décision et de la délibération

Philippe Urfalino et Martine Burgos
p. 535-538

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Philippe Urfalino, directeur d’études

Marchés du médicament et santé publique. Le contrôle sanitaire et économique des marchés du médicament en France

1L’évolution du contrôle des marchés du médicament en France a été étudiée à partir de trois objets : 1) la création, l’évolution et le mode de fonctionnement de la commission d’autorisation de mise sur le marché (AMM) de 1978 à nos jours ; 2) la création d’une Agence française du médicament de 1988 à 1993 ; 3) le fonctionnement de la commission de la transparence, chargée de donner un avis sur le remboursement des médicaments, de 1982 jusqu’à la réévaluation récente du service médical rendu (SMR) des médicaments remboursés.

2Après plusieurs séances sur la coopération entre firmes pharmaceutiques et cliniciens pour la réalisation des essais cliniques qui permettent aux firmes de constituer leur dossier de demande d’AMM, on a abordé la formation historique de l’AMM aux États-Unis et en Europe. La comparaison avec les États-Unis a permis de distinguer les trois conditions de l’émergence de l’AMM qui, selon les pays, se rassemblent et se complètent dans un ordre chronologique différent, au gré de l’état des connaissances et des rapports de forces entre les industries pharmaceutiques et les États concernés. Ces trois conditions sont juridique (l’approbation préalable que s’arroge l’État), scientifique (un instrument de mesure, l’essai clinique randomisé en double aveugle) et organisationnelle (la mobilisation de compétences pour évaluer les médicaments).

3Les objets sous étude ont ensuite été abordés à partir de trois approches. La première est la recherche d’un modèle de relation entre décision publique, experts et intérêts privés. À partir d’un rapide commentaire du livre de Sheila Jasanoff, The fifth branch. Science advisers as policy makers, nous avons repoussé les modèles de la technocratie (les experts légitiment les initiatives des politiques ou leur imposent leur vue) et de la science publique ou démocratie scientifique (les citoyens se mêlent aux débats scientifiques). Le fait marquant de l’AMM française est que l’évaluation aussi bien que la décision d’autorisation ont, en vingt-cinq ans, été absorbées par des experts aux dépens de l’administration. Mais l’émergence de ces experts ne correspond pas à la seule formation d’une nouvelle discipline : la pharmacologie clinique. Elle est le produit de deux évolutions : la formation d’une chaîne d’activités scientifiques différenciées et articulées entre elles, traversant les firmes pharmaceutiques, les services des hôpitaux et la commission d’AMM ; l’apprentissage par les membres cooptés de la commission d’une activité spécifique, l’évaluation des médicaments.

4La seconde approche consistait à étudier la formation et les réformes de l’AMM française, la création de l’Agence du médicament, comme des activités constitutionnelles, c’est-à-dire comme des décisions portant sur les règles de décision et la distribution des pouvoirs et compétences. Les travaux de Thomas Schelling et Stephen Holmes ont été mobilisés à cet effet. Enfin la troisième approche, l’analyse des décisions collectives, a été concentrée sur les modes de décision utilisés dans trois commissions, celles délivrant l’AMM en France et au sein de l’Agence européenne du médicament à Londres et la commission de la transparence en France. La prégnance, selon les cas, de la décision par consensus apparent ou de la règle de majorité, a permis de mettre en évidence les conditions et les effets de ces modes de décision dans des contextes d’évaluation à forte teneur scientifique.

Publication

  • « L’apport de la sociologie des décisions à l’analyse de l’Agence française de Sécurité Sanitaire des Produits de santé », Actes du séminaire du Programme Risques Collectifs et Situations de Crise, juin 2001, p. 11 -52.

Martine Burgos, ingénieur d’études

Introduction à la méthode en sociologie de la littérature et de la lecture

5Le retentissement médiatique de la sortie, en France, du quatrième volume des Harry Potter (J.-K. Rowling) a été l’occasion d’aborder, dès le début du séminaire, à partir d’un exemple concret, l’une des questions essentielles que pose la sociologie de la lecture : à savoir le fondement des goûts littéraires et des critères d’évaluation esthétique. On avait là, en effet, un roman s’adressant à un jeune, voire très jeune public qui lui réservait un accueil exceptionnel, lu et apprécié par les adultes, notamment les parents et les enseignants, couvert d’éloges par la presse spécialisée en littérature pour la jeunesse, reçu très favorablement par la plupart des critiques professionnels de la presse nationale, bref, un cas unique où des lectorats divers se retrouvent et s’accordent sans émettre presque aucune réserve, puisant dans un récit unique les aliments d’un imaginaire transculturel. Par sa diversité inhabituelle, cette communauté de lecteurs qu’unifie le jugement esthétique rappelle l’auditoire mêlé que réunissent autour de la parole vive les conteurs traditionnels. Y a-t-il des raisons internes à l’œuvre, qui expliquent l’unanimisme de la réception ? Qu’est-ce qui fait que cet ouvrage a paru éminemment convenable à un lectorat extrêmement disparate (sexe, âge, compétences, goûts, formations...) ? L’hypothèse retenue - et partiellement confirmée par l’examen du dossier de presse - fut que les ouvrages de J.-K. Rowling reprenaient certains caractères formels propres à l’épopée, créait un monde proche de la fantasy, très en vogue dans la littérature pour la jeunesse, centré sur un héros dont le parcours s’inscrit dans une durée qui le rapproche du personnage du roman d’éducation. À partir de ce constat, qui relève de ce qui pourrait apparaître comme une incohérence structurelle, on s’est interrogé sur les raisons pour lesquelles l’objet ne fut pas littérairement décrié ni non plus suspecté pour son succès même - comme c’est fréquemment le cas en raison d’une logique éprouvée de la distinction - mais, bel et bon objet, inspira, au contraire, des discours médiatiques empreints d’une certaine jubilation. Cette réaction correspond-elle à une attente, voire une exigence, de sociabilité heureuse autour d’un livre et d’une lecture, au même titre que le développement récent des manifestations publiques de lecture à voix haute ?

6La question des sociabilités est au cœur de l’autre axe de recherche développé cette année : les publics spécifiques des bibliothèques municipales, adolescents et usagers non inscrits notamment, qui posent, dans leurs pratiques de lecteurs et ce qu’ils en disent, le problème de la représentation problématique de soi comme lecteur. On retiendra surtout l’ambivalence du rapport qu’entretiennent ces publics avec un espace commun qu’ils s’approprient selon des modalités où le sentiment de la transgression tient une place essentielle : transgression douce ou violente d’un ordre symbolique et des règles pratiques qui le signifient. En effet si la bibliothèque assure l’accès libre et égal pour tous aux moyens de la culture, les objets qu’elle propose conservent une aura qui paraît consubstantielle à leurs contenus. Cette aura est, par ailleurs, entretenue par les contraintes matérielles et psychologiques qui s’attachent au mode individuel dominant d’acquisition (et de contrôle) des connaissances dans les lieux institutionnels par excellence du livre et de la lecture que sont l’école et la bibliothèque. Diverses tactiques - dont le développement de sociabilités plus ou moins discrètes - se mettent spontanément en place, inventées par les intéressés eux-mêmes, de façon que le prestige et la valeur symbolique du lieu (d’où l’importance de s’interroger sur la signification de l’inscription) pèsent moins lourd sur ces publics souvent fragiles - en raison de leur âge ou de leur milieu d’origine - ou fragilisés par les circonstances particulières de leur vie professionnelle ou familiale (chômage, divorce...).

Publications

  • « Sociabilités de classe, sociabilités littéraires », Lire et écrire avec le Goncourt des lycéens, Rennes, CRDP de Bretagne (« Lettres ouvertes »), 2000, p. 63-68.
  • Avec Claude Poissenot et Jean-Marie Privat, « Droits d’usages. Les usagers non inscrits des bibliothèques municipales », dans Les bibliothèques municipales et leurs publics. Pratiques ordinaires de la culture, Paris Bibliothèque publique d’information (« Études et recherches »), 2001, p. 81-286.
  • « De la légitimité à la prise de risque, propositions pour de futures rencontres », dans Lire et dire, Actes des 2e rencontres, Clermont-Ferrand, Agence régionale pour le livre en Auvergne, 2001, p. 127-134.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Urfalino et Martine Burgos, « Sociologie de la décision et de la délibération », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 535-538.

Référence électronique

Philippe Urfalino et Martine Burgos, « Sociologie de la décision et de la délibération », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15322

Haut de page

Auteurs

Philippe Urfalino

Articles du même auteur

Martine Burgos

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals