Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Sociologie

Sociologie politique de l’Amérique latine

Daniel Pécaut
p. 570-572

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Daniel Pécaut, directeur d’études

1Dans la suite des séminaires que j’avais consacrés précédemment aux configurations du temps, de l’espace et de la subjectivité dans des contextes de terreur comme ceux que connaissent maintes régions de Colombie, je me suis attaché cette année à analyser ce qui peut être présenté comme modalités de « résistance » de la population civile face aux divers acteurs armés. Il est clair que le mot ne doit être manié qu’avec précaution, plus encore que dans d’autres situations nationales. Le fait qu’il ne soit guère possible en Colombie de se référer à un axe stable « ami/ennemi », à un niveau général et même souvent à un niveau régional, ajoute aux difficultés habituelles pour définir ce qui relève d’une telle attitude. Résistance contre qui ? Contre quoi ? De quelle manière ? Les réponses sont loin d’être simples et les comportements sont voués à une grande fluidité. Je me suis efforcé de décrire notamment, sur les bases d’exemples précis, les cas où cette « résistance » revêt une tournure collective en considérant les ressources qui sont utilisées à cette fin, depuis les invocations identitaires jusqu’aux proclamations d’« autonomie » communautaire en passant par l’appel à des valeurs universelles, religieuses ou laïques. En prenant aussi en compte le profil des agents de médiation, ONG, prêtres, petits notables, etc.

2La précarité des initiatives de ce genre tient d’abord, comme cela est évident, à la brutalité des actions des acteurs armés. Mais j’ai voulu montrer aussi qu’elle tient aux difficultés pour articuler l’organisation « communautaire » avec la nécessité de transaction avec les acteurs armés. Cette seconde composante induit presque toujours des formes de différenciation au sein des communautés qui vont à rencontre de leur aspiration à se fonder sur l’homogénéité de leurs membres.

3Directeur d’études invité, Alberto Valencia a fait divers exposés sur les phénomènes de peur dans une grande ville comme Cali. Mara Viveros a présenté une recherche sur les liens entre rapports de genres et violence dans le cas colombien. Roger Bartra et Juan Pedro Viqueiros ont traité de l’ethnicité et de l’action politique à propos du mouvement zapatiste. Mirko Lauer et Julio Cotler ont analysé les transformations de la société péruvienne et leurs relations avec le fujimorisme. Enfin divers exposés ont porté sur les manifestations « néo-populistes », notamment celui de S. Alenda sur le cas du mouvement CONDEPA en Bolivie.

4J’ai par ailleurs donné des conférences ou participé à des colloques à Washington, Bogota, Neiva, Medellin, Carthagène.

Publications

  • Guerra contra la sociedad, Bogota, Espasa, 2001, 308 p.
  • Orden y Violencia, Bogota, Norma, 2001, 648 p (2e éd.).
  • « Colombie. Violence sans fin », Le Monde des Débats, 17, sept. 2000, p. 6-7.
  • « Les configurations de l’espace, du temps et de la subjectivité dans un contexte de terreur : l’exemple colombien », Cultures et Conflits, 37, 2000, p. 123-154 (publié aussi dans Bulletin de l’Institut français d’Études andines, 29, 3, 2000, p. 307-330).
  • « The loss of rights, the meaning of experience and social connection : a consideration to the internally displaced in Colombia », Politics, Culture and Society, 14, 1, 2000, p. 89-106.
  • « Configurations of space, time and subjectivity in a context of terror: the Colombian example », Politics, Culture and Society, 14, 1, 2000, p. 129-150.
  • « Sobre las perspectivas del conflicto armado y del proceso de negociación », Revista Depaz, 1, 2000, p. 13-32.
  • « Colombie, la société prise en otage », Esprit, déc. 2000, p. 138-158.
  • « Entre la violencia social, el narcotrafico y la política », Collardos, 6, 2000, p. 15-19.
  • « Un mayor compromiso con este pais », Analisis político, 41, déc. 2000, p. 119-125.
  • « Colombia, una paz esquiva », Revista colombiana de Sociología, 5, 2, 2000, p. 15-48.
  • Préface au livre de Alfredo Rangel, Guerra insurgente. Conflictos en Malaisia, Peru, Filipinas, El Salvador y Colombia, Bogota, Intermedio, 2001, p. 13-21.
  • « Reflexiones sobre la violencia en Colombia », dans Violencia, guerra y paz, sous la dir. d’A. Papachini, D. Henao Restrepo et V. M. Estrada, Cali, Universidad del Valle, 2001, p. 25-70.
  • « Crisis y construccion de lo público », dans V Encuentro Iberoamericano del tercer sector, Lo público. Una pregunta desde la sociedad civil, Bogota, Quebecor Impreandes, 2001, p. 103-131.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Pécaut, « Sociologie politique de l’Amérique latine », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 570-572.

Référence électronique

Daniel Pécaut, « Sociologie politique de l’Amérique latine », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15342

Haut de page

Auteur

Daniel Pécaut

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals