Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Signes, formes, représentations

Histoire et théorie de l’art médiéval

Jean-Claude Bonne
p. 615-616

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Jean-Claude Bonne, directeur d’études

Penser en couleurs. Matisse et l’art médiéval

1La première partie du séminaire a constitué une longue confrontation entre l’art de Matisse et l’art médiéval sur la question de la couleur. Ces deux arts se caractérisent par une volonté d’ornementalité qui n’intéresse pas seulement les marges de l’œuvre mais concerne l’image proprement dite, dans sa nature même. Comme Matisse le déclare : « Pour moi, un tableau devrait toujours être décoratif » et c’est sur ce point que Matisse concevait l’affinité de son art avec celui du Moyen Âge. Concevoir l’image sur un mode décoratif ou ornemental ne va pas de soi, il était donc intéressant d’étudier les déclarations nombreuses de Matisse à ce sujet pour voir si elles étaient en mesure d’éclairer la conception médiévale de l’image, pour laquelle on ne dispose pas de textes aussi explicites que les siens. On a centré l’étude sur la question de la couleur qui nous occupe depuis quelques années. Pour éviter les généralités, on a confronté une œuvre de Matisse, Zulma, à une page du Beatus de Saint-Sever (milieu du XIe siècle). Ce qui caractérise ces deux œuvres, c’est en effet que la couleur n’y fonctionne pas comme un « complément du dessin » ni de façon « descriptive » mais d’une façon à la fois « expressive » et « constructive ». La peinture, dans les deux cas, cherche l’accord rythmique des couleurs en aplats, sans quête d’illusionnisme, sans refuser malgré tout la tension entre les plans. L’étude de quelques tableaux de Matisse nous a conduit à aborder frontalement la question de l’ornementalisation de la figure humaine : que devient celle-ci quand elle est traitée sur un mode fondamentalement ornemental qui la dépouille de toute psychologie et l’inscrit dans la combinatoire rythmique des formes et des couleurs ? Matisse déclare : « En regardant [les visages] je ne fais aucune psychologie [...] ; ils me retiennent par leur particularité expressive et par un intérêt qui est entièrement d’ordre plastique » et « l’expression est toute dans la disposition du tableau ». Matisse et l’enlumineur médiéval trouvent dans l’ornementalité de l’image, notamment de l’image de l’homme et dans la dépsychologisation qu’elle implique, l’occasion privilégiée d’affirmer une forme spécifique d’humanité, un mode d’incarnation qui ne le coupe pas de son environnement. L’une des fonctions de la peinture décorative est en effet de mettre la figure et le fond sur le même plan. Matisse : « Pour moi, le sujet d’un tableau [la figure humaine, en l’occurrence] et le fond [ornemental] de ce tableau ont la même valeur, [...] aucun point n’est plus important qu’un autre, seule compte la composition ». Pratiquer un art à la fois figuratif et ornemental, comme le font le Moyen Âge et Matisse, c’est refuser de penser l’homme comme une entité séparée du reste du monde. Alors que Matisse cherche à plonger la figure humaine, dans un milieu chromatique, euphorique, édénique et sensuel, qui la réconcilie avec la vie, il s’agit pour l’enlumineur médiéval de désinvidualiser aussi la figure humaine mais pour l’inscrire dans une dimension supra-humaine qui rende sensible qu’elle est immergée ici-bas dans une sacralité bénéfique ou maléfique qui la dépasse.

2La seconde partie du séminaire a été consacrée au début d’une étude détaillée de l’Apocalypse de Saint-Sever en vue d’une confrontation en cours des différents manuscrits enluminés des commentaires de Beatus sur l’Apocalypse. L’approche met l’accent sur la question des couleurs.

Publications

  • « Stages of democracy », dans Space and democracy, sous la dir. de M. Hénaff et T. B. Strong, University of Minnesota Press, 2001, p. 128-143.
  • « Theoretical excess. Transformations of painting », dans From an aesthetic point of view, philosophy, art and the senses, sous la dir. de P. Osborne, Londres, Sertpent’s Tail, 2000.
  • Avec Jacques Le Goff, Éric Palazzo et Marie-Noël Collette, Le sacre royal à l’époque de saint Louis, Gallimard, Paris, 2001, p. 91 -226.
  • « Intrications (à propos d’une composition d’entrelacs dans un évangile celto-saxon du VIIe siècle) », dans Histoires d’ornement, sous la dir. de P. Ceccarini, Y.-L. Charvet, F. Cousinié et C. Leribaud, Actes du colloque de l’Académie de France à Rome, Villa Medicis, 27-28 juin 1996,Paris-Rome, Klincksieck, 2000, p. 75-108.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Bonne, « Histoire et théorie de l’art médiéval », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 615-616.

Référence électronique

Jean-Claude Bonne, « Histoire et théorie de l’art médiéval », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15364

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Bonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals