Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Signes, formes, représentations

Histoire et anthropologie de l’affectivité. Affects et représentations dans l’Europe moderne

Giovanni Careri
p. 616-619

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Giovanni Careri, maître de conférences

1La première partie du séminaire a été consacrée à une tentative de généralisation de la notion de « conformation affective » élaborée dans les années précédentes pour l’analyse d’objets spécifiques.

2Nous avons distingué trois formes de conformation : dévote, amoureuse et politique, en commençant par esquisser les traits fondamentaux d’une anthropologie de la ressemblance au XVIe et au XVIIe siècle. Elle repose sur un modèle formel du mouvement de l’âme qui peut se résumer de la façon suivante : dans des contextes de réception différents, les images ont le pouvoir de façonner l’âme du spectateur à leur ressemblance. Autrement dit : celui qui regarde un tableau dans une église ou qui assiste à un ballet de cour s’engage dans une expérience de conformation qui peut le rendre ressemblant à ce qu’il voit. Cette opération mobilise le corps selon des modalités variables, allant de la répétition ritualisée de la posture des figures représentées à un engagement du corps qui passe par l’imagination, comme dans les Exercices spirituels d’Ignace de Loyola.

3Dans les trois types de contextes évoqués, la force qui pousse à la ressemblance affronte une force contraire qui la dérange. Ainsi, la conformation à l’image ne peut être vécue autrement que comme une épreuve donnant lieu à une solution toujours instable et provisoire dans un conflit entre deux ressemblances chargées de valeurs opposées. L’hypothèse a donc été la suivante : on peut rendre compte de l’efficace d’une partie importante de l’art « baroque » par un modèle constitué par la mise en tension entre deux ressemblances. Il s’agit de toute évidence d’un modèle dynamique et tensif qui ne prévoit pas un moment de résolution synthétique.

4Nous avons commencé par tracer les fondements théologiques de l’anthropologie chrétienne de l’incarnation, de laquelle découle l’invitation à se rendre ressemblant au Christ. Nous avons insisté sur les importantes variations subies par ce modèle dans la dévotion moderne. La reprise et le développement d’une analyse détaillée d’une chapelle du Bernin nous a permis de préciser les contours de la notion fondamentale d’attitude : une configuration gestuelle, susceptible de se déplacer de la peinture à la sculpture pour s’inscrire finalement dans l’âme et dans le corps du spectateur dévot. La conformation que le dispositif du Bernin propose n’est pas une ressemblance parfaite et immobile, elle est mise en mouvement et altérée par la force déformante du péché et acquiert ainsi toutes les déterminations d’une expérience plongée dans le temps humain. Ce type d’expérience de conformation possède certaines caractéristiques de l’action rituelle (proche en particulier de l’incorporation du corps du Christ dans l’Eucharistie). Compte tenu de cette approche anthropologique et pragmatique, nous nous sommes demandé s’il est possible d’y intégrer le fait que l’expérience ainsi décrite soit enrichie, intensifiée et singularisée par la présence d’une œuvre d’art qui se donne à voir comme telle. Nous avons repris cette question dans la deuxième partie du séminaire, à propos de l’œuvre de Michel-Ange.

5La version profane de la conformation affective a été étudiée dans le cas du conflit de ressemblance présenté par un épisode de la Jérusalem délivrée du Tasse. Le héros doit abandonner la ressemblance à l’aimée, qui le féminise, pour se rendre ressemblant à ses ancêtres par l’accomplissement d’actions mémorables. Encore une fois, bien que de manière différente, la répétition du geste à l’intérieur du dispositif textuel et de sa « traduction picturale » institue le contexte d’une expérience rituelle. La conversion de la ressemblance amoureuse à la ressemblance guerrière est la transformation proposée au lecteur et au spectateur, son contenu affectif est tendu entre la honte de la ressemblance à la femme et l’honneur de la ressemblance aux ancêtres. Comme le dévot de la chapelle du Bernin, le lecteur du poème est mis dans la condition de configurer sa propre attitude dans un conflit de ressemblances. Le même épisode a été ensuite étudié dans sa version dansée par Louis XIII. La répétition du geste du roi danseur triomphe sur la répétition ridicule des gestes des acolytes de la magicienne Armide. L’analyse de ce ballet politique nous a suggéré une réflexion sur ces « ponts entre l’art et la vie » que Warburg appelait les formes intermédiaires. Le ballet de la délivrance de Renaud s’est révélé être un objet assez complexe qui parvient à mettre en relation, par l’action, une interprétation figurée de l’actualité politique avec un rite de confirmation et d’intensification du pouvoir du roi.

6Dans la deuxième partie du séminaire nous avons voulu mettre à l’épreuve notre modèle avec une première tentative de lecture du « réseau dialogique » composé par la poésie, la sculpture, l’architecture et la peinture de Michel-Ange. La complexité de cette démarche consiste dans la résistance que ses travaux opposent à notre approche anthropologique et pragmatique. Il a fallu infléchir considérablement le modèle et commencer à développer des notions susceptibles de rendre compte de l’effet de terribilité. Le séminaire s’est achevé avec une étude critique du néoplatonisme supposé de l’artiste, et par la proposition, à vérifier, d’une variante de la notion de conformation qui implique l’inachèvement de façon plus radicale que dans les exemples considérés jusqu’ici.

Publications

  • « Hypothesis on the experience of the affect-image at the end of the Renaissance », dans Semiotic efficacity and the effectiveness of the text. (From effects to affects), sous la dir. d’I. Pezzini, Bruxelles, Brepols, 2000, p. 213-226.
  • « An ambiguous portrait: Louis XIII dances the Jerusalem Delivered“, dans Basilike Eikon, sous la dir. de R. Eriksen, Actes du colloque, Rome, Istituto Norvegese in Roma, Université d’Oslo, 2000.
  • « Rinaldo und Armida : Liebe, Ehre und geschlechtliche Identität », dans Barock/Neue Sichtweisen einer Epoche, sous la dir. de P. J. Burgard, Vienne, Bohlau, 2001, p. 161-176.
  • « Le paysage comme éloignement », Page paysage, 8, Paris, 2000, p. 66-75.
  • « Tasso e gli affetti tra poesia e pittura », Ars, Rome, 2000.
  • Postface à Louis Marin, Della Rappresentazione, sous la dir. de L. Corrain, Rome, Meltemi, 2001.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Giovanni Careri, « Histoire et anthropologie de l’affectivité. Affects et représentations dans l’Europe moderne », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 616-619.

Référence électronique

Giovanni Careri, « Histoire et anthropologie de l’affectivité. Affects et représentations dans l’Europe moderne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15365

Haut de page

Auteur

Giovanni Careri

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals