Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Linguistique, sémantique

Linguistique chinoise : histoire de la langue et de ses représentations

Alain Peyraube et Redouane Djamouri
p. 649-650

Entrées d’index

Index thématique :

Linguistique‚ sémantique
Haut de page

Texte intégral

Alain Peyraube, directeur d’études
avec Redouane Djamouri, chargé de recherche au CNRS

Syntaxe et sémantique historiques du chinois médiéval, IIe-XIIe siècles

1La première partie du séminaire a été consacrée à justifier le modèle théorique et méthodologique utilisé. Les trois mécanismes fondamentaux du changement syntaxique ont d’abord été étudiés : analogie, réanalyse (y compris le phénomène de grammaticalisation), emprunt externe. On a ensuite détaillé les motivations (exigence structurale, tension typologique, etc.). La principale d’entre elles, qui reste le changement sémantico-pragmatique, a été plus particulièrement analysée. Les trois principaux processus qui la caractérisent ont été identifiés comme étant des processus de métaphorisation, de métonymisation (inférence pragmatique) et de subjectification (cf. Elizabeth Traugott et Richard Dasher, Regularity in semantic change, Cambridge University Press, à paraître).

2La deuxième partie du séminaire a repris l’histoire des constructions « disposales » (à objet pré-verbal) du chinois médiéval en commentant les diverses thèses en cours concernant leur origine et leur évolution. Ont été tour à tour examinées : la thèse classique de la grammaticalisation des verbes ba et jiang « prendre » en prépositions ou marqueurs d’objet pré-verbal dans des constructions verbales en série « V1 ... V2 » (Wang Li, Li & Thompson, Peyraube) ; la thèse sur l’extension analogique probable avec les formes en yi de la langue archaïque (Ye Youwen, Mei Tsu-lin) ; la dernière hypothèse de Cao Guangshun et Yu Xiaorong (2000) qui fait exclusivement appel à l’emprunt externe.

3Les textes bouddhiques de l’époque pré-médiévale et médiévale révèlent en effet que les premières formes « disposales » du chinois ne mettent pas en jeu les marqueurs ba ou jiang (voire chi ou zhuo), mais le marqueur qu, issu diachroniquement, comme tous les autres, d’un verbe signifiant « prendre ». Elles auraient été introduites dans la langue chinoise par le biais de traductions effectuées à Luoyang entre 150 et 220, et empruntées au sanskrit, la langue source, qui était une langue SOV.

4L’examen attentif de tous les exemples cités à l’appui de la nouvelle thèse, ainsi que d’autres formes similaires (avec qu) dans des textes littéraires ou historiques, montre que la nouvelle proposition de Cao et Yu n’apparaît pas encore comme indiscutablement fondée.

5Vers la fin de l’année, le problème de l’histoire des pronoms et adverbes interrogatifs a été abordé. Des communications sur ce sujet et sur la diachronie des structures causatives du chinois ont été présentées dans des colloques internationaux : à Singapour (9e Colloque international de linguistique chinoise), à Taipei (3e Congrès international de sinologie), à Pékin (Colloque international pour le 100e anniversaire de la naissance de Wang Li), à Hong-Kong (Colloque franco-chinois sur les sciences cognitives), aux États-Unis (Université de Californie à Santa Barbara).

6Plusieurs conférenciers invités sont enfin intervenus dans le cadre du séminaire : Walter Bisang (Université de Mayence) et Sun Hongkai (Académie des sciences sociales de Chine) sur la typologie des langues d’Asie orientale, Ken-lchi Takashima (Université de Colombie britannique à Vancouver) sur la syntaxe du chinois pré-archaïque.

Publications

  • Avec Françoise Bottéro et Barbara Niederer, « Idées linguistiques en Chine ancienne », Histoire, Épistémologie, Langage, Hors série, 3, 2000, p. 299-324.
  • Avec Wu Fuxiang, « Shanggu hanyu yuwen daici de fazhan yu yanbian », Zhonnguo yuwen, 4, 2000, p. 311-326.
  • « Ershi shiji yiqian Ouzhou hanyu yufaxue yanjiu zhuangkuang », Wenhua de kuizeng, 2000, p. 467-474.
  • « Research on Chinese grammar in Europe before the 20th century », dans Ma shi wen tong yu hanyu yufaxue, sous la dir. de Hou Jingyi et Shi Guanjin, Pékin, Shangwu yinshuguan, 2000, p. 149-162.
  • « Syntaxe et discours dans la langue chinoise : le mythe de l’occidentalisation », Mots, 66, 2001, p. 19-32.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Peyraube et Redouane Djamouri, « Linguistique chinoise : histoire de la langue et de ses représentations », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 649-650.

Référence électronique

Alain Peyraube et Redouane Djamouri, « Linguistique chinoise : histoire de la langue et de ses représentations », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15381

Haut de page

Auteurs

Alain Peyraube

Articles du même auteur

Redouane Djamouri

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals