Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Linguistique, sémantique

Sémantique de langues naturelles

Oswald Ducrot et Marion Carel
p. 655-657

Entrées d’index

Index thématique :

Linguistique‚ sémantique
Haut de page

Texte intégral

Oswald Ducrot, directeur d’études
et Marion Carel, maître de conférences

Connecteurs et articulateurs

1Nous avons entrepris, dans le cadre de la théorie des blocs sémantiques, une classification des mots appelés généralement « mots outils ». D’abord, nous avons redéfini cette notion. Un mot est employé en tant que mot outil si, ou bien il n’a pas d’argumentation interne ni externe, ou bien ses argumentations interne et externe ne déterminent pas son effet sémantique dans le syntagme où il apparaît. On trouve ainsi parmi les mots outils, non seulement donc, mais, ou encore peu, mais aussi l’emploi de éloigné dans c’est un parent mais éloigné : la personne ainsi qualifiée ne se trouve pas être, d’une part un parent, qui aurait de plus une curieuse propriété d’éloignement ; il s’agit d’un demi-parent, ayant perdu une partie de ses droits ou devoirs, pas tout à fait un parent.

2Les mots outils sont de trois sortes : les connecteurs, les articulateurs et les opérateurs.

3Les connecteurs, qui sont tous du type de pourtant ou de donc, relient deux phrases pour en faire un enchaînement, c’est-à-dire, dans notre terminologie, un énoncé, une unité sémantique indécomposable. Ce sont les enchaînements évoqués par une expression qui constituent le sens de cette expression.

4Les articulateurs, dont le prototype est mais, ne servent pas à constituer une unité de sens mais servent à comparer les unités de sens qu’ils relient. Ainsi mais signale que l’enchaînement constituant le sens de ce qui le précède est « opposé » à l’enchaînement constituant le sens de ce qui le suit.

5Les opérateurs, appliqués à une expression douée de sens, constituent avec elle un syntagme dont le sens est une réorganisation des argumentations interne ou externe de l’expression de départ. Parmi les opérateurs, on trouve notamment l’emploi de trop dans trop prudent : l’argumentation interne de prudent (quand c’est dangereux, il prend des précautions) est transformée par trop en une autre, proche de celle de timoré (même quand ce n’est pas dangereux, il prend des précautions). Un autre type d’opérateur a été introduit cette année. Il s’agit des internalisateurs, qui constituent l’argumentation interne du syntagme avec l’argumentation externe du mot modifié. Par exemple trop bête a pour argumentation interne bête donc incapable de comprendre alors que le mot de départ, bête, possédait pour argumentation externe, à la fois cet enchaînement en donc et un enchaînement en pourtant, il est bête pourtant il est capable de comprendre ce problème. L’argumentation externe en donc de bête a ainsi été choisie pour constituer l’argumentation interne de trop bête.

Introduction à la logique

6Un premier objectif était de rendre des étudiants sans formation mathématique préalable capables de comprendre et d’utiliser les langages logiques élémentaires (calcul des propositions et calcul des prédicats). On a insisté d’autre part sur les problèmes rencontrés lorsqu’on traduit dans ces langages les énoncés de la langue ordinaire. Ces problèmes ont été présentés comme exemples des difficultés que suscite toute formalisation - qui suppose que l’on ait d’abord choisi une certaine façon de voir l’objet à formaliser, et qui, si elle permet d’expliciter certains aspects de cette façon de voir, ne saurait ni la confirmer ni l’infirmer. Pour rendre plus sensible ce rôle instrumental que nous donnons à la formalisation, nous avons présenté, chemin faisant, d’autres façons de voir et de formaliser l’objet logique, par exemple la « théorie de la supposition » des logiciens médiévaux (ancêtre, dit-on souvent, du calcul des prédicats), ou encore l’intuitionnisme de certains mathématiciens modernes.

La logique des mondes possibles

7Il s’agissait d’introduire, à côté des opérateurs logiques classiques comme et, si... alors, ne... pas, les opérateurs modaux marquant la nécessité et la possibilité. Diverses définitions ont été étudiées, à l’intérieur des deux grandes approches logiques : l’approche sémantique, qui définit les opérateurs par la façon dont ils transforment la valeur de vérité des énoncés (sémantiques à deux valeurs, le vrai et le faux, sémantique à quatre valeurs de Lucasiewicz, sémantique des mondes possibles, de Kripke) ; l’approche syntaxique, qui définit les opérateurs par les inférences qu’ils permettent de tirer (axiomatiques de Lewis).

8Ces définitions mathématiques ont été comparées à celles d’Aristote, Diodore Cronos et Leibniz. Enfin, dans une dernière partie, la sémantique de Kripke, d’abord introduite pour rendre compte de la nécessité, a été réinterprétée pour caractériser des opérateurs comme toujours, quelquefois, et ainsi utilisée dans le cadre d’une logique temporelle.

Approche linguistique de quelques thèmes de philosophie logique (avec Jacques Jayez, maître de conférences)

9On a étudié le problème des énoncés génériques tel qu’il se présente dans la logique d’Aristote et dans les théories de la supposition de Pierre d’Espagne et d’Occam, en montrant son rapport avec l’étude linguistique des génériques chez Kleiber. Le point de départ est le fait que l’expression l’homme ne renvoie pas au même type d’objet dans l’homme est un animal, l’homme est une espèce, et l’homme est entré. Le problème est lié, chez Aristote, à la distinction entre prédication essentielle et prédication accidentelle et, chez les théoriciens de la supposition, à la distinction entre supposition personnelle et supposition simple.

Publications

Oswald Ducrot

  • « Critères argumentatifs et analyse lexicale », Langages, 142, juin 2001, p. 22-43.
  • « Quelques raisons de distinguer “locuteurs” et “énonciateurs” », Polyphonie - linguistique et littéraire, 3, mai 2001, p. 20-41.

Marion Carel

  • « Qu’est-ce qu’argumenter ? », Logo. Revista de Retorica y Teoria de la Comunicación, I, 1, jan. 2001, p. 75-81.
  • « Argumentation interne et argumentation externe au lexique : des propriétés différentes », Langages, 142, juin 2001, p. 10-21.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Oswald Ducrot et Marion Carel, « Sémantique de langues naturelles », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 655-657.

Référence électronique

Oswald Ducrot et Marion Carel, « Sémantique de langues naturelles », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15385

Haut de page

Auteurs

Oswald Ducrot

Articles du même auteur

Marion Carel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals