Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Économie

Théorie microéconomique

Alan Kirman
p. 687-688

Entrées d’index

Index thématique :

Économie
Haut de page

Texte intégral

Alan Kirman, directeur d’études

Le rôle des interactions en économie

1Le thème de ce séminaire, développé les années précédentes, reste inchangé. Il concerne le rôle de l’interaction entre individus dans la détermination des comportements agrégés des marchés. L’idée centrale est maintenue et consiste à reconnaître que l’organisation et la structure des relations entre les individus sur les marchés ont un impact sur le résultat économique agrégé en termes d’efficacité et de répartition du bien-être. Dès lors, le passage d’un modèle de l’individu, supposé agir de façon isolé, à un modèle de l’économie prise dans son ensemble devient compliqué. Les critiques les plus pertinentes du modèle standard se focalisent sur l’absence de prise en compte de l’interaction directe entre les acteurs économiques et les conséquences de celle-ci pour les phénomènes économiques. En particulier, le passage d’informations d’un individu à un autre, la formation des prix par les individus et l’organisation des échanges sont tous absents. Une série d’articles sur ce thème est publiée dans un livre co-édité avec J.-B. Zimmermann.

2Les séances ont été consacrées à l’étude de différents modèles d’interaction directe entre les acteurs économiques. L’explication des épidémies d’opinion sur les marchés financiers sont d’un grand intérêt après les crises asiatique et russe. Les modèles de contagion étudiés sont basés sur l’idée que les prévisions des agents économiques sont influencées par les prévisions des autres et, en conséquence, un comportement moutonnier est susceptible d’apparaître. Ceci peut exacerber les mouvements de prix des actifs et provoquer des crises.

3Nous avons aussi étudié des modèles où les agents tirent de l’information de l’observation des actions d’autres individus du marché. Si les agents observent uniquement les individus avec lesquels ils sont liés par une structure de réseau, on peut observer une diffusion lente d’innovations ou d’opinion. Néanmoins, il est souvent important d’étudier l’évolution des réseaux économiques et de ne pas considérer ceux-ci comme donnés. Nous avons analysé l’évolution des réseaux en fonction de l’expérience des individus qui les composent.

4L’évolution des liens stables sur un marché et la convergence vers un réseau stable de relations économiques et sociales ont aussi été étudiées en détail. Des exemples empiriques, tels que le marché au poisson de Marseille ou les kiosques à Moscou, viennent illustrer le propos. Un nouvel article sur l’évolution des relations sur le marché de poisson vient d’être publié. On y considère le cas où les vendeurs et acheteurs suivent des règles simples et le marché s’auto-organise d’une façon efficace.

5De manière générale, nous mettons l’accent sur l’idée que les agents agissent selon des règles de comportement simples, qu’ils modifient au cours du temps en fonction de l’expérience acquise. Dans ce genre d’approche, les agents économiques se trouvent face à l’arbitrage entre « exploration » et « exploitation ». D’un côté, ils peuvent apprendre en explorant de nouvelles opportunités et, de l’autre, ils peuvent bénéficier de leur expérience antérieure.

6Toutes ces considérations nous amènent à une conclusion simple. La rationalité extrême de l’agent économique que l’on trouve dans les modèles standards est transférée au niveau de la collectivité, considérée comme ayant la même rationalité que les individus. Nous proposons une autre conception, selon laquelle la rationalité collective émerge de l’auto-organisation des individus, chacun étant doté de capacités de raisonnement assez limitées.

Publications

  • Avec J.-B. Zimmermann, dir., Economics with heterogeneous interacting agents, Berlin-Heidelberg, Springer, 2001.
  • « The contagion effect », dans Financial Crises, sous la dir. de R. Skidelsky, Centre for Post-Collectivist Studies, Londres, 2000, p. 31-54.
  • « Letter from France. The teaching of economics : signes d’alarme », Royal Economic Society Newsletter, 112, Jan. 2001, p. 7-8.
  • Avec N. Vriend, « Evolving market structure. An ACE model of price dispersion and loyalty », Journal of Economic Dynamics and Control, 2001, p. 459-502.
  • « Market organisation and individual behaviour. Evidence from fish markets », dans Networks and Markets, sous la dir. de J. Rauchs et A. Casella, New York, Russell Sage Foundation, 2001.
  • « Some problems and perspectives in economic theory », dans Economics Essays. A Werner Hildenbrand, sous la dir. de D. Debreu, W. Neuefeind et W. Trockel, Berlin-Heidelberg, Springer, 2001.
  • Avec J.-B. Zimmermann, « Introduction », dans Economics with heterogeneous interactive agents, sous la dir. d’A. Kirman et J.-B. Zimmermann, Berlin-Heidelberg, Springer, 2001.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alan Kirman, « Théorie microéconomique », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 687-688.

Référence électronique

Alan Kirman, « Théorie microéconomique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15411

Haut de page

Auteur

Alan Kirman

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals