Navigation – Plan du site
Cycles de formation pluridisciplinaire

Formation à la recherche américaniste (FRA)

Juan Carlos Garavaglia et Emmanuel Désveaux
p. 703-704

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Juan Carlos Garavaglia, directeur d’études
Emmanuel Désveaux, maître de conférences

1Ce cycle de séminaires, destiné en priorité aux étudiants des deux formations doctorales « Histoire et civilisations » et « Ethnologie et anthropologie sociale », s’est poursuivi cette année en affirmant sa double vocation. Il s’agit, d’une part, de donner les éléments d’une culture américaniste générale qui prenne en considération les différents « espaces » du Nouveau Monde, et des points de vue conjugués de l’archéologie, de l’ethnologie et de l’histoire, voire de la sociologie. Il s’agit, d’autre part, de mettre l’auditoire au fait des recherches les plus récentes dans ces domaines extrêmement variés, et notamment au sein de notre institution. Le sens de l’expression « américanisme » renvoie ici sans ambiguïté à la réalité autochtone du Nouveau Monde. Ce cycle de conférences s’est déroulé sur une dizaine de séances, à un rythme hebdomadaire.

2Après l’habituelle séance d’introduction, assurée par Emmanuel Désveaux et Juan Carlos Garavaglia sur le thème de l’Amérique et du Nouveau Monde, Emmanuel Désveaux a traité du peuplement originel et (avec Michel de Fornel) de la diversité linguistique, puis de l’ethnologie et de l’histoire de l’Amérique du Nord. Philippe Descola s’est ensuite attaché à développer les problématiques actuelles qui sont celles des basses terres sud-américaines. Dominique Michelet a privilégié une approche comparée des problématiques et des acquis archéologiques (Mésoamérique et zones andines).

3La période coloniale s’est ouverte avec l’exposé de Juan Carlos Garavaglia, consacré à l’économie du système colonial espagnol, et prolongée par l’analyse de Serge Gruzinski, centrée sur les modalités de la colonisation ibérique et ses deux fondements, spirituel et temporel. Le système vertical andin a fait l’objet d’une séance assurée par Olinda Celestino, les aspects sociaux étant développés par ailleurs, et toujours pour le monde andin, par Carmen Salazar qui a choisi une approche dans le long terme des paysans et mineurs d’Amérique du Sud. Jacques Poloni-Simard a, quant à lui, mis l’accent sur les processus de métissage en milieu urbain, dans les Andes du XVIIe siècle. Frédérique Langue s’est intéressée plus particulièrement aux rébellions indigènes dans le Mexique colonial. Les dernières séances ont abordé des thématiques contemporaines. Ainsi avec Yvon Le Bot, qui a traité la question très actuelle des relations entre mouvements ethniques et démocratie au Mexique. Ou encore avec Olinda Celestino et Doudou Diene, qui ont présenté un vaste panorama des Amériques noires. Lors de la dernière séance, Simone Dreyfus-Gamelon, Emmanuel Désveaux et Jean-Patrick Razon se sont efforcés de présenter une synthèse de l’indigénisme contemporain pour l’ensemble du continent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Juan Carlos Garavaglia et Emmanuel Désveaux, « Formation à la recherche américaniste (FRA) », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 703-704.

Référence électronique

Juan Carlos Garavaglia et Emmanuel Désveaux, « Formation à la recherche américaniste (FRA) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15422

Haut de page

Auteurs

Juan Carlos Garavaglia

Articles du même auteur

Emmanuel Désveaux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals