Navigation – Plan du site
Cycles de formation pluridisciplinaire

Formation à la recherche en Afrique noire (FRAN)

Jean-Claude Penrad et Alain Gascon
p. 704-706

Texte intégral

Enseignement collectif du Centre d’études africaines, sous la responsabilité de Jean-Claude Penrad, maître de conférences
avec Alain Gascon, maître de conférences à l’IUFM de Créteil

La recherche africaniste aujourd’hui

1La fran a permis de poursuivre la réalisation d’un projet pluridisciplinaire qui vise à donner un aperçu de la formation des savoirs africanistes au travers des recherches en cours. Cette année, les interventions ont été largement renouvelées, notamment en invitant plusieurs jeunes chercheurs, pour une part d’entre eux associés au Centre d’études africaines.

2L’habituelle séance d’introduction au séminaire a été enrichie par une présentation des outils documentaires sur l’Afrique assurée par Patricia Bleton (EHESS-CEAf). L’année s’est déroulée dans l’alternance de l’exposition des thèmes classiques de l’africanisme et de ceux induits par l’actualité de la discipline et du continent.

3Dans la première catégorie, Chantai Blanc-Pamard (CNRS-CEAf) et Hervé Rakoto-Ramiarantsoa (Identité et connaissance des territoires et environnements en mutation, Poitiers) nous ont proposé de revisiter des territoires malgaches étudiés par le passé et de faire le point sur l’évolution des paysages, les observations et les conclusions de la précédente étude étant confrontées aux transformations sociales et à l’évolution démographique. Philippe Beaujard (CNRS-CEAf) a traité du problème, maintes fois remis en chantier, de l’origine et des migrations des plantes cultivées à Madagascar et dans l’océan Indien. La question de l’organisation sociale des sociétés lignagères confrontées à la notion de mémoire historique a été débattue par Michèle Dacher (EHESS-CEAf), et plus tard illustrée par un travail de doctorant, celui de Jean-Philippe Desbordes, consacré aux scarifications tégumentaires chez les Bisa du Burkina-Faso, pratiques participant, selon lui, à la gestion d’une mémoire collective. Un aperçu historiographique et les questions de méthode ont été présentés par Hervé Jézéquel (doctorant associé au CEAf) par le biais d’une socio-histoire de la scolarisation en Afrique de l’Ouest.

4L’islam et les sociétés musulmanes fournissent des champs d’investigation multiples qui bénéficient de l’échange multidisciplinaire. Iain Walker (Université de Sydney) nous a proposé de reconnaître la pertinence d’un objet de recherche dans une société musulmane, celui du « Grand Mariage » à Ngazidja, aux Comores. Eloi Ficquet (doctorant associé au CEAf), engagé dans une recherche de terrain dans la province du Wällo, en Éthiopie, où musulmans et chrétiens sont en contact, s’est lui aussi attaché à nous conduire à la rencontre d’un objet, celui d’un islam qui, dans les pratiques sociales, laisse parfois la place à des influences non musulmanes. Enfin, le rapport entre islam et savoirs scientifiques, dans le contexte de l’Afrique occidentale, a été exposé par Constant Hamès (CNRS-CEIFR).

5Les études sous l’angle religieux ont également orienté les thèmes des conférences d’André Corten (Université de Montréal), d’Emmanuelle Kadya Tall (IRD-CEAf) et d’Antonio Custodio Gonçalves (Université de Porto). Le premier a proposé une approche comparative du pentecôtisme, entre les Amériques et l’Afrique, tandis qu’Emmanuelle Kadya Tall nous a rappelé l’histoire et l’actualité des études sur les religions africaines au Brésil. Le troisième intervenant a traité en historien de la combinaison entre mouvements religieux et pouvoirs dans le contexte angolais.

6L’intérêt récent pour les problèmes actuels de l’africanisme et de l’Afrique a nourri le débat, notamment en ce qui concerne l’engagement de la recherche dans les pratiques sociales et culturelles. Le passage d’une ère de ségrégation à la mise en œuvre de la déségrégation, à Capetown en Afrique du Sud, a été analysé par une géographe, Myriam Houssay-Holzschuh (ENS-Lyon). Les problèmes des réfugiés de l’environnement, catégorie de migrants forcés non reconnue par les instances internationales, et les migrations en provenance d’Afrique sub-saharienne vers les pays du Nord ont été traités respectivement par Véronique Lassailly-Jacob (CNRS-CEAf) et Mahamet Timera (Université de Paris-XIII/CEAf). Benoît Hazard (doctorant associé au CEAf) quant à lui nous a fait part des questions soulevées par ses recherches de terrain parmi les migrants burkinabé dans des ghettos italiens de la région des Pouilles. Michel Galy (Centre d’étude sur les conflits-FNSP) a proposé une anthropologie de la guerre et de la paix à travers les expériences libériennes et ivoiriennes. Quant à Jean Fonkoué (EHESS-CEAf) et Jean Godefroy Bidima (Collège international de philosophie-CEAf) ils ont l’un et l’autre posé la question des études africaines en Afrique, le premier à partir d’un africanisme sénégalais influencé par les thèses de Cheykh Anta Diop, le second pour sonder rétrospectivement le discours philosophique africain sur le problème du droit. Enfin, la réflexion d’une spécialiste des problèmes de développement, Nicole Sibelet (CIRAD-TERA), nous a menés sur un chemin de pensée qui tire profit de l’écoute et de l’innovation dans la pratique développementaliste.

7Les séances réservées aux travaux d’étudiants ont permis à Jean-Philippe Desbordes, Almadane Diakite, Roberto-Christian Gatti, Sophie Gravereau, Polo Israël et Véronique Liot d’exposer leurs recherches et de les soumettre à la critique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Penrad et Alain Gascon, « Formation à la recherche en Afrique noire (FRAN) », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 704-706.

Référence électronique

Jean-Claude Penrad et Alain Gascon, « Formation à la recherche en Afrique noire (FRAN) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15424

Haut de page

Auteurs

Jean-Claude Penrad

Articles du même auteur

Alain Gascon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals