Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Démographie

Crises politiques, crises économiques et évolution de la mortalité

Michel Garenne et Enéas Gakusi
p. 717-718

Entrées d’index

Index thématique :

Démographie
Haut de page

Texte intégral

Michel Garenne, directeur de recherche au CEPED
Enéas Gakusi

1Ce séminaire s’est attaché à documenter les effets négatifs des crises politiques et les effets positifs de la bonne gouvernance sur la mortalité des jeunes enfants à partir d’une série d’études de cas principalement en Afrique sub-saharienne, mais aussi dans les ex-pays communistes. Le séminaire était donné pour la seconde fois, sur un sujet pionnier pour lequel la littérature est très restreinte. Il a débuté par une série de sessions générales sur la transition sanitaire (la baisse de la mortalité dans le monde), sur le rôle de l’État dans la santé publique, sur le rôle des paramètres économiques, sur les programmes d’ajustement structurel, et sur les questions techniques d’analyse démographique des tendances de la mortalité. Puis une série d’études de cas et de problèmes spécifiques a été présentée, et discutée avec des intervenants externes spécialistes des pays concernés : Sénégal (Michel Garenne), Rwanda (Enéas Gakusi), pauvreté (Alice N. Sindzingre), Ouganda (Gérard Prunier), Ghana (Christian Chavagneux), Zambie (Michel Garenne et Enéas Gakusi), Angola (João Baptista Lukombo), Mozambique (Brigitte Lachartre) et Madagascar (Corine Régnard, Marie-Christine Deleigne). L’analyse a porté tout particulièrement sur les conditions socio-politiques des pays concernés avant, pendant et après les périodes de crises de mortalité : évolution des structures et partis politiques depuis l’indépendance, politique générale et politique de santé, évolution économique et politiques économiques. L’État est ici considéré dans son ensemble, la santé publique n’étant vue que comme un élément de ce tout. Un autre aspect de ces analyses a été de montrer l’impact des politiques d’ajustement structurel sur le fonctionnement de l’État, sur la santé publique et par voie de conséquence sur la survie des enfants.

2Certaines études de cas de renversement de tendances de la mortalité dues aux maladies, en particulier le sida et le paludisme (et non aux crises politiques) ont aussi été traitées, notamment pour les pays d’Afrique australe et certains pays d’Afrique de l’Ouest (Côte-d’Ivoire, Sénégal). Les cas de la Russie et de la Chine ont aussi été évoqués notamment en ce qui concerne la montée des inégalités et l’émergence des nouveaux pauvres, plus vulnérables. Les travaux des étudiants ont été présentés et discutés lors d’une session finale, qui a permis de faire le bilan de cette seconde année. La conclusion fut qu’il était important de poursuivre le séminaire pour l’année universitaire 2001-2002. Une attention particulière sera portée au concept de fragilité de l’État et ses diverses conséquences sur l’évolution de la santé. L’ensemble devrait faire l’objet un ouvrage à l’horizon 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Garenne et Enéas Gakusi, « Crises politiques, crises économiques et évolution de la mortalité », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 717-718.

Référence électronique

Michel Garenne et Enéas Gakusi, « Crises politiques, crises économiques et évolution de la mortalité », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15434

Haut de page

Auteurs

Michel Garenne

Articles du même auteur

Enéas Gakusi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals