Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Anthropologie

Les enjeux du plurilinguisme : l’exemple indien

Annie Montaut
p. 759-760

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie
Haut de page

Texte intégral

Annie Montaut, professeur des Universités

1Dans un pays où plus de 350 langues véritablement distinctes, de familles génétiquement non apparentées, sont parlées et où domine un plurilinguisme sociétal et spontané (« grassroot multilingualism »), il s’agit 1) de décrire les effets de ce plurilinguisme à long et à court terme, notamment à travers l’extension des processus d’hybridation (morpho-syntaxique et phonologique), de créolisation, et de convergence. Ces processus ont été et sont encore des facteurs déterminants du changement linguistique (comme le montre une comparaison des pidgins et des variétés de contact modernes avec l’évolution diachronique des grandes langues littéraires) et légitiment l’hypothèse d’une aire linguistique indienne, avec l’émergence aujourd’hui d’une nouvelle famille, « indienne », à partir des familles indo-aryenne, dravidienne, munda et tibéto-birmane. L’observation de ces processus dans des situations contemporaines de variation (sociale et régionale) argumente en faveur d’une conception non rigide (ajustable dans l’interlocution) du ou des systèmes en contact, mettant en question la notion même de système telle que la reflètent les descriptions disponibles, et invitant à repenser les critères d’une description adéquate. Il convient en même temps 2) d’évaluer l’impact, sur la situation traditionnellement multilingue, de la planification linguistique officielle en lien avec divers facteurs politiques et économiques depuis le choix des langues officielles dans la Constitution et la dialectique de domination linguistique qui tend à se substituer au modèle de complémentarité fonctionnelle : à quelles contraintes culturelles, sociales, obéit la sélection de telle composante du répertoire dans une situation de communication donnée, quel est le sens aujourd’hui des mouvements linguistiques dans le contexte des « identités régionales » ? 3) Peut-on mettre en rapport le continuum linguistique que présente l’aire indienne, sous-tendu par un ethos communicationnel commun, avec la notion d’aire culturelle ? L’enseignement s’est fondé sur les travaux empiriques et théoriques occidentaux et indiens dans les domaines de la sociolinguistique (R. N. Srivastava, L. M. Khubchandani notamment), de l’ethnolinguistique, de la politique linguistique et de la planification linguistique (O. M. Koul, R. S. Gupta), mais aussi sur l’analyse de corpus illustrant diverses situations de contact : langues indo-aryennes dravidianisées, à ancienne tradition littéraire comme le marathi, ou sans tradition littéraire comme la dakhini contemporaine (hindi/ourdou parlé dans le Deccan), langues dravidiennes ou austro-asiatiques aryanisées, illustration des hypothèses de Gumperz par divers exemples de parlers reflétant des situations multilingues comparés aux processus de changement observables dans l’émergence de quelques lingua franca (sadari du Bengale, Bihar, Orissa, « bazari hindi » de Bombay, etc.). Les études de corpus ont mis l’accent sur la nécessité de la double démarche consistant à comprendre ensemble faits de langue « internes » (les structures linguistiques) et faits sociaux « externes ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Montaut, « Les enjeux du plurilinguisme : l’exemple indien », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 759-760.

Référence électronique

Annie Montaut, « Les enjeux du plurilinguisme : l’exemple indien », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15475

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals