Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Philosophie et épistémologie

La controverse des sexes, ontologie et politique

Geneviève Fraisse
p. 773-774

Entrées d’index

Index thématique :

Philosophie et épistémologie
Haut de page

Texte intégral

Geneviève Fraisse

1Plusieurs temps ont structuré le déroulement du séminaire : le premier moment fut celui du vade-mecum, de ce nécessaire de voyage qu’il faut emporter pour avoir accès au travail d’analyse et de réflexion sur l’objet « différence des sexes ». En deçà même de la question épistémologique du « comment penser », il faut simplement commencer par une réflexion sur l’accès à un champ de recherches que la tradition classique n’a pas su définir. Ce vade-mecum se compose de deux éléments, l’identification des obstacles et empêchements à penser (dans l’éventail entre l’opinion et le concept), et le rassemblement des outils indispensables (dans les champs de l’histoire, de la philosophie et de la politique contemporaine).

2Le deuxième moment a établi l’axe central d’une réflexion possible sur la « controverse ». La controverse des sexes porte en elle l’expression du niveau ontologique (les êtres et les qualités, le sexe comme substantif et le masculin-féminin comme adjectifs) et du niveau politique (l’aporie de l’identité et de la différence, l’égalité et la liberté comme opérateurs). Le croisement de l’ontologique et du politique est ce qui impose dès lors de penser la « différence des sexes » comme une catégorie vide.

3Le troisième moment a rassemblé toutes les interrogations sur le sujet femme, sujet politique et sujet épistémologique, catégorie ou nombre. Il fallait décliner la chronologie des transformations de la position du sujet, sujet multiple de l’émancipation, sujet collectif de la subversion, sujet singulier de la création, sujet neutre de la connaissance, sujet actif de la pensée de l’égalité, etc.

4Le quatrième moment a tenté de cerner comment les sexes, et précisément le sexe féminin, servent de monnaie, de moyen d’échange dans la pensée. Entre l’être et l’avoir, entre l’appartenance et la propriété, la généalogie contemporaine montre la difficulté à établir le sexe comme catégorie de l’universel. Elle montre aussi le jeu de construction que les deux derniers siècles ont créé pour établir les identités mais aussi dérégler le lien entre le sujet et l’objet. Le droit au savoir autant que la liberté du corps ont contribué à construire une représentation désormais contradictoire avec la relativité imaginaire du sexe féminin. Trois auteurs ont servi de travaux pratiques pour détailler la rhétorique complexe propre au développement de cette contradiction, J.-J. Rousseau, A. Comte et E. Durkheim.

5Cette contradiction, qu’on ne saurait croire résolue au XXIe siècle, a également renvoyé à une vision synthétique de la problématique contemporaine de l’égalité des sexes où il ne saurait suffire d’établir le droit individuel, et où il faut prendre en compte la société domestique autant que la société politique. Qu’il existe deux gouvernements, celui de la famille et celui de la cité, c’est bien ce que la démocratie contemporaine a eu du mal à penser.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geneviève Fraisse, « La controverse des sexes, ontologie et politique », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 773-774.

Référence électronique

Geneviève Fraisse, « La controverse des sexes, ontologie et politique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15486

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals