Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine

Yves Chevrier et Alain Roux
p. 800-804

Texte intégral

Yves Chevrier, directeur d’études
et Alain Roux, professeur à l’INaLCO

La politisation du social dans la Chine républicaine : II. Hésitations, bifurcations

1Ce séminaire est le troisième d’un cycle consacré aux acteurs, aux programmes et aux formes de la politisation de la société chinoise, des dernières décennies de l’empire (fin du XIXe siècle) à la prise du pouvoir par les communistes (1949). Le premier séminaire a relevé l’importance d’un tropisme utopique dans les deux premières décennies du siècle. La place et le rôle de l’État, actuel ou futur, se trouvent réduits au sein des projets qui sont développés pour guider la rénovation nationale chinoise, comme si le lien social suffisait par lui-même à fonder l’ordre politique exigé par les défis de la modernité. Encore fallait-il organiser ce lien et, par là même, sortir des avant-gardes pour politiser de plus vastes secteurs de la société. Le second séminaire a mis l’accent sur les formes de cette organisation et sur leurs modèles, chinois ou importés, ainsi que sur les relais de cette mise en forme (activistes, militants, intellectuels, organisations syndicales, partis politiques, interventions du Komintern). Autonomie ou mobilisation du social : deux logiques de la politisations sont apparues. Selon les versions idylliques qu’en donnent les acteurs et les programmes idéologiques, elles se relaient (les intellectuels guident le peuple, les syndicalistes les ouvriers) ; une vision critique tendrait plutôt à les opposer. Renonçant à trancher entre politisation par le haut et politisation par le bas, nous avons conclu qu’elles se conjuguent, et que les années 1930 et 1940 donnent l’avantage aux structures de direction implantées par les partis (Guomindang et parti communiste) au nom de l’État et du salut national.

2Cependant, ni ces précautions méthodologiques ni la mise en valeur de cette courbe d’ensemble ne suffisent à rendre compte des articulations entre les logiques d’autonomie et de mobilisation, pas plus d’ailleurs que des croisements entre les démarches individuelles et les dynamiques collectives. La politisation de la société témoigne d’hésitations, de bifurcations, voire de retours en arrière. Ces allers et retours n’en sont pas des marges ou des résidus, mais bien une composante à part entière, que nous avons explorée cette année. Analysées par Wang Xiaoling (Université de Paris-I), les incertitudes relatives à la carrière politique de Qu Qiubai (1899-1935) tiennent aux hésitations du personnage, mais aussi aux silences et à la manipulation des sources : elles nous avaient mis sur la voie l’an dernier. Mme Wang a présenté les nouveaux matériaux éclairant l’itinéraire intellectuel troublé de Qu de 1919 à 1923, en même temps que l’évolution des réseaux de solidarité auxquels il se rattachait. Les événements du 4 mai 1919 à Pékin le projettent dans la mouvance des associations étudiantes attirées par le marxisme et la révolution russe. Qu part pour Moscou comme correspondant de presse en octobre 1920 via un autre réseau : celui que lui vaut sa proximité avec certains dirigeants du Jinbudang, le parti progressiste qui rassemble des politiciens beaucoup moins radicaux que les étudiants qu’il fréquente. Il entre au parti communiste au début de 1922 et regagne la Chine l’année suivante, désormais ancré dans le réseau contraignant non seulement de l’organisation partisane, mais aussi du Komintern (à commencer par le groupe de Maring) dont il sera un relais crucial grâce à sa bonne connaissance du russe.

3À partir des grèves provoquées à Shanghai par la question de l’indexation des salaires en 1947, Alain Roux a montré comment le monde ouvrier et les syndicalistes évoluent à distance du politique, alors même qu’ils sont souvent imbriqués dans les pouvoirs en place. Partagé entre clans et tendances idéologiques, le régime nationaliste opte pour un réformisme peu appliqué et pour des structures corporatistes ; il ne met pas en place les bases institutionnelles d’un dialogue social. La crise de 1947 témoigne de l’importance de ces jeux factionnels. Mais s’ils ouvrent un espace d’action pour le mouvement ouvrier, celui-ci a tôt fait de se marginaliser par rapport à la forte polarisation du champ politique qu’entraîne la guerre civile. Ces mouvements revendicatifs sont le fait d’un milieu autocentré plus que d’un groupe social ayant conquis une autonomie politique. La construction du social est intimement liée à celle du politique. L’hésitante politisation du monde ouvrier shanghaien accuse la déficience du cadre étatique et rejoint l’illusoire rêve d’autonomie de la bourgeoisie, au début des années 1920, selon l’analyse qu’en a fait Marie-Claire Bergère.

4Engluée dans les villes, la politisation de la société perce dans les campagnes sous l’impulsion des communistes : bel exemple d’une bifurcation réussie, après l’échec du communisme urbain à la fin des années 1920. Le mot « politisation » convient-il à ce que la plupart des historiens nomment une mobilisation (voire une domination) des paysans par le PC maoïsé ? Y. Chevrier a dressé le bilan de la recherche récente dans ce domaine, en s’appuyant notamment sur le travail que Ngo Thi Minh Hoang, doctorante à l’EHESS, consacre à plusieurs districts de la province du Shanxi, où elle a passé l’année 2000-2001. Au lieu de s’interroger sur l’adhésion des paysans à un projet politique extérieur à leur monde, ces travaux mettent en évidence la quête, de la part des communistes, de relais d’influence et de pouvoir au sein des villages. La mobilisation des masses n’est venue qu’après celle d’éléments favorables au sein des élites locales, et n’a été possible que grâce à leur intermédiaire. Cette étape initiale prépare celle de la politisation des enjeux locaux de la guerre. Les questions de l’autodéfense et de la survie quotidienne sont reliées aux grandes causes nationales (résistance ou collaboration) et sociales (conservatisme ou réforme), tandis que les activistes du parti organisent des milices. À l’entrée de la politique au village par le moyen de la guerre répond la fabrication de relais sociaux, qui à son tour fait évoluer le rapport des forces. Effet induit plutôt que cause initiale de la politisation, le découpage de la société villageoise en classes correspond à la politisation de stratifications et de conflits qui n’étaient ni inexistants ni méconnus dans les villages, mais qui ne constituaient pas le lien social. Celui-ci se formait à travers des pratiques de solidarité, de sécurité, de distribution et de compétition au sein de communautés closes dominées par les petits notables villageois. Au cours du processus, sans que disparaissent ces ingrédients et les normes morales qui les accompagnent, le lien social devient un lien politique tissé autour du nouveau pôle local que constituent les hommes du parti. Ce pôle s’étend, en outre, à l’immense organisation du parti-État, l’inclusion des microcosmes villageois dans le nouvel État en formation étant sans cesse affirmée et démontrée par le recrutement militaire, les interventions des équipes de travail, et par la réplication dans les pratiques du pouvoir des axes normatifs qui structurent la moralité villageoise. Ce pouvoir ne s’est pas appuyé sur la politisation d’un social qui n’existait pas en tant que tel ; il s’est constitué en tant qu’État en construisant un social au sein de la société rurale et en politisant cette action. La stratégie d’action rurale élaborée par le Komintern entre 1925 et 1927 (dont Y. Chevrier a analysé les hardiesses boukhariniennes mais aussi la faiblesse des relais sur le terrain chinois, ainsi que le durable tropisme urbain et la déconfiture en 1927) procédait d’une vision plus conventionnelle des contradictions sociales et de leur politisation : bifurcation, certes, mais hésitation dans la bifurcation !

5Ayant triomphé militairement en 1926-1928, Chiang Kai-shek n’envisageait pas davantage que la fabrication d’une société adéquate à une idéologie pût être un instrument de la prise du pouvoir et la base de la construction de l’État. Cette perspective n’appartenait qu’au projet réformateur de l’exercice du pouvoir. Aussi, lors de l’installation du régime, ses rapports avec les forces sociales furent-ils tâtonnants, et conditionnés, à l’échelle locale, par l’identité de ceux qui prirent le pouvoir au nom du Guomindang, ainsi que par l’histoire de ces forces dans leurs démêlés avec les pouvoirs antérieurs. Aussi bien ces hésitations ne peuvent-elles se comprendre qu’au niveau local. C’est ce qu’a fait Laurent Galy (INaLCO), à propos de Tianjin, où les ébranlements et les tensions que provoquent les pouvoirs qui se succèdent au nom du Guomindang entre juillet 1928 et juillet 1929 permettent de repérer les trajectoires individuelles, le contour des réseaux et les variations dans les ralliements politiques. Durables ou aléatoires, ces relais sociaux du pouvoir étaient faibles pour autant que la société était dépourvue d’un espace propre d’interactions. Ses composantes n’avaient de perspectives politiques que celles que leur ménageait la fragmentation du pouvoir. Au milieu des années 1930, la flambée de patriotisme qui s’en prend à la politique japonaise de Chiang élargit cet horizon. Les communistes peuvent reprendre pied dans les villes, en s’efforçant de capter une dynamique qu’ils n’ont pas à créer de toutes pièces, comme ils devront le faire dans les campagnes.

6Le groupe qui s’est constitué autour de ces séminaires poursuivra ses travaux d’histoire sociale, pour faire apparaître un éventail de contacts entre les acteurs sociaux et le pouvoir plus diversifié que les axes qui ont été analysés. Ainsi, l’histoire des entrepreneurs réserve-t-elle des surprises. Étudiée par Xiao Xiaohong (Université de Paris-X), celle de Fan Xudong, l’un des plus brillants patrons chinois qui émergèrent pendant et après la période de la Grande Guerre, et créateur de l’industrie sel-soude-acide en Chine, met en évidence des rapports que l’on qualifierait volontiers de « normaux » avec le pouvoir politique... si la période et d’autres exemples inverses ne soulevaient la question du caractère exceptionnel de son activité et de son itinéraire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Chevrier et Alain Roux, « Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 800-804.

Référence électronique

Yves Chevrier et Alain Roux, « Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15509

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals