Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre de linguistique théorique

Pierre Encrevé, Irène Tamba, Sophie Fisher, Michel de Fornel, Jacques Jayez et Hassan Jouad
p. 804-807

Entrées d’index

Centres de recherche :

Centre de linguistique théorique
Haut de page

Texte intégral

Pierre Encrevé et Irène Tamba, directeurs d’études
Sophie Fisher, Michel de Fornel et Jacques Jayez, maîtres de conférences

1Le séminaire a porté sur un lieu de rencontre entre linguistique et sciences sociales, celui de la traduction et de la traductibilité, car les sciences sociales, y compris la linguistique, ont des domaines d’observation empirique à partir desquels elles construisent leurs objets dans une langue donnée.

2Que se passe-t-il lorsque, par la traduction, on les transfère dans une autre langue, dans un autre système de repères linguistiques et sociaux ?

3Nous avons ainsi parcouru des domaines et des systèmes linguistiques très diversifiés, en commençant par l’intervention de Jean-Claude Anscombre (à propos de la parution du n° 139 de Langages sur la parole proverbiale) s’interrogeant à partir des équivalences de proverbes sur « Le proverbe : transposable ou traductible ? ».

4Puis nous nous sommes penchés, avec Daniel Simeoni, sur la possibilité de « Traduire les sciences sociales » en particulier entre le monde anglo-saxon et les langues latines car il ne s’agit pas seulement d’un problème de langue mais de la transposition des modèles théoriques mis en œuvre.

5Avec Hassan Jouad, nous avons abordé un tout autre domaine : celui de la « matière » même de la parole lorsque, avec « Le rythme et la traduction. À propos du versifié », il nous a montré les difficultés de l’improvisation, lors de joutes en berbère pour traduire des échanges rythmés.

6Sophie Fisher a analysé « L’image de l’autre” » dans les grammaires plurilingues et leurs textes « exemplaires » des XVIIIe et XIXe siècles (français/italien/espagnol/portugais), en négligeant l’aspect strictement linguistique au bénéfice des contenus surtout politiques (langues d’empires) véhiculés par ces exemples qui « vendent » la langue à apprendre en l’ornant de qualités étranges et étrangères.

7Finalement Henri Meschonnic, en proposant de « Traduire le rythme » à l’occasion de la parution de « Gloires » (traduction des « Psaumes »), nous a montré comment on respecte le sens en transposant d’un rythme à un autre, de celui des textes d’origine à celui du français, langue d’arrivée. Ce qui permet de concevoir la traduction du poétique comme un tout où se conjuguent le rythme et la parole.

Hassan Jouad, ingénieur de recherche

Anthropologie linguistique du domaine arabo-berbère. La divergence dialectale en berbère : dynamique de déperdition ou de sauvegarde de la langue ?

8Attesté en Afrique du Nord depuis l’Antiquité, le berbère est parlé depuis la côte atlantique jusqu’à l’oasis de Siwa en Égypte et de la côte méditerranéenne jusqu’au Niger, dans l’Aïr. Les régions berbérophones représentent sur la carte géographique de cette partie de l’Afrique une multitude de zones enclavées, de dimensions variables qui n’ont cessé de rétrécir au cours de l’histoire.

9D’usage exclusivement vernaculalre, le berbère n’est pas une langue unique, homogène, comprise par l’ensemble des berbérophones, mais se compose d’une multitude de parlers locaux constituant des dialectes ou « groupes dialectaux » dont les territoires s’amenuisent au fur et mesure qu’on avance vers l’est. On peut citer, entre autres, au Maroc le chleuh, le tamazight ; en Algérie le kabyle, le mozabite ; à la fois en Algérie, au Mali et au Niger, le touareg ; en Tunisie le djerbien ; etc.

10À un certain niveau de généralité, l’ensemble berbère présente une unité morphologique incontestable. Mais en même temps que cette unité de structure - que les berbérisants se plaisent à souligner -, ce qui caractérise fondamentalement cet ensemble ce sont les divergences dialectales. Déjà entre les parlers locaux distants d’un même groupe, les différences peuvent être assez grandes pour donner lieu à des quiproquos. Entre les groupes dialectaux, elles sont telles qu’elles interdisent l’intercompréhension. Les diverses tentatives de fixation écrite, y compris celles d’aujourd’hui, donnent une illustration exemplaire de cet état de fait.

11On sait que l’écriture lybique antique est une écriture berbère. Il en reste des traces sur des stèles funéraires et les inscriptions rupestres. Une forme apparentée à cette écriture est encore représentée actuellement chez les Touareg par l’alphabet tifinagh. À une époque plus proche de nous, plusieurs groupes ont connu une activité écrite utilisant un alphabet arabe adapté à ses besoins phonétiques, notamment le groupe chleuh (sud-ouest du Maroc) dès le XIIe siècle, sous l’impulsion de la dynastie Almohade, puis aux XVIe et XVIIIe siècles, dans le cadre des grandes zaouïa, collèges monastiques ruraux, du Sud marocain. Avec l’institutionnalisation des études berbères par le pouvoir colonial, on a préféré opter pour l’alphabet latin, en théorie pour raison d’unification.

12Pour autant la question de la transcription n’est toujours pas tranchée. Aujourd’hui encore, la diversité des systèmes de transcription est toujours en débat. Les Touaregs continuent à se servir des tifinagh, avec des variantes selon les groupes, pour des usages épistolaires, ludiques ou décoratifs. Considéré comme un héritage historique précieux, surtout en dehors du monde touareg, l’alphabet tifinagh est néanmoins jugé malcommode pour un usage pratique. Aussi, depuis quelques décennies, on a vu surgir ça et là une multitude de systèmes de caractères néo-tifinagh, chacun espérant que le sien s’imposera comme modèle. Cependant, leurs créateurs ne conservent souvent du système historique que quelques symboles. Pendant ce temps, les alphabets arabe et latin s’utilisent, le premier pour les écrits destinés au grand public, surtout au Maroc, et le second dans la recherche universitaire, sauf au Mali où le caractère latin a le statut d’alphabet officiel du touareg.

13La divergence dialectale est à la fois la force du berbère et sa faiblesse. C’est une force en ce sens que c’est dans son approfondissement que s’exerce la créativité de la langue. C’est aussi là que réside le secret de sa résistance à la puissance assimilatrice des grandes langues véhiculaires qui se sont succédé sur son terrain (punique, grec, latin, arabe). Le berbère ne s’est pas seulement maintenu face à ces langues d’empires, mais encore il a survécu au punique et au latin.

14Inhérente à l’évolution spontanée, la divergence dialectale est une dynamique créative permanente, incoercible et irréversible. Il ne fait guère de doute, à mon avis, que c’est la perception intuitive du caractère irréversible de la divergence dialectale qui explique cette vision ambivalente qu’on a toujours eu des Berbères : fiers, rebelles, indomptables, insoumis, séditieux anarchistes. De même, la constatation objective de la réalité irréversible de la divergence dialectale est à la source des projets scientifiques concernant le berbère. Elle est également à la source des options idéologiques et des projets politiques concernant les Berbères.

15C’est ainsi que, face à la multitude des parlers, plutôt que de s’attacher à la pratique de la langue, qui les obligerait à choisir un idiome, les berbérisants occidentaux ont privilégié la reconstruction historique. Un des plus éminents spécialistes de la dialectologie berbère, André Basset, est réputé ne parler aucun dialecte. Les adversaires maghrébins des études berbères tirent argument de la dispersion dialectale pour les stigmatiser comme entreprise de division politique initiée par le pouvoir colonial et entretenue par l’ennemi étranger. Quant aux ber-bérisants berbérophones, par réaction, ils s’engagent le plus souvent dans la recherche linguistique avec l’intention plus ou moins déclarée, plus ou moins consciente, de mobiliser l’argumentation scientifique pour nier la réalité de la divergence.

16Plutôt que de lire l’état actuel de dispersion du berbère comme on lirait un site archéologique dont il s’agirait de reconstituer la cohérence originelle ou bien comme une aberration qu’il s’agirait de stigmatiser, de déplorer, de réformer ou de conjurer, nous avons, au cours du séminaire de cette année, engagé une réflexion sur le phénomène de la divergence en tant que dynamique créative propre à l’usage vernaculaire et à l’évolution spontanée. Dans cette perspective et en prenant appui sur un parler défini, nous avons commencé à délimiter les notions et les catégories morphologiques où les divergences se manifestent de la façon la plus affirmée. Citons les noms de parenté, les noms de nombres, des parties du corps, des plantes, les toponymes ; le genre et le nombre des noms des animaux, les noms des outils et des métiers, les déictiques ou encore le fonctionnement flexionnel de certaines formes verbales.

17L’objectif poursuivi est d’inciter des étudiants de DEA à orienter leurs recherches futures vers l’ancrage social de la langue, beaucoup plus fertile que les débats rebattus autour des structures communes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Encrevé, Irène Tamba, Sophie Fisher, Michel de Fornel, Jacques Jayez et Hassan Jouad, « Centre de linguistique théorique », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 804-807.

Référence électronique

Pierre Encrevé, Irène Tamba, Sophie Fisher, Michel de Fornel, Jacques Jayez et Hassan Jouad, « Centre de linguistique théorique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15511

Haut de page

Auteurs

Pierre Encrevé

Articles du même auteur

Irène Tamba

Articles du même auteur

Sophie Fisher

Articles du même auteur

Michel de Fornel

Articles du même auteur

Jacques Jayez

Hassan Jouad

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals