Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Méthodes et techniques des sciences sociales

Archives et sciences sociales

Éric Brian, Jean Jamin, Emmanuel Pedler, Pap Ndiaye et Vincent Duclert
p. 123-126

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Séminaire collectif sous la responsabilité
d’Éric Brian, Jean Jamin, directeurs d’études
Pap Ndiaye, maître de conférences Vincent Duclert, professeur agrégé

Expériences I

1Ce séminaire a été organisé par un groupe de réflexion sur les archives qui s’est constitué à l’EHESS au printemps 2001 et auquel participent également Patrick Fridenson, André Grelon, François Hartog, Morgane Labbé, Christophe Prochasson, Paul-André Rosental, Jean-Frédéric Schaub. L’objectif du séminaire est de contribuer à la construction d’un débat public, politique et scientifique sur une question qui, en France comme à l’étranger, mobilise les opinions publiques et affecte le développement de l’activité scientifique. Ce groupe de chercheurs est convaincu que la réflexion sur les archives dépend fortement de la prise en compte du problème que soulèvent leur collecte, leur conservation, leur consultation et leur traitement à l’échelle de toutes les sciences sociales. Elle commande également un travail de comparaisons internationales ainsi que la mise en œuvre d’un dialogue avec les producteurs d’archives, les archivistes professionnels, les responsables administratifs et politiques. L’interrogation sur les structures, les procédures, les pratiques et les institutions appartient à cette enquête nécessaire sur un domaine qui conditionne non seulement une grande part de l’activité des sciences sociales mais aussi les formes présentes de la mémoire individuelle et collective. La mise en question de l’objet même de l’archive, aussi bien que de sa notion, s’impose de la même manière afin d’en situer les dimensions principales : identité d’une politique, inquiétude publique, donnée matérielle, statut juridique, création intellectuelle, source de recherche, mode d’historicité, caractère des disciplines, type de discours, contenu d’enseignement.

2Pour sa première année, le séminaire a été organisé autour de sept séances mensuelles fondées sur la présentation et l’analyse d’expériences collectives et interdisciplinaires menées sur les archives. Ces travaux, conduits par des archivistes comme par des chercheurs, montrent que les différences qui peuvent parfois les séparer s’estompent largement dès lors que sont défendus de tels énoncés intellectuels et scientifiques inscrits dans l’ordre des pratiques. La séance du 28 novembre 2001, « Archives du pouvoir et paroles des vaincus », a permis d’entendre Nathan Wachtel (EHESS/Collège de France), Marcin Kula (Université de Varsovie), et Henriette Asséo. Cette séance a été précédée d’une introduction générale par François Hartog. La séance du 12 décembre, « Bien public et matière privée », a réuni Marc Olivier Baruch (CNRS-IHTP), Pierre Encrevé, Vincent Duclert et Christine Nougaret (Centre historique des Archives nationales). Celle du 9 janvier 2002, « De l’archive positive aux itinéraires du possible », Emmanuel Désveaux, Étienne Anheim (EPHE-Ve Section) et Éric Brian. Celle du 13 février, « Archives, documents, objets », Yves Cohen, Philippe Soulier (ministère de la Culture) et Jean Jamin. Celle du 13 mars, « Droit, institutions et politiques », Guy Braibant (Conseil d’État), Alain Guerreau (CNRS) et Jean-Frédéric Schaub. Celle du 10 avril, « Enjeux du métier de l’archiviste », Denise Ogilvie (Centre historique des Archives nationales), Élisabeth Verry (Association des archivistes français) et Morgane Labbé. Celle du 15 mai, « Du témoignage aux archives orales », Florence Descamps (EPHE-Ve Section), Pierre Laborie, Christophe Midler (CNRS) et Patrick Fridenson.

3Ce premier ensemble de travaux a été conclu le 12 juin 2002 par une journée d’étude. Intitulée « Archives des sciences sociales, Sciences sociales de l’archive », elle a associé des spécialistes de disciplines et de compétences très différentes, mais que rapprochait la question de l’archive conçue comme une construction sociale, intellectuelle et politique. La matinée, que présidait André Grêlon, a été ouverte par Françoise Zonabend. Deux grands axes furent abordés, « Les grandes enquêtes » avec Éric Brian et Roxane Silberman (CNRS), et « Les archives de l’économie », avec Philippe Minard (Université de Lille-III/IHMC) et Thomas Piketty. Les deux sections de l’après-midi (présidé par Jean Jamin), s’intéressèrent à « L’image archivée », avec André Gunthert, Carlo Severi (CNRS) et Alain Schnapp (Université de Paris-I/INHA), et aux « Archives de la parole », avec François Leimdorfer (Université de Versailles-Saint-Quentin/Laboratoire Printemps), Agnès Callu (Centre historique des Archives nationales), Hervé Lemoine (Service historique de l’armée de terre) et Emmanuel Terray. Anita Guerreau (CNRS), directrice de l’École nationale des Chartes, a donné les conclusions de cette journée.

4Le séminaire « Archives et sciences sociales » s’est doté d’un site accessible sur <www.ehess.fr> (puis « actualité » et enfin « séminaire »), dont les pages font l’objet d’une construction progressive, et qui aspire à devenir un outil de travail pour tous ceux qui s’intéressent à l’objet « archives » dans les sciences sociales.

Emmanuel Pedler, maître de conférences

Les méthodes quantitatives dans les sciences sociales

5Dans ce séminaire collectif nous avons souhaité présenter un éventail aussi ouvert que possible des formes d’argumentation et des descriptions réalisées dans les sciences sociales à partir d’outils quantitatifs en apportant et en soumettant à la discussion les témoignages de chercheurs à propos de rapports d’enquêtes ou d’ouvrages publiés depuis peu. Ont été prises en compte les procédures quantitatives qui couvrent un vaste spectre allant de simples comptages à l’usage d’outils plus complexes. Nous avons cherché pour la première année du séminaire à rassembler des contributions venant de domaines disciplinaires variés. Les finalités principales du séminaire – procéder à une exploration extensive des styles d’enquête faisant usage des méthodes quantitatives ; offrir quelques clefs conceptuelles et pratiques afin de permettre une lecture armée des enquêtes discutées ; faire retour sur les argumentaires pratiqués par les sciences sociales – nous ont conduits de l’analyse de quelques outils statistiques (C. Rosental, CNRS), à l’étude des instruments de la description dans l’enquête quantifiée (E. Pedler) ou des procédures quantifiées de la sociologie des années 1970 (P. Masson, Université de Picardie) en passant par l’analyse démographique des biographies (I. Widmer, Université Aix-Marseille). D’autres séances ont été consacrées à l’environnement informatique de l’enquête quantifiée (O. Zerbib, Université d’Avignon), au traitement informatique et aux systèmes de notation pour l’analyse de faits de parenté (L. Barry) ainsi qu’aux transferts méthodologiques entre anthropologie de la santé et épidémiologie (Y. Jaffré et A. Prual).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Brian, Jean Jamin, Emmanuel Pedler, Pap Ndiaye et Vincent Duclert, « Archives et sciences sociales », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 123-126.

Référence électronique

Éric Brian, Jean Jamin, Emmanuel Pedler, Pap Ndiaye et Vincent Duclert, « Archives et sciences sociales », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15555

Haut de page

Auteurs

Éric Brian

Articles du même auteur

Jean Jamin

Articles du même auteur

Emmanuel Pedler

Articles du même auteur

Pap Ndiaye

Articles du même auteur

Vincent Duclert

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals