Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Problèmes généraux

Histoire sociale et histoire de la santé

Jean-Pierre Goubert
p. 161-163

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Jean-Pierre Goubert, maître de conférences

L’édification de la Santé publique : thérapies et professions

1Le séminaire a été consacré à l’histoire des thérapies, des soins de santé et de professions qui s’y rapportent entre le XVIIIe et le XXe siècle.

2Le dernier siècle de l’Ancien Régime a été l’objet d’une attention particulière dans la mesure où se mettent alors en place un cadre idéologique et de premières mesures de santé publique : lutte antiépidémique et antiépizootique, contrôle des remèdes, traitement et régime des personnes hospitalisées. Grâce aux exposés de Pascale Gramain-Kibleur et de Laurence Marcoult sur ces sujets, on a pu mesurer l’écart entre les intentions et les actes, mais aussi l’importance des innovations qui introduisent à une certaine médicalisation de la santé.

3À partir de ce tableau de la santé publique dans la France de la fin du XVIIIe siècle on s’est posé la question de l’émergence des professions de santé, dites paramédicales, dans la mesure où elle accompagne un processus de médicalisation savante puis scientifique et de laïcisation. À cette fin on a comparé entre elles les professions d’infirmières, de masseurs-kinésithérapeutes et d’ergothérapeutes sur les points suivants : le mode de désignation, le degré d’ancienneté, le modèle de formation, le type d’exercice, le taux de féminité, les effectifs. La spécificité de l’histoire des infirmières est alors apparue : elles forment le seul groupe dont la désignation n’est pas médicale et qui remonte au Moyen Âge ; et elles possèdent le diplôme et le statut professionnel les plus anciens. Elles ont en commun avec les deux autres professions d’avoir une formation courte, non universitaire et de n’agir que sur prescription médicale pour des actes spécifiques. Enfin, leur taux élevé de féminité, comme pour les ergothérapeutes, renvoie à une forte prégnance de l’image de la prétendue « nature féminine », d’autant qu’elles se situent en grande majorité dans le secteur public comme salariées. Plus récentes, (1946 et 1970), les deux autres professions, plus orientées vers des thérapies que vers des soins ou une assistance technique, connaissent des effectifs de beaucoup moindres et des types d’exercice distincts : presque uniquement public et féminin pour les ergothérapeutes, majoritairement masculin et notablement libéral chez les kinésithérapeutes. Le partage socio-sexué des tâches dans ces trois professions semble donc toujours bien établi.

4La troisième partie du séminaire a eu pour thème l’histoire comparée de l’ergothérapie en France et au Brésil au XXe siècle. L’origine de cette discipline comme celle de la profession se situent aux États-Unis au début du XXe siècle. Son implantation en particulier en France et au Brésil a été imposée par l’OMS durant la décennie 1950. L’organisation de la profession a été plus rapide au Brésil qu’en France. En ce qui concerne la formation, deux modèles coexistent : le brésilien, originaire des États-Unis, et l’autre propre à la France. Au Brésil l’enseignement a lieu en Faculté de médecine et dure quatre ans avec la possibilité d’une spécialisation et celle de passer un doctorat. En France, la formation se déroule après concours en trois ans dans des instituts spécifiques de type professionnel et non pas universitaire. Le mode d’exercice est double au Brésil, libéral et public, quasi uniquement public en France. En l’absence d’une couverture sociale généralisée de la santé au Brésil, seules les couches aisées de la société sont à même de bénéficier de cet exercice libéral. Autre différence majeure : tandis que le nombre d’ergothérapeutes s’accroît progressivement en France, le Brésil connaît une situation de pénurie. Hormis des formations analogues et une dépendance du corps médical, une ressemblance frappante existe entre les professions de ces deux pays : leurs taux de féminité oscillent entre 85 % et 90 %, conformément à la moyenne des pays occidentaux. Dans ces conditions la situation de l’ergothérapie reflète celle des pays concernés en fonction des types de développement et de société comme de l’influence plus ou moins grande des États-Unis. Que ce soit en France ou au Brésil les élites et les instances dirigeantes se posent les deux mêmes problèmes : premièrement, celui de l’identité de la profession et donc de son autonomie ; deuxièmement, celui de l’unicité des professions médicales et des professions de santé (formation, cursus, modes d’exercice). C’est sur ce dernier point qu’est intervenu notre collègue brésilien Dante Claramonte Gallian dans son exposé sur « Humanisme et enseignement en faculté de médecine ».

5Professeur invité à l’Université de São Paulo (septembre 2001), Jean-Pierre Goubert y a donné un séminaire sur la comparaison entre les méthodes de recherche en histoire sociale et en psychologie sociale en coopération avec Eda Tassara. Enfin, il a été invité à faire un cours à la Faculté de médecine de l’USP en histoire de l’ergothérapie et à prononcer trois conférences : l’une à la Faculté des sciences infirmières, l’autre à la Faculté de médecine de l’Université fédérale de São Paulo, la dernière au département d’ergothérapie de la Faculté de médecine de l’USP

Publications

  • « La ville, miroir et enjeu de la santé : Paris, Montréal et Alger au XIXe siècle », Histoire, Économie et Société, 3, 3e trimestre 2001, p. 355-370.
  • « Paris desperta-saneada, limpa, embelezada », dans Panoramas interdisciplinares para uma psicologia ambiental do urbano, sous la dir. d’E. Tassara, São Paulo, Educ-FAPESP, 2001, p. 123-140.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Goubert, « Histoire sociale et histoire de la santé », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 161-163.

Référence électronique

Jean-Pierre Goubert, « Histoire sociale et histoire de la santé », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15582

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Goubert

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals