Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Problèmes généraux

Réseaux et voies de communication entre l’Asie centrale, le Proche-Orient et l’Inde, XVe-XIXe siècles

Marc Gaborieau, Baber Johansen et Sanjay Subrahmanyam
p. 168-169

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Marc Gaborieau, Baber Johansen, Sanjay Subrahmanyam, directeurs d’études

1Ce séminaire – comme celui de l’année passée – était dédié aux réseaux et aux voies de communications par lesquels, du XVIe au XIXe siècle, le savoir religieux et les organisations religieuses, ainsi que les systèmes et les dynasties politiques, l’art et la littérature, les marchandises et les techniques du commerce circulaient entre le Proche-Orient, l’Asie centrale et l’Inde. L’ambition des organisateurs du séminaire était d’attirer l’attention vers une dimension de l’histoire de l’Islam et des sociétés musulmanes qui nous aide à approfondir notre compréhension de leurs échanges matériels et idéels. Nous n’avons pas prétendu donner un résumé de cinq siècles d’histoire mais nous avons procédé plutôt par la discussion de cas spécifiques concernant les sujets indiqués.

2La première séance était consacrée à des questions d’argent et de monnaie dans trois grands empires musulmans de l’époque moderne, les Ottomans, les Safavides, et les Moghols. Dans ce cadre, Sanjay Subrahmanyam a présenté une réflexion historiographique autour des problèmes du rapport entre la monnaie et la souveraineté, ainsi que sur le débat sur l’inflation du XVIe et XVIIe siècles, liée à l’hypothèse d’Earl J. Hamilton (repris en partie par Fernand Braudel et Omer L. Barkan). En suite, M. Timur Beisembeiev (Kazakhestan) a présenté une communication sur les rapports entre l’Asie centrale et l’Inde à l’époque moghole, basée sur des textes et des chroniques méconnus du monde transoxanien. Ces deux séances ont permis une réflexion relativement large sur des questions de culture politique et d’histoire économique dans une optique d’histoire comparée.

3Les séances qui ont suivi se centraient en grande partie sur les villes dans le monde musulman comme laboratoires de la circulation. Les centres urbains jouaient un rôle essentiel pour définir les voies de communication pour les savants, les hommes politiques et militaires, les marchands et d’autres groupes encore dans le monde musulman. Ceci a été clairement démontré par Marc Gaborieau dans une communication sur la ville impériale de Delhi (Shahjahanabad), bâtie par les Moghols dans les années 1630 et 1640, mais liée également avec d’autres centres urbains de la région à l’époque du Sultanat de Delhi. Par la suite, Maria Szuppe (CNRS) a développé un argument sur la ville comme modèle, en prenant le cas emblématique de Hérat dans l’Afghanistan actuel. Cette ville a joué un rôle considérable dans l’imaginaire du monde musulman de l’époque médiévale comme carrefour entre l’Inde, le monde iranien et l’Asie centrale. Claude Guillot (EHESS-CNRS) a traité le cas des villes en Indonésie, à partir de deux exemples contrastés : la ville portuaire de Barus dans le nord du Sumatra, et la ville capitale de Yogyakarta, dans l’intérieur du Java. Sanjay Subrahmanyam a clos la série sur les villes dans le monde musulman par un exposé sur les villes de frontière, en utilisant l’exemple de Senji (Nusratgadh) dans l’Inde du Sud entre le XVIe et le XVIIIe siècles, et le même problème de ville de frontière a été commenté par Baber Johansen d’un point de vue juridique.

4Les dernières séances étaient consacrées à des questions et des problèmes divers. Baber Johansen et Sanjay Subrahmanyam ont abordé ensemble les rapports entre commerce et droit dans le monde musulman, en utilisant des matériaux de l’histoire économique et de l’histoire légale. Francis Richard (Bibliothèque nationale) a consacré une séance à la peinture de cour et les enjeux politiques entre l’Iran et l’Inde, à l’époque des Safavides et des Qajars, tout en insistant sur l’importance des écoles régionales dans cette circulation. Le séminaire s’est achevé avec un exposé de la part de François Georgeon (CNRS) sur les voyageurs dans le monde musulman, basé en partie sur le cas d’un voyageur et idéologue pan-islamiste, Ibrahimov, originaire de l’Asie centrale, dont le texte a été publié à Istanbul.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Gaborieau, Baber Johansen et Sanjay Subrahmanyam, « Réseaux et voies de communication entre l’Asie centrale, le Proche-Orient et l’Inde, XVe-XIXe siècles », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 168-169.

Référence électronique

Marc Gaborieau, Baber Johansen et Sanjay Subrahmanyam, « Réseaux et voies de communication entre l’Asie centrale, le Proche-Orient et l’Inde, XVe-XIXe siècles », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 23 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15586

Haut de page

Auteurs

Marc Gaborieau

Articles du même auteur

Baber Johansen

Articles du même auteur

Sanjay Subrahmanyam

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals