Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire sociale et démographie

Démographie historique

Jean-Pierre Bardet et Cyril Grange
p. 171-172

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Jean-Pierre Bardet, directeur d’études et Cyril Grange, chargé de recherche au CNRS

Réseaux familiaux et parenté dans les sociétés traditionnelles et contemporaines

1L’objectif du séminaire était modeste nous souhaitions explorer les méthodes conduisant à une définition du cercle familial et contribuer à une enquête sur les logiques des relations au sein de la famille. Il s’agit, on le sait bien, de pratiques difficiles à saisir et encore plus délicates à mesurer ou à hiérarchiser.

2Nous ne pouvions pas ignorer les techniques disponibles pour analyser le fonctionnement des réseaux, même si celles-ci ont été mises au point à partir d’enquêtes contemporaines spécifiques. Un petit groupe de travail s’est régulièrement réuni autour de Michel Forsé (CNRS), Alain Degenne (CNRS), Florence Maillochon (CNRS), Raphaël Stoffer (Université de Lille-II), Olivier Wattebled (Université de Lille-II) et Claire Lemercier (élève). Cette découverte nous a permis de déterminer les exigences de continuité et de contenu documentaire pour procéder à des analyses significatives et nous a appris à clairement distinguer les techniques à appliquer. Quelques cas pratiques ont été étudiés à partir du logiciel UCINET. Cet apprentissage a paru suffisamment prometteur à la plupart des participants pour être poursuivi l’an prochain.

3Le séminaire général était centré sur l’apport des travaux historiques consacrés de près ou de loin aux réseaux familiaux. Au fil des exposés, l’auditoire a pu saisir la complexité et aussi l’ambiguïté du concept de réseau tel que les historiens le conçoivent ou sont conduits à le définir en fonction de leur documentation. François-Joseph Ruggiu a présenté une utile mise au point sur les sources disponibles et sur l’application des outils dont il faut savoir réduire l’exigence. Il est manifeste que l’incomplétude des informations restreint les possibilités d’analyse. Il n’en demeure pas moins que le thème est bien présent dans les travaux historiques récents.

4Jean-Marie Gouesse a insisté sur le révélateur utile que fournit l’étude des logiques de l’alliance matrimoniale au sein de la parenté. De son côté, Gérard Delille a confirmé l’intérêt de l’approche de J.-M. Gouesse en mettant en valeur, à l’échelle européenne, la croissance de la consanguinité entre XVIIIe et XIXe siècle.

5Michel Nassiet a insisté sur le contenu des relations intra-familiales, sur les solidarités en jeu, sur les appuis mutuels aussi bien au sein de la noblesse que parmi les gens de métiers : il a cependant rappelé que l’harmonie des parentèles pouvait aussi être ternie par de graves conflits.

6Jacques Bottin a mis en valeur le rôle de la parenté dans le grand commerce du XVIe siècle et la présence familiale dans le cadre des réseaux commerciaux. On retrouve cette interaction dans le fonctionnement des relations chez les notaires du Poitou (XVIIe-XVIIIe siècle) étudiés par Sébastien Jahan qui a émis quelques doutes sur les possibilités d’analyse « scientifique » des réseaux mais estimé possible une observation minutieuse des liens de parenté au sein du corps : elle permet de saisir l’interaction entre réseau familial et clientèle.

7Dans les grandes familles, le rôle économique du réseau de parents est particulièrement sensible et se traduit par une constante interaction entre relation sociale et liens familiaux. Évelyne Lever l’a montré concrètement en évoquant la famille Bombelle au XVIIIe siècle ; Christophe Duhamelle a exposé le fonctionnement des lignages rhénans visant à accaparer les charges canoniales, source de pouvoir et de fortune ; Olivier Chaline décrivant les relations des officiers de parlement a confirmé ces approches, en les nuançant et en soulignant la nécessité d’étayer les démonstrations et les conclusions.

8Certains intervenants ont présenté des enquêtes susceptibles d’une analyse statistique : sur le choix des parrains et marraines (J.-P. Bardet), sur celui des témoins de mariage (Cyril Grange, Vincent Gourdon), sur le rôle des oncles et des tantes au sein de la parenté (Marion Trévisi). Il s’agit ici d’études portant sur des corpus relativement complets autorisant une analyse mesurée mais évidemment limitée : la possibilité de lier certains indices sériels de liens intra-familiaux à des bases généalogiques nominatives permet en tout cas de vérifier s’il existe des préférences significatives, réglées, dans les relations entre parents.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Bardet et Cyril Grange, « Démographie historique », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 171-172.

Référence électronique

Jean-Pierre Bardet et Cyril Grange, « Démographie historique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15590

Haut de page

Auteurs

Jean-Pierre Bardet

Articles du même auteur

Cyril Grange

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals