Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire sociale et démographie

Histoire des pratiques institutionnelles

Sabina Loriga
p. 173-174

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Sabina Loriga, maître de conférences

L’expérience individuelle : la subjectivité et l’acteur dans les processus historiques

1Au cours de l’année nous avons continué notre réflexion sur la valeur de la dimension biographique en histoire. L’interrogation de base a porté sur la possibilité de comprendre l’évolution historique à travers une perspective qualitative, fondée sur l’analyse des expériences individuelles : de quelles manières, et dans quelles conditions, cette perspective permet-elle de saisir la dynamique sociale globale ? À cette fin, nous avons consacré la plupart des séances du séminaire à la lecture et à la discussion de certains auteurs qui, tout au long du XIXe siècle et au début du XXe, ont pensé la société, plutôt que comme une structure ou un système impersonnel, comme une configuration d’individus interdépendants.

2Cette année notre réflexion a été fondée, en particulier, sur les textes suivants : les trois essais de Wilhelm von Humboldt consacrés à l’histoire (« Considérations sur l’histoire mondiale, 1814 » ; « Considérations sur les causes motrices dans l’histoire mondiale », 1818 ; « La tâche de l’historien », 1821), dans l’édition de Jean Quillien (Lille, Presses universitaires de Lille, 1985) ; une conférence de Eduard Meyer (« Zur Theorie und Methodik der Geschichte » (1902), dans Kleine Schriften zur Geschichtstheorie und zur wirtschaftlichen und politischen Geschichte des Altertums, 1910) ; et deux essais de Max Weber (« Études critiques pour servir à la logique des sciences de la culture », 1906 ; « Pour une sociologie compréhensive », 1913), dans l’édition de Julien Freund (Paris, Plon, 1965).

3Un certain nombre de participants au séminaire ont activement contribué à ce travail d’analyse des textes. En outre, nous avons pu bénéficier des utiles contributions de Ryozo Hiyama sur le développement de la notion d’individualité dans le contexte japonais et de Noemi Pizarosso (Université Complutense de Madrid) sur la psychologie historique d’Ignace Meyerson.

4Au cours de cette année universitaire, j’ai eu l’occasion de présenter mes réflexions sur la relation entre histoire et biographie à l’Institutum studiorum humanitas de Ljubljana, à l’Institut protestant de théologie de Paris, à l’Associação nacional de historia de Rio Grande do Sul, à l’Université fédérale de Porto Alegre et à celle de Rio de Janeiro.

Publications

  • « Tolstoï et l’histoire infinie », Esprit, automne 2002.
  • « Être historiens aujourd’hui », Actes du Colloque Ser historiador hoje, Associação nacional de historia de Rio Grande do Sul, 2002.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sabina Loriga, « Histoire des pratiques institutionnelles », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 173-174.

Référence électronique

Sabina Loriga, « Histoire des pratiques institutionnelles », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15594

Haut de page

Auteur

Sabina Loriga

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals