Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire des sciences

Histoire du calcul des probabilités et de la statistique

Marc Barbut, Éric Brian, Michel Armatte et Bernard Bru
p. 177-178

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Marc Barbut et Éric Brian, directeurs d’études avec Michel Armatte, maître de conférences à l’Université de Paris-IX et Bernard Bru, professeur à l’Université de Paris-V

1Le séminaire, organisé par le Centre Alexandre-Koyré et le Centre d’analyse et de mathématique sociales, est destiné à favoriser des rencontres entre spécialistes de disciplines différentes, et s’intéressant à l’histoire de méthodes quantitatives dans les sciences sociales. Au cours de cette année les séances ont traité de deux périodes : le long XVIIIe siècle, porteur de nombreux renouvellements de l’arithmétique politique et de l’économie politique d’une part, et un XXe siècle dont l’historiographie s’active et où l’on sait maintenant apprécier les transformations des sciences économiques et sociales au rythme des guerres mondiales et des périodes de paix.

2Concernant ce XXe siècle, Gérard Klotz (Université de Lyon-II) a dressé en deux séances un ample panorama des statistiques du revenu national en France. Ludovic Frobert (ENS-LSH de Lyon) a rendu compte de ses recherches sur le rationalisme des économistes politiques du début du siècle et notamment sur Élie Halévy (1896-1914). Judy Klein (dept. of Economics, Mary Baldwin College et directrice d’études invitée par le séminaire) a présenté deux ouvrages récents qu’elle a publiés au cours d’un exposé sur les débats sur les nombres index et sur les moyennes mobiles autour de la Banque d’Angleterre et d’un autre sur l’élaboration du contrôle de qualité statistique et de l’analyse séquentielle au milieu du XXe siècle américain. Enfin, revenant à l’enjeu épistémologique tel qu’il a pu être conçu à cette époque, Samir Boukkhris (Institut d’histoire des sciences et des techniques. Université de Paris-I) a présenté sa thèse importante sur le statut des probabilités, de l’induction et de la confirmation chez Carnap.

3Au cours des séances pendant lesquelles il a été question de l’époque moderne, Youri Biondi (Centre Walras, Université de Lyon-II) a livré de nouveaux éléments sur les travaux de Duvillard sur les rentes et les emprunts. Pierre Crépel (CNRS, Université de Lyon-I) a suivi l’itinéraire des articles et des notions d’arithmétique politique dans la constellation d’ouvrages liés à l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert. Loïc Charles (INED) a récapitulé son étude de la part prise par les débats de doctrine dans la politique économique des années (1750-1770). Nathalie Le Bouteillec et Jean-Marc Rohrbasser (INED) ont présenté l’état de leur recherche commune sur les travaux de l’astronome et calculateur suédois Pehr Wargentin et leur contexte. Karl Hildebrandt (Forschungszentrum Europäische Aufklärung, Berlin-Postdam), animateur de l’enquête européenne sur les prix académiques à l’époque moderne, a rendu compte de cet important chantier de recherche pour l’histoire intellectuelle et l’histoire des sciences, et a analysé le cas du concours de l’Académie de Turin sur la statistique (1803-1805). Éric Brian a rendu compte des conclusions d’une étude menée depuis déjà plusieurs années sur l’apport de l’histoire des enquêtes numériques du XVIIIe siècle pour l’histoire sociale des populations à cette époque. Au cours de la dernière séance Norbert Meusnier (Université de Paris-VIII) est revenu vers le XVIIe siècle, fondateur de la géométrie du hasard, en scrutant méthodiquement les traces laissées par Fermat en 1654, et en proposant une conjecture nouvelle à propos de ce moment réputé inaugural du calcul des probabilités.

4À l’occasion de la venue en France de Judy Klein, le séminaire a organisé avec le Cercle d’épistémologie économique (Université de Paris-I, Maison des sciences économiques) et l’unité de recherches Histoire et populations (INED) une rencontre sur la théorie économique des années 1950, le contexte de la guerre froide et les emprunts formels faits à d’autres disciplines. E. Roy Weintraub (Duke University) a donné un exposé à cette occasion sur les rapports entre les économistes mathématiciens et non mathématiciens pendant cette période.

5Enfin et comme depuis quelques années, le séminaire s’est associé au séminaire d’histoire des mathématiques de l’Institut Henri-Poincaré pour organiser le 3 avril 2002 une demi-journée « Histoire de la démographie mathématique » au court de laquelle sont intervenus Marc Barbut, Éric Brian, Jean-Marc Rohrbasser et Jacques Véron.

6On peut suivre les activités du séminaire sur la page <www.ehess.fr/centres/cams/semin/barbut_hcps.html> ou encore via <www.ehess.fr/acta/brian>.

Publication

7Marc Barbut

  • Avec J. M. Arribas Macho, dir., Estadística y sociedad. Madrid, UNED ediciones, 2002.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Barbut, Éric Brian, Michel Armatte et Bernard Bru, « Histoire du calcul des probabilités et de la statistique », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 177-178.

Référence électronique

Marc Barbut, Éric Brian, Michel Armatte et Bernard Bru, « Histoire du calcul des probabilités et de la statistique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15599

Haut de page

Auteurs

Marc Barbut

Articles du même auteur

Éric Brian

Articles du même auteur

Michel Armatte

Articles du même auteur

Bernard Bru

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals