Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire des sciences

Les Lumières scientifiques

Gérard Jorland
p. 193-195

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Gérard Jorland, directeur d’études

Le mouvement hygiéniste au XIXe siècle

1Le séminaire a porté cette année sur trois aspects du mouvement hygiéniste. Le premier, c’est son lien étroit avec la littérature du Second Empire et de la Troisième République. Il a été abordé à la manière de Louis Chevalier comme une source qualitative de l’histoire de la société française qui valide, comme autant de témoignages vécus, les sources quantitatives que peuvent offrir les rapports, les études et les enquêtes des conseils d’hygiène. L’œuvre de Flaubert nous est apparue paradigmatique puisque non seulement le bovarysme fut décliné à plusieurs reprises, mais aussi parce qu’elle a déployé le spectre des représentations régnantes sur la société française que les hygiénistes exprimèrent en termes statistiques : révolution, dégénérescence, décadence, stérilité. Nous avons suivi ces thèmes chez les frères Goncourt, Zola, Maupassant, Céart, Daudet, Huysmans, Peladan. Parallèlement, les médecins hygiénistes, dont le néo-malthusianisme a pourtant triomphé, changeaient leur fusil d’épaule pour combattre la baisse de la natalité (perversions sexuelles, avortements, mortinatalité, infanticide et mortalité infantile) au lieu de chercher à allonger la durée de vie.

2En second lieu, nous avons établi des comparaisons internationales, pour constater que la France a pris sur l’ensemble des pays européens un retard d’une, voire deux générations, dans la promulgation d’une législation de santé publique qui institue ne serait-ce que la vaccination obligatoire. Alors qu’au Royaume-Uni, l’officer of health pouvait, en cas de défaillance de la commune, lever des impôts pour faire exécuter les travaux d’assainissement jugés indispensables, les institutions hygiénistes françaises restèrent vainement consultatives, la visite sanitaire des usines étant par exemple soumise à l’autorisation patronale même en cas d’insalubrité notoire. Cette différence fait toucher du doigt à quel point l’État est resté sans prise sur la société française tout au long de ce siècle où huit régimes se sont succédé à la faveur de défaites militaires, de révolutions sanglantes ou de coups d’État, et n’ont donc pas eu le temps de mettre en place une administration efficace. Nous avons encore observé comment le concept de « maladie évitable » prend naissance au Royaume-Uni dans les années 1850, conduisant d’une part à la découverte et à la généralisation de l’anesthésie, de l’asepsie et de l’antisepsie qui vont enfin rendre possible une médecine chirurgicale, et d’autre part à l’éradication hygiéniste de maladies épidémiques comme le choléra ou la typhoïde qui continueront de ravager le continent et notamment la France jusqu’à la fin du siècle. Lorsque le taux de natalité baissera à son tour au Royaume-Uni, l’allongement de la durée de la vie enrayera la diminution de la population.

3Enfin, nous avons étudié l’œuvre législative des médecins hygiénistes : limitation du travail des enfants puis des femmes, loi sur les logements insalubres, hygiène professionnelle, déclaration obligatoire des maladies contagieuses, loi de santé publique. Isabelle Cavé a présenté les premiers résultats de son travail de DEA, où il apparaît que, conformément à mon hypothèse, les médecins-législateurs procèdent bien des conseils d’hygiène et, par ailleurs, que la carrière politique de ces médecins fut dense puisqu’ils ont été majoritairement maires et conseillers généraux avant de devenir députés ou sénateurs. Elle a ainsi commencé de montrer que la médicalisation de la société française sous la Troisième République reste à étudier dans toute l’épaisseur des institutions politiques.

4Evelyn Ackerman et Sandra Caponi sont venues présenter leurs études respectives de la médecine coloniale et de l’hygiène publique comparée en Argentine et au Brésil.

Publications

  • « Un siècle expérimental », Le Débat, nov.-déc. 2001, p. 18-29.
  • « La notion de révolution scientifique aujourd’hui », Revue européenne des Sciences sociales, XL, 124, 2002, p. 131-146.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Jorland, « Les Lumières scientifiques », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 193-195.

Référence électronique

Gérard Jorland, « Les Lumières scientifiques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15611

Haut de page

Auteur

Gérard Jorland

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals