Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire des techniques

Techniciens et sociétés

André Grelon et André Thépot
p. 202-206

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

André Grelon, directeur d’études avec André Thépot, professeur émérite à l’Université de Paris-X

Groupes professionnels et catégories sociales

1On a repris au long de cette année l’étude historique des ingénieurs français entamée l’année précédente. Revenant d’abord sur certaines dimensions de la construction du groupe professionnel à la fin du XIXe siècle, on a ensuite examiné les grandes étapes qui marquent sa transformation profonde de l’entre-deux-guerres aux années 1960. Toutefois, une large place a été laissée également aux résultats les plus récents des recherches, qu’il s’agisse de colloques importants apportant des éclairages nouveaux sur la population étudiée, d’enquêtes quantitatives contemporaines, ou de thèses récemment soutenues.

2Une des caractéristiques originales des ingénieurs français est la naissance et le développement à partir de la fin du XIXe siècle d’une série d’écoles d’ingénieurs catholiques, fondées à proximité ou avec l’appui des universités libres créées à partir de 1875 avec la loi sur la liberté de l’enseignement supérieur. Parallèlement s’ouvrent dans le cadre des facultés d’État des instituts techniques ne délivrant pas les grades académiques, mais s’orientant vers la formation de technologues et d’ingénieurs. On est revenu sur ce champ de recherche déjà balisé pour analyser deux points encore peu examinés : d’abord celui du profil des professeurs de ces établissements et de la constitution de communautés enseignantes. Ensuite, la place des étudiants étrangers qui sont essentiels à la vie de ces établissements. À Nancy, l’Institut électrotechnique accueille notamment des ressortissants de la Russie, particulièrement nombreux entre 1902 et 1940 : leurs caractéristiques sociales et ethniques ne sont pas les mêmes selon les périodes considérées (Irina et Dimitri Gouzévitch, EHESS).

3La période de l’entre-deux-guerres a été étudiée en particulier sous l’angle des modes d’organisation des ingénieurs : l’augmentation de leur nombre, la diversification de leurs fonctions et de leurs compétences ne va pas sans poser des questions de reconnaissance sociale et professionnelle, de rémunération, de stabilité d’emploi. Ces difficultés sont exacerbées par l’inflation et la crise : elles culminent en 1936. Une des traductions de ce malaise est un renforcement significatif du syndicalisme des ingénieurs. En même temps, ces problèmes, la désorganisation de l’économie et de la société incitent une partie des ingénieurs à se poser en artisans de la rénovation et conduisent les hommes politiques à faire appel à ces nouvelles élites. Autour d’hommes comme Jean Coutrot ou Ernest Mercier se constituent des groupes de réflexion ou d’action. Une autre figure de cette époque est Robert Garric, qui fonde en 1919 les Équipes sociales pour réaliser une interclasse basée sur l’éducation populaire. Ses groupes organisent des cercles d’études et des cours techniques (comptabilité, dessin industriel) et recrutent un vivier d’enseignants issus de grandes écoles et d’ingénieurs qui incarnent le statut des « passeurs » que sont les cadres des entreprises, à la charnière de la direction et du monde ouvrier (Pascal Bousseyroux, Université de Paris-VII). Un des modes d’organisation formelle des ingénieurs dans les années 1930 est la constitution d’un groupe d’ingénieurs conseil : une séance a été dédiée à une réflexion sur les conditions sociales, politiques et économiques qui leur ont permis de se constituer progressivement en tant que « groupe à part » et d’obtenir, au moins en partie, la reconnaissance des diagnostics et des points de vue qu’ils proposent (Odile Henry, Université de Paris-IX). La question de la place des ingénieurs dans la société de l’entre-deux-guerres ne peut être comprise sans inclure en même temps l’examen de la naissance et du développement de la catégorie des cadres. Depuis les travaux de Boltanski (Les cadres, 1982) qui avaient daté l’émergence sociale de ce groupe de la crise de 1936, des recherches ont permis de montrer que dans les entreprises, on commence à parler des cadres, dès le début des années 1920. Pour autant, s’agit-il du même groupe social que les actuels cadres d’entreprise ? Les ingénieurs ne veulent alors pas se situer sur le même plan : ils considèrent qu’ils se positionnent hiérarchiquement au-dessus des « cadres » au sein des entreprises. C’est avec le mouvement de 1936 que les ingénieurs font alliance avec ce nouveau groupe pour dégager une troisième position, entre le patronat et les ouvriers.

4Plusieurs séances ont été consacrées aux ingénieurs devant les problèmes de la guerre et de l’Occupation. Du fait de la pénurie et des contingentements, la guerre a accentué la nécessité d’une organisation rationnelle de l’économie et de l’industrie : les comités d’organisation mis en place par le pouvoir en sont un exemple. Par ailleurs, dans les entreprises, les ingénieurs sont confrontés à la fois à la précarité de l’emploi et aux difficultés des relations sociales – le dilemme étant ne pas travailler pour l’occupant, mais maintenir en état de marche l’outil industriel et assurer du travail aux ouvriers : on oublie trop souvent l’ampleur du chômage dans les premiers mois de l’Occupation. Il faut examiner d’un côté le cas des fonctionnaires : quelle est par exemple la position des polytechniciens sous l’Occupation : comment se comporter en tant que fonctionnaire de l’État, dès lors que le régime prône la collaboration avec l’occupant mais qu’il faut néanmoins assurer l’organisation quotidienne du pays ? Quelle attitude prendre par rapport aux lois anti-juives qui obligent à exclure les élèves désignés comme tels ? Sous quelle forme résister et préparer l’avenir (Vincent Guigueno, ENPC) ? La situation dans les entreprises soulève encore d’autres questions. Travailler sur l’attitude des industriels français sous l’Occupation pose un gros problème de sources, mais aussi d’interprétation, en particulier dans l’industrie chimique. Ainsi, la collaboration franco-allemande qui est mise en place notamment dans le secteur des colorants s’inscrit d’abord dans une longue histoire des relations entre les industries des deux pays dans cette branche. Que change le contexte de l’Occupation ? Dans quelle mesure les accords conclus à cette date relèvent-ils du simple rapport de forces ou d’une véritable négociation (Hervé Joly, CNRS) ? L’étude du cas d’une entreprise métallurgique de la banlieue parisienne, des années 1930 aux années 1940 et notamment des 4 000 salariés ayant reçu un salaire dans cette entreprise entre 1937 et 1949 permet de mieux expliciter la vie au quotidien d’une firme dans ses modes de recrutement, la structure interne de l’entreprise, l’organisation du travail, la distribution hiérarchique des responsabilités – en particulier chez les ingénieurs et cadres – durant la période de la Seconde Guerre mondiale (Danielle Rousselier, Université de Paris-XIII).

5À la Libération, le constat d’un grand délabrement de l’économie industrielle s’impose. Masquée un moment, d’une part, par le retour des prisonniers et d’autre part par l’accélération du pantouflage, la pénurie d’ingénieurs formés finit par apparaître au grand jour, même si, en compensation, les entreprises s’appuient sur l’expérience de techniciens autodidactes qui occupent des fonctions d’ingénieurs. Par ailleurs, dans les milieux économiques et politiques, on prend conscience du retard sur la technique américaine et son mode d’organisation. L’envoi de missions de productivité est destiné à mesurer l’ampleur du phénomène et à proposer des solutions à l’industrie française. L’âge d’or des ingénieurs est peut-être la période des années 1950 et 1960 : ils apparaissent comme les hommes sur lesquels la nation peut se fonder pour reconstruire l’industrie et faire de la France un pays économique moderne. En même temps, les entreprises se transforment dans leur mode d’organisation et de gestion. Les différentes techniques de management vont diversifier les tâches des ingénieurs qui désormais se trouvent englobés dans une catégorie plus vaste : celle des cadres d’entreprise. Cette catégorie est aujourd’hui elle-même mise en question, notamment depuis un épisode significatif de chômage dans les années 1990 : le cadre « à statut » est-il voué à disparaître, remplacé par le cadre « précaire » ou par le cadre « nomade » (Sophie Pochic, CNRS) ?

6Une séquence a été vouée aux ingénieurs dans le monde rural, qui ont joué un rôle important dans ce qu’il a été convenu d’appeler la « modernisation des campagnes ». Le fer de lance de ce processus a été sans conteste un ensemble de corps techniques d’État qui ont développé une politique de développement rural, d’organisation de l’espace forestier, de formation technique du monde paysan, etc. Une des figures emblématiques est sans conteste René Dumont, ingénieur agronome, professeur à l’Institut national agronomique (1933-1974) – fonction qui lui permet d’effectuer des missions d’études dans de très nombreux pays –, auteur de nombreux ouvrages, et chez qui la préoccupation technique va toujours de pair avec une exigence morale (Pierre Vigreux, IGREF).

7Un exposé a été consacré au cas du Mount Holyoke College, première institution d’enseignement professionnel féminin aux États-Unis, créée dès 1837 dans le but de former des jeunes femmes à des emplois utiles, en particulier l’enseignement, en se basant sur la Science présentée comme le fondement de l’activité intellectuelle. Comment les diplômées scientifiques de cet établissement se sont-elles adaptées aux changements successifs du marché de l’emploi et des professions scientifiques (Miriam Levin, Case Western Reserve University) ? On a présenté les premiers résultats du programme de recherche international « Ingénieurs et sociétés dans le Maghreb contemporain » qui examinait l’évolution du rôle de ce groupe professionnel de la période coloniale à nos jours. Enfin deux séances ont été dédiées à la présentation à l’analyse des résultats de la dernière enquête socio-économique sur les ingénieurs diplômés, notamment sur les déterminants de leurs rémunérations. Cette enquête, régulièrement réitérée depuis quarante ans est un cas, unique en France, d’étude prolongée sur un groupe professionnel (Chantai Darsch, CEFI ; Sébastien Roux, INSEE ; Loïc Le Pellec, Université de Paris-I).

Publications

  • « Emergence and growth of the engineering profession in Europe in the 19th and early 20th centuries », dans Technology and ethics. A European quest for responsible engineering, sous la dir. de P. Goujon et B. Hériard Dubreuil, Louvain, Peeters, 2001, p. 75-99.
  • Compte rendu de : Agnès d’Angio, Schneider et Cie et la naissance de l’ingénierie. Des pratiques internes à l’aventure internationale, 1831-1949, dans Annales. Histoire, Sciences sociales, 6, 2001, p. 1375-1379.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Grelon et André Thépot, « Techniciens et sociétés », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 202-206.

Référence électronique

André Grelon et André Thépot, « Techniciens et sociétés », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15617

Haut de page

Auteurs

André Grelon

Articles du même auteur

André Thépot

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals