Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Afrique

Afrique au XXe siècle

Elikia M’bokolo
p. 212-214

Texte intégral

Elikia M’Bokolo, directeur d’études
José Kagabo, maître de conférences

Évolutions politiques et sociales : études comparées

1Ce séminaire à la fois généraliste et comparatiste a fonctionné comme un lieu de rencontre d’étudiants de différentes disciplines et de chercheurs d’horizons divers (surtout du point de vue de leurs terrains respectifs). Il s’est ouvert sur une analyse des formes et des systèmes de colonisation (idéologies, administration, économie, enseignement) qui ont prévalu en Afrique. Après les exposés introductifs d’Elikia M’Bokolo et de José Kagabo, les invités extérieurs et les étudiants doctorants de l’École ont articulé leurs interventions autour du religieux, en rapport avec l’histoire politique des pays sur lesquels ils travaillent.

2Paul Rutayisire, professeur d’histoire à l’Université nationale du Rwanda, a montré le rôle de l’Église catholique dans la mise en place du système colonial belge : quadrillage du territoire national par la construction d’églises et d’écoles ; formation de l’élite dirigeante (chefs, sous-chefs), du personnel administratif et technique (juges, clercs de différents niveaux de compétence) ; contrôle des instances et des instruments de production intellectuelle ainsi que des moyens de propagation du savoir et de l’information. À propos de la crise qui divise actuellement le clergé rwandais en deux camps, il semble qu’il faille considérer les relations entre l’Église catholique et l’ancien parti unique au pouvoir dans les années 1970-1990. La nomination du prélat archevêque de la capitale au Comité central est considérée en particulier comme une preuve suffisante de la compromission de toute l’institution.

3Toujours à propos de l’Afrique orientale, Henri Médard, post-doctorant de Paris-I (Centre de recherches africaines), est parti de l’histoire politique et religieuse de l’ancien royaume du Buganda au XIXe siècle pour en montrer les effets sur la vie politique de l’Ouganda d’aujourd’hui (né d’une fédération d’autres anciens royaumes avec le Buganda). Tantôt on voit les kabaka (rois) pencher pour l’une ou l’autre des grandes religions qui se disputent l’influence à la cour – l’islam, le catholicisme, le protestantisme –, tantôt on assiste à un retournement d’alliances parfois fatal pour les courtisans. Si les kabaka Suna II et son fils Mutesa Ier marquent par exemple leur préférence pour l’islam, que ce dernier érige un temps en religion de l’État, leur successeur Mwanga ne parvient pas à s’assurer la sympathie des grands chefs musulmans. C’est ainsi que s’expliquent sa déposition en 1888-89 et l’intronisation de son rival Kalema. Entre temps, croyant donner aux musulmans des gages, il s’aliène les chrétiens en massacrant quelques-uns de ses pages catholiques (canonisés puis martyrs), alors qu’il aura par la suite besoin d’eux. Car c’est une coalition armée de catholiques et de protestants qui le tire de l’exil et restaure son trône. Cette lutte d’influence est encore remarquable dans l’Ouganda contemporain. Comme par tradition, l’islam compte toujours en son sein un descendant de la dynastie ganda, tandis que les protestants (la colonisation britannique avait instauré une primauté de l’Église anglicane) continuent à se considérer comme l’élite de la nation, s’alliant à l’occasion avec des catholiques.

4Autres terrains explorés, Gilbert Taguem Fah, professeur d’histoire à l’Université de Yaoundé, a présenté une série d’exposés sur l’islam au Cameroun, considéré à l’époque coloniale comme une force à la fois à contenir (isolement de chaque groupe qui le pratiquait, limitation des contacts avec le monde arabo-musulman, fichage de pèlerins) et à instrumentaliser (création d’une Revue d’Information islamique, octroi de faveurs à certains chefs de confréries). Sachant jouer sur un double registre, formation islamique et école « française », l’élite issue de groupes musulmans mobilisa sa base dans des associations de type culturel qui se transformèrent progressivement en partis politiques. C’est ainsi qu’elle parvint à occuper les devants de la scène du nationalisme camerounais. La carrière politique d’Ahmed Ahidjo, premier président du Cameroun unifié auquel Taguem Fah a consacré une séance, en est une parfaite illustration.

5L’invité a par ailleurs abordé la question de l’esclavage au Nord-Cameroun, L’esclave, ses cousins et ses héritiers, thème traité également par Yahya Ould El Bara, anthropologue et linguiste à l’Université de Nouakchott. Mais l’essentiel des exposés de ce dernier portait sur l’histoire de l’islam en Mauritanie : arrivée des Almoravides au XIe siècle, conversion progressive et expansion des écoles coraniques en milieu urbain et rural, constitution de différentes traditions théologiques et de courants confrériques, rapport entre langue et religion, droit et coutume, émergence de mouvements islamistes historiques (les Frères musulmans) et radicaux contemporains (proches des réseaux indopakistanais ou des milieux combattants en Afghanistan).

6Le séminaire a enfin accueilli un historien malgache, Gabriel Rantoandro, spécialiste de l’océan Indien et du monde indonésien. Par le biais de l’économie de la traite à Madagascar au XIXe siècle, il a illustré les modalités d’intégration de la Grande île à la fois dans l’espace asiatique et dans l’histoire africaine. Le reste du temps a été occupé par les exposés d’étudiants sur l’état d’avancement de leurs recherches.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elikia M’bokolo, « Afrique au XXe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 212-214.

Référence électronique

Elikia M’bokolo, « Afrique au XXe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15624

Haut de page

Auteur

Elikia M’bokolo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals