Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Asie

Territoire et savoirs en Chine : la formation de l’État prémoderne

Christian Lamouroux
p. 243-246

Texte intégral

Christian Lamouroux, directeur d’études

Territoire et finances publiques sous les Song, Xe-XIIIe siècle

1L’enquête sur la monnaie s’est poursuivie à partir d’une approche régionale, propre à prendre en compte le morcellement monétaire de l’empire consécutif à son éclatement sous les Cinq dynasties. On a exploré la situation du circuit du Shaanxi, zone frontalière du Nord-Ouest, où étaient cantonnées tout au long du XIe siècle des armées pléthoriques dont l’approvisionnement dépendait largement des marchés. On a ainsi étudié les problèmes monétaires de la région sous deux aspects : les crises monétaires et les politiques monétaires qui ont abouti à ces crises ou ont permis d’en sortir.

2On a d’abord cherché à suivre les principales manifestations des crises à travers ce qu’en percevaient les fonctionnaires et les lettrés. D’une part, plusieurs crises de paiements apparaissent dans le cadre des monopoles publics, dont les ressources en thé et en sel s’épuisent à solder les papiers délivrés à trop bon compte par l’administration locale contre les avances en grains consenties par les marchands. D’autre part, deux formes de disparition des monnaies sont diagnostiquées : la fuite des monnaies de cuivre hors de l’empire, et surtout la « famine monétaire » (qianhuang), un concept largement utilisé à partir des années 1040 pour souligner en particulier les méfaits de la thésaurisation privée et publique. Au-delà des héritages idéologiques qu’imposent les discours savants, les fonctionnaires apprennent à évaluer des situations fluctuantes et à relever des défis, comme par exemple celui du financement de la guerre contre les Xi-Xia à partir de 1038. Manifestement les débats monétaires deviennent une part importante des rivalités politiques entre factions, et des rivalités administratives entre organes centraux et organes régionaux. L’étude de ces crises a permis de mettre en évidence et de caractériser trois séquences chronologiques :

  1. Durant la première période, entre 1020 et 1040, la monnaie apparaît plutôt comme l’étalon des transactions, publiques et privées. Les mentions régulières d’avances et de commutations fiscales en nature portent à croire que la masse monétaire est insuffisante et que les monnaies métalliques sont un moyen de paiement parmi d’autres. Les écarts entre les prix nominaux exprimés en monnaie et les paiements effectifs en nature permettent alors aux gros marchands de réaliser des profits très importants sur les richesses publiques. Plusieurs réformes de la Commission des finances visent alors à unifier et à centraliser les tarifs des marchés publics et à imposer des paiements en monnaies, de façon à dissocier les avances en grains sur les frontières de leurs paiements en thé au Sud. C’est aussi l’occasion pour l’administration centrale de décentraliser les paiements pour éviter de vider les coffres de la capitale. Elle favorise les échanges commerciaux avec le Sichuan de façon à financer à l’aide des monnaies de fer et de papier de cette région une partie des transactions publiques du Shaanxi.
  2. Durant les décennies 1040-1060, la situation monétaire est déterminée par le financement de la guerre contre les Xi-Xia et ses conséquences. Les autorités choisissent d’abord de fondre des sapèques et des gros en fer, qui circulent parallèlement aux sapèques et aux gros de cuivre, mais elles décident aussi d’emprunter régulièrement le papier monnaie du Sichuan, si bien que les règles de couverture métallique n’y sont plus respectées à partir de 1045. Cette politique, faite en partie d’expédients, aboutit à un désordre monétaire chronique qui entraîne faux-monnayage et thésaurisation massive des bonnes monnaies. Le retour à l’ordre monétaire s’effectue à travers deux mouvements parallèles : la hiérarchisation par la population des monnaies qui circulent sur les marchés, des choix que les autorités doivent accepter en ajustant les cours entre monnaies de fer et monnaies de cuivre et en validant certaines fausses monnaies ; la stabilisation du bimétallisme (cuivre et fer) grâce à la réglementation sur les billets de sel du Shaanxi. À partir des années 1050, les marchands doivent livrer des monnaies pour obtenir des billets de sel qu’ils peuvent, soit utiliser pour commercialiser le sel sur un territoire très élargi, soit renégocier en monnaies de cuivre dans tout l’empire. Dès lors, les marchands utilisent ces billets comme l’ancienne monnaie de virement, la « monnaie volante ».
  3. La dernière période est celle de la monétarisation des finances publiques durant les réformes des années 1070. Elle se caractérise par une injection massive de nouvelles monnaies destinée à lutter contre une « famine monétaire » que les contemporains jugent de plus en plus grave. Après avoir rappelé les données disponibles sur la production des métaux monétaires et la fonte des monnaies, on a constaté qu’il n’y avait pas de crise de l’offre en métal, mais que la demande très forte et en constante augmentation de l’administration avait eu deux conséquences : un déficit de monnaies dans la population ; une multiplication des formes monétaires (cuivre, fer, papier monnaie, effets de commerce, certificats officiels, voire métaux précieux) qu’accompagne une intense réflexion sur l’échange et la circulation monétaire. La politique de contrôle des activités commerciales incite les autorités à intervenir massivement sur les marchés grâce à ces monnaies, en particulier au Shaanxi où des billets monétaires concurrencent les billets de sel et ruinent définitivement les équilibres entre des pièces de cuivre de plus en plus rares et des pièces de fer de plus en plus médiocres et abondantes.

3Plusieurs textes nous ont permis de mesurer les progrès de la réflexion monétaire durant cette période : Li Gou définit valeur d’usage et valeur d’échange et distingue entre les besoins privés et publics ; Shen Gua attire l’attention sur la vitesse de circulation, la fiduciarité du papier et les conditions de monétarisation des métaux précieux ; Su Shi, plus classique, recherche la stabilisation des cours dans l’alignement sur le prix des métaux. Cette réflexion traduit la réaction des élites lettrées face aux désordres du système monétaire, mais elle représente aussi un effort sans précédent pour penser la nature du pouvoir que les marchés exercent sur la monnaie. La situation ouverte par les réformes révèle en effet une concurrence aiguë entre fonctionnaires et marchands : la crise du système monétaire du Shaanxi renvoie à de nouveaux rapports à la monnaie et à de nouvelles relations entre les deux principaux utilisateurs de la monnaie. Cette évolution est indissociable de la redéfinition des rapports entre bureaucratie et commerce.

4Deng Xiaonan, professeur à l’Université de Pékin, directrice d’études invitée, a présenté dans le cadre du séminaire une conférence intitulée « Que sont les “Principes des ancêtres fondateurs” ? L’exemple des Song du Nord (960-1127) ». Elle a ainsi fait état de ses plus récentes recherches sur une innovation des Song, reprise par les pouvoirs successifs : la constitution d’un patrimoine idéologique proprement dynastique.

Publications

  • « Il momento Song : aspetti politici, demografici ed economici », dans Storia della Scienza, dans Storia della scienza, II. La scienza in Cina, sous la dir. de K. Chemla, F. Bray, Fu Daiwie, Huang Yi-Long, G. Métailié, Rome, Enciclopedia Italiana, 2001, p. 281-289.
  • En coll. avec Guo Zhengzhong, « Scienza e contesto sociale », ibid., p. 297-305.
  • « Songdai guojia shehui yu “shixue” », Faguo hanxue, 2002, p. 203-223 (trad. en chinois de « Scienza e contesto sociale »).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Lamouroux, « Territoire et savoirs en Chine : la formation de l’État prémoderne », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 243-246.

Référence électronique

Christian Lamouroux, « Territoire et savoirs en Chine : la formation de l’État prémoderne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15638

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals