Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Asie

Histoire économique et sociale de l’Inde et de l’océan Indien, XVe-XVIIIe siècle

Sanjay Subrahmanyam
p. 247-249

Texte intégral

Sanjay Subrahmanyam, directeur d’études

Entre deux régimes : la transition en Inde et en océan Indien, 1730-1830

1Le séminaire de cette année a été concerné par une série de questions et de débats liés à la nature de la transition entre le régime pré-colonial et l’État colonial en Inde, et dans d’autres pays voisins de l’Asie du Sud-Est, également colonisés par les Européens entre 1750 et 1830. La nature de cette transition a été surtout discutée à la suite de la publication du livre majeur de l’historien anglais Christopher Bayly, Rulers, townsmen and bazaars : North Indian society in the age of British expansion, 1770-1870, Cambridge, 1983. Les thèses soutenues par Bayly dans ce livre et dans ses écrits plus récents ont fait école, tant aux États-Unis, qu’en Inde et en Angleterre. Par contre, le livre n’a jamais été traduit en français, et le sujet de la transition coloniale a très peu intéressé les historiens en France jusqu’aujourd’hui. Dans les écrits sur l’Indonésie, on trouve des traces d’une réflexion parallèle à celle de Bayly chez des auteurs comme Peter Carey ou Willem Remmelink.

2Avant de traiter la transition, on a voulu dresser un bilan des études sur la situation à la fin de l’époque pré-coloniale. Les États post-moghols en Inde ou, plus exactement, les États qui virent le jour pendant la phase du déclin moghol différaient grandement les uns des autres en termes de ressources, de longévité et de nature. Certains occupaient des pays où existaient déjà des États régionaux immédiatement avant la période moghole, et pouvaient donc se réclamer de traditions politiques locales ou régionales fortement ancrées. D’autres au contraire, manifestant un caractère plus original, se fondaient sur des processus très spécifiques engagés à la fin de l’époque moghole. De plus, nombre d’États post-moghols avaient pour base des communautés ethniques ou religieuses (les Marathes, les Jat et les Sikhs, par exemple), ce qui était sans précédent véritable dans l’Inde médiévale.

3Plusieurs séances du séminaire ont été consacrées à l’histoire et l’historiographie de ces divers États : on a développé des arguments autour de l’opposition entre l’école de Cambridge et l’école d’Aligarh sur ces questions, mais on a également voulu traiter directement des chroniques et des sources primaires de l’époque, tels le Siyar al-Muta’akhkhirin de Ghulam Husain Salim ou d’autres textes encore sur la xénologie indienne de la fin du XVIIIe siècle. Dans un deuxième temps, une série de séances a traité des questions liées à la présence française en Inde au XVIIIe siècle, en étudiant les figures de Charles de Bussy et d’Antoine Polier. L’histoire des institutions a également attiré notre attention, à partir de l’étude de la cartographie coloniale, l’histoire de l’ethnographie et du recensement.

4Parmi les invités de cette année, Claude Markovits (CNRS) a fait un exposé sur les marchands et l’expansion impériale, centré en partie sur une lecture critique du livre de Lakshmi Subramanian, Indigenous capital and imperial expansion. Kapil Raj est intervenu sur l’histoire du Survey of India dans la construction d’une cartographie coloniale, et Roland Lardinois (CNRS) nous a parlé des débuts du recensement en Inde coloniale, à partir de matériaux traitant du cas de l’Inde du Sud. Gilles Tarabout (CNRS) et Kesavan Veluthat (Mangalore) ont traité différents aspects de l’histoire et de l’historiographie du Kérala à la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle. Jackie Assayag (CNRS) a abordé le problème du rapport entre caste et colonialisme, à partir d’une lecture des ouvrages récents de Nicholas Dirks et Susan Bayly.

Publications

  • Avec V. Narayana Rao et D. Shulman, Textures of time : writing history in South India, 1600-1800, New Delhi, Permanent Black, 2001, XIV + 296 p.
  • « Whispers and shouts : some recent writings on medieval South India », The Indian Economic and Social History Review, 38, 4, 2001, p. 453-65.
  • « Also sprach der Idalcan : un encuentro curioso en el Bijapur de 1561 », Cuadernos Hispanoamericanos, 620, 2002, p. 21-32.
  • « Ceci n’est pas un débat... », Annales HSS, 57, 2002, p. 195-201.
  • « Somos el mundo : el discurso de la autarcia en la tierra de los descubri-mientos », Istor, 8, 2002, p. 165-181.
  • « The circulation of musical instruments in the Indian world, 1500-1800 », Oriente (Lisbonne), 2, 2002, p. 76-83.
  • « And a river runs through it : the mrauk-U Kingdom and its bay of Bengal context », dans The maritime frontier of Burma : exploring political, cultural and commercial interaction in the Indian Ocean world, 1200-1800, sous la dir. de J. Gommans et J. Leider, Leyde, KITLV Press, 2002, p. 107-26.
  • « Madras, Chennai and São Tomé : an irregular urban complex in southeastern India (1500-1800) », dans Ciudades mestizas : intercambios y continuidades en la expansión occidental, siglos XVI a XIX, sous la dir. de C. García Ayluardo et M. Ramos Medina, Mexico, Condumex, 2001, p. 221-239.
  • « Written on water : designs and dynamics in the Portuguese Estado da Índia », dans Empires, sous la dir. de S. Alcock, T. D’Altroy, Κ. Morrison et C. Sinopoli, New York, Cambridge University Press, 2001, p. 42-69.
  • Avec Muzaffar Alam, « A place in the sun : travels with Faizî in the Deccan, 1591-93 », dans Les sources et le temps/Sources and time : a colloquium, sous la dir. de F. Grimai, Pondichéry, École française d’Extrême-Orient, 2001, p. 265-307.
  • « Frank submissions : the Company and the Mughals between Sir Thomas Roe and Sir William Norris », dans The worlds of the East India Company, sous la dir. de H. V. Bowen, M. Lincoln et Ν. Rigby, Woodbridge, The Boydell Press, 2002, p. 69-96.
  • « Notas sobre a mão-de-obra na Índia pré-colonial (séculos XVI a XVIII) », dans Ο trabalho mestiço : maneiras de pensar e formas de viver, séculos XVI a XIX, sous la dir. d’E. França Paiva et C. M. Junho Anastasia, São Paulo, Annablume, 2002, p. 463-480.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sanjay Subrahmanyam, « Histoire économique et sociale de l’Inde et de l’océan Indien, XVe-XVIIIe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 247-249.

Référence électronique

Sanjay Subrahmanyam, « Histoire économique et sociale de l’Inde et de l’océan Indien, XVe-XVIIIe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15640

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals